Bretagne Passion le forum 100% Breizh


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le château de trécesson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Merlin
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2987
Age : 32
Lec'hiadur/Localisation : Radenac
Date d'inscription : 12/04/2005

MessageSujet: le château de trécesson   Sam 29 Oct - 16:38

Une famille de Trécesson existait depuis le XIIIe siècle et la tradition attribue sans preuve documentaire la construction de ce manoir à la fin du XIVe siècle. Il est cependant beaucoup plus probable qu'un bâtiment antérieur ait été totalement transformé au XVe siècle, lorsqu'une héritière Trécesson, vers 1440, épousa l'un des plus fameux officiers ducaux de sa génération, Eon de Carné, trésorier et responsable de la garde robe du duc Jean V. La route d'accès promène le visiteur à travers la basse cour de la métairie. L'approche d'une demeure aristocratique qui n'est en rien romantique ni champêtre, rappelle avec force qu'un manoir est un domaine dont la viabilité repose sur le succès de son agriculture. Ici, aucune tentative n'a été faite pour protéger du bruit et des odeurs de la cour de ferme, ainsi étaient les propriétés terriennes du Moyen Age. Un pont qui traverse la douve permet d'accéder à la cour par le châtelet ou le logis porche à deux étages. La galerie originelle à mâchicoulis a été enclose pour constituer un troisième niveau. Quant à l'entrée, elle est flanquée de deux tours étroites formant un encorbellement à la base. La cour en forme de trapèze est bordée de quartiers résidentiels, d'une chapelle castrale et d'autres bâtiments domestiques, avec une tour hexagonale à l'angle sud ouest.

Trois légendes s’attachent au château de Trécesson, magnifique et noble demeure sise à l’orée de la forêt de Brocéliande.


La première légende, celle de la "Mariée de Trécesson", est terrible. Au XVIIIe siècle, une jeune mariée aurait été enterrée vive le matin-même de son mariage. Qui étaient les assassins ? Les propres frères de la jeune fille, pas moins. Deux garçons, furieux de l’union inconsidérée que leur soeur entendait contracter. Témoin de la scène, un braconnier s’enfuit et court raconter l’horreur à sa femme. Elle lui dit : "Va prévenir le châtelain mais surtout ne lui parle pas de braconnage".

L’infortunée est déterrée encore vivante mais elle ne tarde pas à expirer. Son voile et son bouquet furent longtemps exposés à la chapelle du château. Et le fiancé entra dans les ordres.

Joueurs-fantômes
La deuxième légende, celle de la "Chambre aux revenants", est beaucoup moins tragique. La chambre se trouve au deuxième étage, isolée au bout d’un couloir. On la disait hantée. Par bravade, un invité voulut y dormir. Il lui fut impossible de trouver le sommeil : l’orage se déchaînait à l’extérieur et grondait jusque dans les vastes cheminées. Vers minuit, s’ouvre une porte jusque-là invisible. Deux valets pénètrent dans la chambre. Ils posent une table de jeu puis cèdent la place à deux gentilshommes. Les joueurs s’installent et entament une partie de cartes. L’invitée tremble, il brandit un pistolet, tire mais les balles sont sans effet. Le jeu dure toute la nuit : notre invité fini par s’endormir. Au réveil, les gentilshommes ont disparu. Mais sur la table reste une respectable pile de louis d’or. L’histoire n’est pas finie. L’invité et le propriétaire de Trécesson vont se battre pour s’approprier la pile d’or abandonnée par les joueurs-fantômes.

Un procès s'ensuivit au Parlement de Bretagne. Mais la légende ne dit pas qui gagna à ce jeu. Les avocats sans doute...

Le manoir du Pied d’Anon
La troisième légende fait la part belle également au jeu de cartes. Dans les salons de Versailles, le jeune marquis de Trécesson avait tout perdu au jeu. Plus d’argent, plus de métairies, plus de château : il ne lui restait plus qu’à se brûler la cervelle quand, Firmin, son valet de chambre lui souffla : "Monseigneur oublie qu’il lui reste son manoir du Pied d’Anon". De manoir, il ne s’agissait en fait que d’une cabane en bois accrochée à un gros bloc granitique. "Parbleu ! s’écrie le gentilhomme, j’oubliais ce Pied d’Anon. Je vous le joue". Il joua. Gagna. Continua à jouer. Et regagna tout ce qu’il avait perdu.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bretagne-passion.bzh.bz
 
le château de trécesson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» video de la confection d'un gâteau Disney
» Château de Momas (64)
» Un gâteau tout bête ...... mais hummmm :o)
» Château de Morlanne (64)
» Gâteau de pain rassi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bretagne Passion le forum 100% Breizh :: Histoire, contes et légendes :: Contes, Légendes Bretonnes et celtes-
Sauter vers: