Bretagne Passion le forum 100% Breizh


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 la table ronde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Merlin
Administrateur


Masculin
Nombre de messages : 2987
Age : 32
Lec'hiadur/Localisation : Radenac
Date d'inscription : 12/04/2005

MessageSujet: la table ronde   Jeu 3 Nov - 23:26

La plupart des exploits des chevaliers d'Arthur trouvent leur point de départ dans la réunion rituelle de ceux-ci autour d'une Table des Festins bientôt représentée comme une Table Merveilleuse : la Table Ronde. C‘est de là que, pour l'honneur, on part vers l'aventure héroïque. C'est là que le chevalier aventu reux revient s'asseoir et retrouver ses pairs. Dans le cycle de la Quête du Graal., elle est représentée comme I ' oeuvre de Merlin l’Enchanteur. Dans plusieurs oeuvres, les poètes bardiques nous montrent le roi et ses chevaliers à table. Ils ne disent mot dune forme particulière de celle-ci. Wace le Normand rapporte, dans son Roman de Brut, qu ‘ elle fut taillée et construite sur ordre d’Arthur pour ses barons fami liers. Mais il ne dit rien non plus de sa forme. Toutefois il mentionne en deux vers que « les Bretons disent maintes fables » à propos de cette « ronde table ».
A considérer les oeuvres contemporaines ou ulté rieures, on constate toute une élaboration de la fameuse table ( élaboration souvent bien mystérieuse et déconcertante).
Cette fois, point de débat. Aucune autre oeuvre ne présente quoi que ce soit qui ressemble à cette « ronde table ». Les plus anciens poèmes gallois, les triades, les contes, non plus que les « lais » armoricains.
A l’origine de la Table arthurienne, il y a certainement plusieurs traditions celtiques. La plus générale est celle de la « Table des Festins ». En certaines régions, et en certaines occasions, cette table pouvait justement .être de forme ronde s ' il faut en croire le témoignage d'un voyageur grec, Posidomos, qui, vers 50 avant Jésus-Christ, visita la Gaule (mais non la Bretagne insulaire). Le layamon et le Festin de Bricriu, contes épiques irlandais, rapportent un épisode de querelle de préséances. Dans ce Festin, le roi Conchobar siège à une table solennelle et mystérieuse (mais non point « ronde table ») entouré de douze pairs. Ces contes épiques irlandais ont-ils été connus des romanciers du XIIIè siècle? A travers tout un jeu de traditions, la chose n'a rien d'impossible. Les chemins détournés sont souvent les plus sûrs.
Ce n'est pas céder à des spéculations extravagantes que de mettre l’invention de la Table Ronde en rapport avec des Mythes solaires. On sait le rôle des symboles solaires dans l’art ornemental irlandais. (La « Croix celtique » n'est-elle pas imposition d'une croix sur un cercle?) Ainsi Arthur, mythique héros solaire à l’origine, pourrait-il être dit très justement inventeur de la très solaire Table Ronde.
De cette table, les convives guerriers bondissaient aux jeux du combat. Ainsi advint-il pour les convives chevaliers que le terme de « table ronde » désignât au XIIIè siècle un tournoi de grande festivité .
Dans le cycle arthurien, la Table des aventures se verra douer, plus tard, d'un pouvoir moral dont parle Robert de Boron dans son Merlin. Les chevaliers qui y prennent place se trouvent sitôt liés de si grande affection, dès le premier repas pris en commun, qu'ils ne voudront jamais se séparer. Ils 's'aiment désormais, « comme un fils doit aimer son père ». S'asseoir à la Table Ronde pour avoir part à ses bienfaits exprime alors l'idéal de la chevalerie.
On lit deux vers dans le Tristan de Béroul qui disent tout, peut-être, de la Table Ronde :

Ja verroiz la Table Ronde
Qui tournoie comme le monde.

Cette représentation se trouve confirmée par un commentaire du XIIIè siècle : cette table « signifie la rondece del monde et la circonstance et les éléments del firmament ». Interprétation évidemment platonicienne qui ne doit pas étonner quand on sait la faveur du Timée au XIIè siècle et le grand nombre de commen,taires que suscita ce dialogue. Platon y affirme que le monde est « sphérique et circulaire -. Dieu l’a fait selon cette forme, « les distances étant partout égales depuis le centre jusqu'aux extrémités. C'est de toutes les figures la plus parfaite et la plus constamment semblable à elle-même. Quant à l'âme, l’ayant placée au centre du corps du monde, il l'étendit à travers le corps tout entier et même au-delà de lui, et il en enveloppa le corps. Il forma ainsi un ciel circulaire, ciel unique, solitaire, capable par sa vertu propre de demeurer en soi-même, sans, avoir besoin de rien d'autre, mais se connaissant et s'aimant lui-même suffisamment ».
Peu à peu la table-de-nulle-préséance a été considérée come la Table parfaite, Table à l'image du monde et du ciel parfait. Placé au centre du corps de la Table, le vaisseau mystique du Graal en est comme l'âme rayonnante. Il arrivera un temps de la « Quête » où les aventureux, les héros de la prouesse n'y auront plus leur place, Seuls seront admis à la Table mystique les très purs, lesPerceval, les Galaad.
Le passage extrait du Timée, qui dut être si bien connu des romanciers du XIIIè siècle., suggère aussi que la Table appelle autour d’elle la réunion fraternelle et mystique d ' une élite venue de tous points de l’univers chrétien et païen.
Cette "table - qui tournoie" est aussi une table Parlante. Table des enchantements, elle serait en communication avec une Table de l’autre monde. N’'est-elle point faite de la « pierre qui braie », de la pierre qui parle? (Encore une tradition celtique. On Pense à la « Pierre du destin » irlandaise qui criait lorsque la touchait le guerrier qui devait être roi d'Irlande.) Il revient à cette « table Parlante » de désigner le héros, seul digne de s'asseoir à la place interdite et plus tard, de proclamer la fin des enchantements.
La Table du Graal est-elle la même que la Table Ronde? Assurément des rapports constants les unissent et toutes deux aussi à la Table de la Cène. Le XIIIè siècle fut hanté par le mystère de la Trinité. Les rapports mystiques peu à peu établis entre ces trois tables ( et de plus en plus explicitement) peuvent être considérés comme une expression de cette hantise.

[/img]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bretagne-passion.bzh.bz
Merlin
Administrateur


Masculin
Nombre de messages : 2987
Age : 32
Lec'hiadur/Localisation : Radenac
Date d'inscription : 12/04/2005

MessageSujet: Re: la table ronde   Jeu 3 Nov - 23:34

Acalon de Gaule, amant et champion de Morgane
Achalain, Duc, d'abord ennemi d'Arthur
Agloval, fils de Pellinor, frère de Perceval
Agravain,fils du Roi Lot, frère de Gauvain
Aguignier, dit le Roi des 100 chevaliers
Aguisant, Roi d'Irlande, père d'Yseut la Belle
Ailies la Belle Pèlerine, épouse d'Alexandre l'Orphelin
Alexandre l'Orphelin, fils de Baudouin, veveu du Roi Marc
Amant, Roi symbolisant le Christ dans la quète du Graal
Andret, cousin et ennemi de Tristan
Angledis, épouse de Baudouin
Arès le vacher, son épouse est la mère de Tor, demi-frère de Perceval
Armant, Roi de la cité Vermeille
Auctor (Ector), père nourricier d' Arthur

Bademagu, roi de Gorre, cousin du roi Urien,père de Méléagant
Balain le Sauvage, le chevalier aux 2 épées
Balan,frère de Balain
Ban, roi de Benoîc, père de Lancelot
Baudouin, frère du roi Marc, père d'Alexandre l'Orphelin
Bédoîer, chevalier de la Table Ronde,frère de Lucan l'échanson
Bélangère le Beuse, fils d'alexandre
Bernard d'Astolat, père d'Elaine la Blanche
Blaise, maître de Merlin
Blanor de Gaunes, frère de Biliobéris, cousin de Lancelot
Bohort de Gaunes, roi, père de Bohort et Lionel
Bohort de Gaunes, fils du précédent, cousin de Lancelot
Boort, fils d'Arthur et de Lisanor
Brandelis, chevalier de la Table Ronde
Brangien, suivante de la Belle Yseut
Brangorre, roi d'Estrangore
Bras de Fer, le Chevalier Rouge des PlainesRouges, rejoint la table ronde
Brisane, enchanteresse, suivale de la fille du roi Péllès: Elaine
Brun Sans Pitié, fourbe chevalier, amateur de Dames et Damoiselles
Brunor, seigneur du château des Pleurs, père de Galehot

Cador de Cornouailles, père de Constantin
Cahédin,fils d'Hoël,roi de Bretagne, amoureux de la Belle Yseut
Caradoc, roi d'Ecosse, (à distinguer du Caradoc de la Tour Douloureuse)
Célice de la Tour Douloureuse, neveu d'Aguigner
Célinan, frère de Bliant
Clarion, roi du Northumberland
Claudas, ennemi des rois Ban et Bohort
Clégis, chevalier d'Arthur
Clèremonde, chevalier, ami de Lancelot
Constantin, fils de Cador, succède à Arthur comme roi d'Angleterre
Crosselème, chevalier de la table ronde

Daguenet, fou d'Arthur
Darras, emprisonne Tristan, Palamède et Dinadan
Dinadan, chevalier de la Table Ronde, ami de Tristan
Dinas, sénéchal du roi Marc, ami de Tristan
Dodinel le Sauvage, chevalier de la Table ronde
Dorian, fils de Pellinor, frère de Lamorat

Edouard de Carnavon, frère de Priamus
Edouard des Orcades, frère de Sadoc
Elaine, femme du roi Ban, mère de Lancelot
Elaine, fille du roi Pellès, mère de Galaad
Elaine la Blanche, fille de Bernard, dite la Belle Pucelle d'Astolat
Eliézel, fils du roi Pellès
Erec, fils du roi Lac, chevalier de la Table Ronde
Espinogre, fils du roi de Northumberland, chevalier de la Table Ronde
Eustache, duc de Cambénic, ennemi d'Arthur
Evalac, roi paiën de Sarras, prend au baptème le nom de Mordrain

Féléolie, soeur d'Urry, épouse de Lanval
Fergus, comte, ami de Tristan Florent, fils de Gauvain

Gahériet, fils de Lot, frère deGauvain
Galaad, fils de Lancelot et d'Elaine
Galeheudin, compagnon d'armes de Lancelot
Galehodin, roi en Sorelois
Galehot, le haut prince, fils de Brunor, seigneur de Sorelois
Galeron de Galvoie, chevalier de la Table Ronde
Galinde, compagnon d'armes de Lancelot
Garlan, le chevalier invisible, frère du roi Pellehan
Gautier, chevalier cornouaillais, frère de Guimart et Regnault
Gauvin, fils de Lot, neveu d'Arthur.
Girflet, fils de Do de Carduel, chevalier de la Table Ronde
Gouvernail, ecuyer de Tristan
Guenièvre, fille du roi Léodegan, épouse d'Arthur
Guerrehet, fils de Lot, frère de Gauvain
Guimart, frère de Gautier et Regnault
Guingamor, chevalier, frère de Léone
Guinebaut, frère du roi Ban de Benoïc
Guinglain, fils de Gauvain

Hébès le renommé, parent de Lancelot, écuyer de Tristan puis chevalier de la Table Ronde
Hélaé, sorcière et dame du château de Nécromance
Hélain le Blanc, fils de Bohort de Gaunes (le 2è du nom) chevalier de la Table Ronde
Héliabel, épouse du roi Méliaduc, mère de Tristan
Hélyan de Gomoret, chevalier écossais de la Table Ronde
Hoël, duc de Tintagel, premier mari d'Ygerne, père de Morcade (Morgawse), Blasine et Morgane la fée
Hoël, duc de Bretagne, père de Cahédin et d'Yseut aux Blanches Mains

Ider, roi de Cornouailles (à distinguer d'Ider, fils dYvain aux Blanches Mains)

Joseph d'Arimathie, dans les Evangilles, il ensevelit le corps du Christ après la Passion
Joseph, fils du précédent, vient en Grande Bretagne avec le Saint Graal

Keu, sénéchal, fils d'Auctor, intendant d'Arthur, à distinguer e Keu d'Estrans, parent de Guenièvre et chevalier de la table ronde

Lamorat de Galles, fils du roi Pellinor
Lancelot du Lac, fils du roi Ban, père de galaad
Lanval, chevalier e la Table Ronde, fils de Bernard d'Astoltat
Léodegan, roi de Carmélide et père de Guenièvre
Léone, dame du Château Périlleux, épouse de Gahériet
Léonette, soeur de la précédente, épouse de Guerrehet
Lionel, frère de Bohort, cousin de Lancelot
Lot, roi des Orcades, époux de Morcade, père de Gauvain
Lovel, fils de Gauvain
Lucan l'Echanson, chevalier de la Table Ronde et intendant des vins
Lucius, empereur de Rome, ennemi d'Arthur

Mador de la Porte, chevalier de la Table Ronde
Marc, roi de Cornouailles, oncle de Tristan
Marehaut, frère de la reine d'Irlande, chevalier de la Table Ronde tué par Tristan (à distinguer de Marehaut, roi d'Irlande, son père)
Marin, frère du roi Armant
Méléagant, fils du roi Bademagu, chevalier de la Table Ronde
Méliaduc, roi de Léonois, père de Tristan
Mélian de l'Ile, fils du roi du Danemark
Méliot de Logres, chevalier de la Table Ronde
Ménéduc, chevalier, parent de Lancelot
Merlin, magicien et devin
Merlin du Tertre, chevalier de la Table Ronde
Mordrain, nom de baptème du roi Evalach
Mordret, fils d'Arthur et de sa demi-soeur Morcade
Morgane la Fée, demi-soeur d'Arthur, épouse du roi Urien, mère d'Yvain aux Blanches Mains

Nabon le Noir, seigneur de l'Ile du Servage, tué par Tristan
Nante, roi de Garlot, époux de Blasine
Nascien l'Ermite, descendant de Joseph d'Arimathie visité par Gauvain (à différencier de Nascien, beau-frère d'Evalach et de Nascien, roi et ancêtre de Lancelot)
Néro, frère du roi Rion
Néronéans de l'Isle, chevalier armé par Lancelot
Nocorant le pauvre, chevalier au service de Tristan

Osenain Coeur Hardi, chevalier de la Table Ronde

Palamède, chevalier sarrasin, fils du roi Esclabor
Parthénopée, le Chevalier Vert, de la Table Ronde
Pélléas, époux de Viviane, chevalier de la Table Ronde
Pellehan, roi de Listenois, dit le Roi Méhaignié, bléssé par Balain, guerri par Galaad
Péllès, fils du précédent, père d'Elaine, roi du Listenois
Pellinor, roi du Listenois, père de Lamorat et de Parceval
Pérard, le Chevalier Noir, frère de Parthénopée, tué par Gahériet
Perceval le Gallois, fils de Pellinor et frère de Lamorat
Pergamon, le Chevalier Rouge, frère de Parthénopée (à distinguer de Bras de Fer des Plaines Rouges)
Persant de l'Inde, le Chevalier Bleu, frère de Parthénopée, de la Table Ronde
Perside le Bloi, chevalier
Petitpas de Winchelsea, chevalier de la Table Ronde
Pinel le Sauvage, chevalier, parent de Lamorat
Plénorin, chevalier, compagnon d'armes de Lancelot
Priamus, chevalier de la Table Ronde

Regnault, frère de Gautier et Guimart
Rion, roi de Norgalles, ennemi d'Arthur
Sadoc, ami de Tristan, chevalier cornouaillais (à distinguer de Sadoc, frère d'Edouart des Orcades, cousin de Gauvain)
Sagremor le Desrée, chevalier de la Table Ronde
Saphar, frère de Palamède, chevalier de la Table Ronde
Ségurade, chevalier, frère de Palamède

Tarquin, chevalier, ennemi d'Arthur
Tholomer, roi sarrasin, cousin du roi Evalac
Tor,fils de Pellinor et de la femme d'Arès le vacher, chevalier de la Table Ronde
Tradelmant, roi de Norgalles
Tristan de Léonois, fils de Méliaduc, neveu du roi Marc

Ulfin, chevalier d'Uter Pendragon, puis d'Arthur
Urien, roi de Gorre, époux de Morgane la Fée
Urry de la Montagne, chevalier hongrois, guerri par Lancelot
Uter Pendragon, roi d'Angleterre, père d'Arthur

Villars le Vaillant, chevalier, ami de Lancelot
Viviane, Dame du Lac, épouse de Pélléas, aimée par Merlin

Ygerne, épouse d'Hoëc de Tintagel, puis d'Uter Pendragon, mére de Morcade, Blasine, Morgane et Arthur
Yseut aux Blanches Mains, fille du roi Hoël de Bretagne, épouse de Tristan
Yseut la Belle, fille du roi Aguisant d'Irlande, épouse du roi Marc de Cornouailles
Yvain aux Blanches Mains, fils du roi Urien et de Morgane la fée (à distinguer de son demi-frère Yvain l'Avoutre, chevalier de la Table Ronde, fils bâtard du roi Urien)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bretagne-passion.bzh.bz
Merlin
Administrateur


Masculin
Nombre de messages : 2987
Age : 32
Lec'hiadur/Localisation : Radenac
Date d'inscription : 12/04/2005

MessageSujet: Re: la table ronde   Ven 4 Nov - 0:28

Lancelot :
- " Viviane, mon amie, faut-il craindre le jour ?
Pourquoi suis-je puni, je n'ai commis qu'amour !
Pourquoi cette folie qui me prend et m'abaisse,
Ce délire insensé où perce ma tendresse
Pour un nom que ma lèvre ne peut susurrer ?
Amour, qui n'est que joie, pourquoi me torturer ? "
CF
Viviane :
- " Lancelot, souviens-toi des jours de ton enfance,
Des longues discussions portant sur ta naissance,
Tu es né pour combattre, et les astres gracieux
N'avaient sans doute pas, prévu autant de feux
Pour celle que tu ne nommes, dont je connais les yeux!
Merlin est là qui veille, sois confiant mais surveille,
Morgane bien souvent, se transforme en corneille ! "
CE
Merlin :
- "Dans la labyrinthique forêt de nos âmes
Le mythe de l'Amour creuse un chemin étroit
Mais Lancelot, ta place est loin de toute femme,
Ton absence est danger pour notre pauvre Roi.
Ta douce mère a dit ce qu'il te fallait faire,
Et l'ordre d'une fée jamais ne se diffère !"
CF
Lancelot :
- " Hélas mon bon Merlin, c’est encore toi qui sait
Car de ma tendre enfance près de Viviane passée
J’ai aussi conservé des moments très sacrés
Où ton enseignement aussi tu me donnais !
De ma " mère " un avis jamais ne sera ordre,
Je forcerai mes pensées, à mon vouloir, se tordre !
Pour l’amour de la Reine, en contrées très lointaines
Pour l’amour de Viviane, En souvenir d’Ygraine
Je croiserai le fer, verrai d’autres fontaines
Mais en mon cœur épris, restera de la peine !
Arthur n’oubliera pas, mais mes faits rapportés,
Pourront un jour lui plaire, et mon pardon gagner ! "
CE
Merlin :
"Jamais je n'ai douté de ton sens du devoir
Va, reprends ton épée, même si tout espoir
De trouver le Graal par toi-même est fini :
Seul un être parfait peut l'atteindre ; mais vois
Sur la route avancer ce miséreux Gallois
Peut-être fera-t-il la trouvaille bénie ?
Approche, mon ami. Brave Gallois, dis-moi :
Que cherches-tu ici en tenue de combat ?"

Perceval :
"Bon fils mais orphelin de père
J'ai dû quitter ma bonne mère
Sur le chemin, qui n'est pas sûr,
Trois chevaliers rirent de moi
Quand je leur dis le nom d'Arthur :
Je les ai rossés tous les trois.
Je ne connais rien de ce monde :
Où se trouve la Table Ronde ?"
CF
Merlin :
" Tu arrives à point, chevalier l’air déteint
La Table Ronde est là, mais tu ne la vois point,
Nous la représentons, car un air bien malsain
Souffle sur Camelot en ces temps incertains !
Arthur perd ses esprits et le Graal nous évite,
Viendras-tu nous aider, toi qui semble un ermite ? "
CE
Morgane :
" De ma cachette où je vois tout,
Je ris de toi, Merlin, vieux fou !
Le Graal est perdu à jamais
Si ton seul espoir est ce niais,
Ce bon Gallois mal dégrossi !
Le jour déjà se raréfie
Arthur se mure en son donjon
Mon fils Mordred aura raison
De vos inutiles folies !"
CF
Merlin :
" Morgane ma chère, l’âge ne te sied point !
En vieillissant tu prends de l’embonpoint
Et tes paroles, telle une maîtresse d’école
Tu ferais mieux de polir sous les rayons d’Eole !
Ne sais-tu pas toi, dans ton palais de cristal
Que le vingt et unième siècle n’est pas notre vassal,
Et que le Graal, s’il n’est trouvé avant minuit
Annihilera le monde, et nous tomberons dans l’oubli ?

Viviane :
" Ah ça jamais Messire ! Je n’y survivrai point
Nous devons sur le champ, prendre les choses en mains,
Et notre bon Seigneur devrait se restaurer
Avant que toute idée, d’un de nous soit lancée !
L’heure est grave et sous la Tour Eiffel,
L’horloge les minutes, compte, fière, en rebelle !
Le Graal n’est plus très loin, Perceval et Gauvain
Délivrez-nous enfin du fantastique destin
Mais qui amène morts et changements soudains ! "
CE
Lancelot :
" Tout ça m'est bien lointain... Allez, Perceval, viens
Boire avec moi dans un bistro pas loin du lac...
La Dame que j'aimais n'est plus mienne, et c'est bien,
Car tout ce que j'attends désormais de la vie
N'est que violent reflux, lente agonie, ressac,
Vous pouvez rêver seuls de sauver l'Infini.
L'Infini a pour moi le prénom d'une femme
Le monde, c'est ses yeux, la vie, c'est son sourire,
On peut rire de moi, tordre et lyncher mon âme,
La lutte est bien finie dans mon cœur dévasté
Puisque ma douce amie a contre moi de l'ire
Puisque tous ses regards me font me détester.
Je serai donc cet homme oubliant ses serments
Oubliant son honneur pour devenir amant
Puis négligeant de vivre après tant de tourments
Je serai donc cet homme qui jure et qui ment...
Ce désordre à la fin n'a que bien trop duré,
Viens avec moi, Gauvain, je veux boire à la mort,
Cette aube qui viendra sera rouge et dorée,
Rouge du sang d'Arthur, dorée comme un décor !"
CF
Viviane :
" Ola Messire du lac, calmez donc vos ardeurs
Et oublier votre ire, elles ne me font pas peur !
Vous pensez à Guenièvre et Arthur devient mièvre,
Est-ce là une raison pour perdre la " fervente fièvre " ?
Allez boire, Perceval et Gauvain rêvent d’avec vous se lier !
Fêtez donc en ce soir de Samain, le repos du guerrier
Et si quelques courtisanes vous attirent par leurs charmes
Laissez-vous donc aller, abandonnez vos armes
vous êtes hommes tout courts, avant d’être chevaliers !
Le matin de retour, nous disserterons au frais,
Des mesures à prendre sur la route du Graal sacré !
Je suis intervenue auprès des trois divinités,
La Quête continue mais doit se terminer
Avant que la pendule qui lance des étincelles
N’aie sonné douze coups, premier jour, ère nouvelle !
Vingt et unième siècle, le Graal sera à toi,
Je veillerai du lac, et garderai ma foi !
CE
Morgane :
- "Absurde vieux Merlin, laisse-les s'enivrer
La jeunesse s'amuse et le monde se meurt
Il n'est plus d'Ophélie au château d'Elseneur...
Qui pourrait bien vouloir de nos jours délivrer
De sa cage ce monde aux traits décomposés ?
Laisse venir le jour qui détruit la rosée.
Laisse venir le jour, l'aube d'apocalypse,
Tu n'as plus le pouvoir de lever des éclipses ;
Accepte la brisure orangée des abysses
Que la fin de la nuit ouvre à nos yeux surpris,
Et assiste au triomphe éternel de mon fils :
Si vous voulez le jour, vous en paierez le prix !"
CF
Viviane :
" Que la force descende sur ce jour plein de leurres,
Que Hamlet nous revienne et reste en la demeure,
J’ai vu hier en rêve son père qui portait
Un vase de cristal, au Graal assimilé !
Fut-il vision ou songe par cette nuit d’été,
Je m’adressais à lui, dans ce monde défait,
L’écho me répondit : " Crois encore Viviane
Car tout n’a été dit, et finira ce drame ! "

Merlin :
" Mon amie, mon esprit, vous fûtes perspicace
Pour retrouver la trace des errants de l’espace ?
Je savais bien qu’un jour, vous me surpasseriez
Qu’avez-vous accompli pour notre destinée ?
Mordred est sur le seuil, son armure dorée
Ne rendant que des sons de métal coloré !
Initiez-nous vite, le temps manque, est compté,
Et l’horloge là-haut va bientôt résonner ! "
Perceval :
" Viviane a dit vrai, et Ophélie est là
Sous les traits de Guenièvre, y croire je ne puis pas !
Quel est ce sortilège lancé par la magie
Qui rend intemporel et nous gagne nos vies ?
Merlin mon bon Merlin, quelle ère vivons-nous ?
Partout où je me tourne, je ne vois que des fous !
Les aiguilles progressent, il faut qu’un roi s’avance
Et donne le repos à ces âmes en transes !
Arthur :
" je suis là, je pardonne, Je vois que notre histoire
Jusqu’au vingt et unième siècle a su suivre un grimoire,
J’ai en ma possession la Coupe très sacrée
Rapportée par Joseph, but plus qu’inespéré
Un voyage dans le temps lui rendit son Saint graal
Et rencontrant Hamlet, il donna le signal,
De là, vous savez tout, Mordred est débouté,
Et Morgane ma sœur n’a pas eu satiété !
Le Troisième Millénaire vient juste de sonner
Et le Graal avec nous, nous allons festoyer,
Venez amis, Guenièvre ou bien douce Ophélie !
Lancelot, prends sa main, je connus le mépris
Mais je sais que le Jour toujours aura un prix
C’est celui de l’Amour entendu et compris !
Allons donc, Camelot nous attend dans les airs
La route est encore longue et nous sommes en hiver !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bretagne-passion.bzh.bz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la table ronde   Aujourd'hui à 7:05

Revenir en haut Aller en bas
 
la table ronde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chevaliers de la Table ronde (entre autres) 17/10
» [Table] une table ronde extensible ! Génial !
» [Table] Table ronde Derby
» fabrication d'une table ronde
» Table ronde 125cm

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bretagne Passion le forum 100% Breizh :: Histoire, contes et légendes :: Contes, Légendes Bretonnes et celtes-
Sauter vers: