Bretagne Passion le forum 100% Breizh


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quelques mots...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Tonton Job
Breton acharné
Breton acharné
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1497
Age : 33
Lec'hiadur/Localisation : Bro-Gwened
Date d'inscription : 27/11/2010

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Jeu 14 Avr - 17:59

Backstaber a écrit:
Pourquoi on ne peut pas parler de langues différentes quand on parle de dialectes ?
Exemple : le français et le breton sont deux langues différentes. Le cornouaillais et le trégorrois ne sont pas deux langues différentes, ce sont deux grands dialectes du breton. C'est pourtant simple. Pas besoin d'être linguiste ou de se baser sur des critères anthropologiques ( What the fuck ?!? ) pour comprendre ça. Je ne vois pas en quoi il y a matière à blablater là-dessus.


Backstaber a écrit:
Alors soit il n'y a que des dialectes, soit il n'y a que des langues, mais il n'y a pas les deux.
N'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le fier boucanier
Galaad
Galaad
avatar

Masculin
Nombre de messages : 917
Age : 66
Lec'hiadur/Localisation : Seine et Marne & Cap Sizun
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Jeu 14 Avr - 18:15

AFRICATOY a écrit:
...Mais qu'est-ce qui m'a pris de comparer les différentes versions de la langue bretonne aux dialectes africains !!!!!

Les joutes verbales à un tel niveau stratosphérique sont pour moi ésotériques.

Mais de grâce, pas de pugilat verbal par ma faute! Tout avait si bien commencé...
Ha, mais faut pas croire, tu n'y es strictement pour rien.
Ici, dés qu'on aborde la question des langues ou dialectes bretons, ça tourne presque systématiquement au baston.
Certains se placent au niveau du parler quotidien tandis que d'autres se placent au niveau de la "problématique socio-linguistique langagière de je sais pas quoi".
Forcément, ils ne sont pas d'accord, même si, en fait, ils disent la même chose, mais dans des ... dialectes différents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohammed
Ovate
Ovate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 186
Age : 29
Lec'hiadur/Localisation : Pontanezen
Date d'inscription : 17/02/2011

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Jeu 14 Avr - 19:47

Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AFRICATOY



Féminin
Nombre de messages : 7
Age : 55
Lec'hiadur/Localisation : Lyon
Date d'inscription : 04/04/2011

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Ven 15 Avr - 0:07

Le fier boucanier a écrit:

Forcément, ils ne sont pas d'accord, même si, en fait, ils disent la même chose, mais dans des ... dialectes différents.

Bel à propos et joli sens de l'humour !







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Backstaber
Roi Arthur
Roi Arthur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1189
Age : 31
Lec'hiadur/Localisation : Rennes
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Lun 25 Avr - 12:35

Tonton Job a écrit:
Ta façon de répondre me fait toujours penser aux étudiants en psychologie qui analysent tout de manière psychologique... Déformation professionnelle/estudiantine ?
En l'occurence "formation professionnelle" puisque j'ai été formé à réfléchir sur les politiques linguistiques Very Happy C'est comme si tu reprochais à quelqu'un qui travaille dans l'agro-alimentaire de l'ouvrir à chaque débat qui implique sa branche.

Tonton Job a écrit:
Backstaber a écrit:
Pourquoi on ne peut pas parler de langues différentes quand on parle de dialectes ?
C'est pourtant simple. Pas besoin d'être linguiste ou de se baser sur des critères anthropologiques ( What the fuck ?!? ) pour comprendre ça. Je ne vois pas en quoi il y a matière à blablater là-dessus.


Backstaber a écrit:
Alors soit il n'y a que des dialectes, soit il n'y a que des langues, mais il n'y a pas les deux.
N'importe quoi.
Les militants ont le charme de simplifier des questionnements scientifiques qui ne sont pas encore résolus par les différentes communautés scientifiques en sciences du langage...

Je te conseille d'aller chercher des info vers André Martinet, Louis-Jean Calvet (notamment : "La langue est-elle une invention des linguistiques ?", Philippe Blanchet, etc.
Ou encore de t'intéresser aux politiques linguistiques de l'Inde/Pakistan, les pays de l'ex-Yougoslavie, de la Norvège/Suède, etc., ça aide à relativiser sur ce qu'on appelle "langue" et "dialecte"...

kwrlii an nozeganed a écrit:
parcontre si certains considere le gallo comme une langue, pourquoi pas mais considerons tous les dialectes haut et bas vannetais comme une langue bretonne differente ainsi que celui de guerande, le vocabulaire, la conjugaison, la prononciation change au point que l'intercomprehension en devient difficile.
Je ne vois pas en quoi cela poserait problème, à moins de contrecarrer les plans politiques d'une minorité...

Citation :
en ce qui concerne le gallo, il ne s'est pas assez differencié au point de devenir une langue disctincte des autres idiomes d'oil,quelqu'un qui parle picard,poitevin , bourguignon ou tout simplement le français standard comprendra le sens general d'un texte gallesant avec un peu d'attention
Oui, je suis bien d'accord. Donc on peut élargir au toscan et dans une certaine mesure au castillan, qui sont compréhensibles à l'écrit pour qui fait un peu d'effort.
Alors italien et espagnol, dialectes du français ?

yannalan a écrit:
Pour Bastia et autour, oui, je veux bien dire que le corse est un dialecte du toscan, ça n'a rien de dévalorisant.
Sauf qu'ici, on est en fRance, pas en Italie ou Allemagne ou le terme "dialecte" n'a pas le même sens commun qu'ici et n'implique pas les mêmes jugements et les mêmes traitements.
Là-bas, dialectii est pesque équivalent, en terme de valeur, à langue.
Effectivement, si c'était le cas ici, ça ne me dérangerait pas, mais malheureusement...

Et un autre élément gênant avec dialecte, c'est de mettre en avant une parenté plutôt qu'une autre. Un dialecte ne vient pas seulement d'une forme linguistique, mais de la rencontre de plusieurs, mais il y a certaines formes qu'il faut cacher. Cf : "Une langue orpheline" de Bernard Cerquiglini

Citation :
Regarde comment tu écris toi-même déjà, la norme tu l'appliques. Volontairement ou non, je n'en sais rien.
Effectivement, je l'applique, partant du principe que c'est la forme d'écrit dans laquelle tout le monde a été scolarisé. Et c'est bien dommage, dès que quelqu'un s'écarte un peu de la norme, les ayatollah de l'orthographe française surgissent, donc j'évite Smile Mais si cela pouvait être empêché en breton ("non faut écrire mat !", "non faut écrire mad "), j'en serais fort ravi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohammed
Ovate
Ovate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 186
Age : 29
Lec'hiadur/Localisation : Pontanezen
Date d'inscription : 17/02/2011

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Lun 25 Avr - 12:57

mat = bon

mad = bien

Le problème est que le français utilise parfois ces mots de manière interchangeable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yannalan
Roi Breton
Roi Breton


Masculin
Nombre de messages : 1242
Age : 65
Lec'hiadur/Localisation : er vro Pourlet
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Lun 25 Avr - 13:45

Mohammed a écrit:
mat = bon

mad = bien

Le problème est que le français utilise parfois ces mots de manière interchangeable.

C'est aussi in problème de choix orthographique, comme tu le présentes ça ne veut rien dire. Selon orthographe je peux écrire "mat eo an traoù" ou "mad eo an traoù", comme je peux écrire
an traoù 'zo mat" ou "an traoù zo mad".
Le gros problème est de faire comprendre à ceux qui apprennent que le fait de prononcer [t] ou [d] à la fin dépend de la lettre suivante et pas de l'écriture. Ainsi que la longueur du "a", d'ailleurs
(un den ma'd // un tamm mat) voir JY Plourin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohammed
Ovate
Ovate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 186
Age : 29
Lec'hiadur/Localisation : Pontanezen
Date d'inscription : 17/02/2011

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Lun 25 Avr - 13:51

La distinction est bien sûr intra peurunvan. Je ne m'occupe pas trop des orthographes minoritaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yannalan
Roi Breton
Roi Breton


Masculin
Nombre de messages : 1242
Age : 65
Lec'hiadur/Localisation : er vro Pourlet
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Lun 25 Avr - 13:52

Même intra peurunvan, ça ne change rien au problème.Les exemples du dernier paragraphe sont en peurunvan.
Une langue ça se parle aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeje
Ecuyer
Ecuyer


Nombre de messages : 414
Age : 61
Lec'hiadur/Localisation : naoned
Date d'inscription : 16/07/2009

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Lun 25 Avr - 14:01

Sans aller jusqu'aux traités des spécialistes, illustration au hasard tirée de Wikipedia:

"Les langues bicol sont une macro-langue (un groupe de langue intercompréhensibles), parlées aux Philippines notamment sur Luçon (péninsule de Bicol) par environ six millions de locuteurs. Elles comprennent notamment le bikol ou le bicolano central. Ce sont des langues austronésiennes."

Il y a donc aussi le concept (nouveau?) de macro-langue.
Avec la notion d'intercompréhension (sous quel délai de pratique?).

Ce serait la même chose entre islandais, férigien, norvégien(s), danois, suédois: jusqu'à quel point?
Le vannetais pourrait sans doute être qualifié de langue, la distance aux parlers KLT étant assez "longue".

Les lusophones du Portugal (= locuteurs du portugais, comprendraient assez facilement le castillan = espagnol d'Espagne, l'inverse ne serait pas vrai).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tonton Job
Breton acharné
Breton acharné
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1497
Age : 33
Lec'hiadur/Localisation : Bro-Gwened
Date d'inscription : 27/11/2010

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Lun 25 Avr - 17:22

Backstaber a écrit:

Les militants ont le charme de simplifier des questionnements scientifiques qui ne sont pas encore résolus par les différentes communautés scientifiques en sciences du langage...
D'abord je ne suis pas "militant". Ensuite je suis un être humain moyen, je réfléchis en tant que tel, les "communautés scientifiques en sciences du langage" ça m'est totalement étranger et ça ne m'intéresse pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohammed
Ovate
Ovate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 186
Age : 29
Lec'hiadur/Localisation : Pontanezen
Date d'inscription : 17/02/2011

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Lun 25 Avr - 17:38

Grave erreur ! Pour un matérialiste, seul le scientifique sait. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Backstaber
Roi Arthur
Roi Arthur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1189
Age : 31
Lec'hiadur/Localisation : Rennes
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Lun 25 Avr - 19:29

Tonton Job a écrit:
Backstaber a écrit:

Les militants ont le charme de simplifier des questionnements scientifiques qui ne sont pas encore résolus par les différentes communautés scientifiques en sciences du langage...
D'abord je ne suis pas "militant". Ensuite je suis un être humain moyen, je réfléchis en tant que tel, les "communautés scientifiques en sciences du langage" ça m'est totalement étranger et ça ne m'intéresse pas.
Si tu réfléchissais en "être humain moyen", tu verrais que ce qui reçoit le qualificatif de "langue" et de "dialecte" est purement arbitraire et à plus à voir avec l'idéologie et la politique qu'avec la réalité des pratiques.
A moins que par "être humain ordinaire" tu entends "réceptacle de l'idéologie dominante" ?

Et je trouve assez hallucinant de dire "j'en ai rien à secouer de ce que dit la communauté scientifique" quand il est question d'objets scientifiques (comme peut l'être la langue et le langage).
Un peu comme si je me permettais d'aller disserter de la nature physique des couleurs en rejetant ce que les physiciens peuvent en dire...

Citation :
Avec la notion d'intercompréhension (sous quel délai de pratique?).
La notion d'intercompréhension est plutôt bancale quand on veut tenter de prouver que deux formes linguistiques sont deux dialectes d'une même langue. Tout simplement parce qu'il ne suffit pas de parler la "même" langue pour se comprendre comme ce n'est parce que deux personnes vont parler deux langues différentes qu'elles ne vont pas se comprendre.

Dans les années 50, André Martinet (le plus connu des linguistes français) avait pris une 60taine de parisiens issue de la haute-bourgeoisie pour analyser structuralement leurs pratiques linguistiques. Y en avait pas deux à parler exactement de la même façon et pourtant tout le monde s'imaginait qu'ils parlaient comme tel. Le poids de l'idéologie.
Pour celles et ceux que ça intéresse ==> http://www.armand-colin.com/livre.php?idp=309373&query=linguistique&type[]=t&tp[]=livre&tp[]=livre&start=10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeje
Ecuyer
Ecuyer


Nombre de messages : 414
Age : 61
Lec'hiadur/Localisation : naoned
Date d'inscription : 16/07/2009

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Lun 25 Avr - 20:09

Je rouvre (depuis bien des années) au hasard mon petit Martinet basique ELG et y trouve ceci qui est fort juste:
"Apprendre une autre langue, ce n'est pas mettre de nouvelles étiquettes sur des objets connus, mais s'habituer à analyser autrement ce qui fait l'objet de communications linguistiques."

D'où l'idée qu'une langue qui disparaît, c'est un appauvrissement considérable pour le genre humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yannalan
Roi Breton
Roi Breton


Masculin
Nombre de messages : 1242
Age : 65
Lec'hiadur/Localisation : er vro Pourlet
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Lun 25 Avr - 22:43

Citation :
Un peu comme si je me permettais d'aller disserter de la nature physique des couleurs en rejetant ce que les physiciens peuvent en dire...
Oui, hje suis d'accord mais quand ke commande une voiture je dis que j'en veux une bleue, même si les physiciens y voient surement plus de choses.
Et quand j'achète un dico, j'en prend un breton-français ou anglais -zoulou, même si je me doute bien qu'il y a des centaines de façons de parler ces langues.
Et si je veux apprendre le léonard occidental, je prends un dico de breton, pas de portugais, il y a des raisons.
On voyage à deux étages différents, je crois.
J e)précise que je ne considère nullemnt le léonard occidental comme inférieur au breton pourlet ou au gallo de Pipriac, ni d'ailleurs au(x?) français du XVI arrondissement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohammed
Ovate
Ovate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 186
Age : 29
Lec'hiadur/Localisation : Pontanezen
Date d'inscription : 17/02/2011

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Lun 25 Avr - 23:03

Moi, j'appelle ça enculer des mouches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Backstaber
Roi Arthur
Roi Arthur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1189
Age : 31
Lec'hiadur/Localisation : Rennes
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Mar 26 Avr - 2:22

Quand tu veux débattre de sujets de discussion pour lesquels tu te considère comme calé, au hasard le Christianisme et de manière plus générale la spiritualité, tu ne vas pas accepter ce que peut en dire tout un chacun à partir du moment où il simplifie (et donc appauvrit) de manière extravagante le sujet en question. Tu vas chercher des arguments plus profonds pour tenter d'aller "au fond des choses", ce qui reviendra, pour qui n'est pas au courant des différentes théories, à "enculer des mouches". Et bien ici c'est la même chose en ce qui me concerne par rapport aux politiques linguistiques. Parce que la spiritualité comme les politiques linguistiques demandent un minimum de raisonnement logiques et théorique.
Un peu plus d'effort de compréhension (comme fait yannalan) pourrait être le bienvenue plutôt que de jouer les troll puérils.

yannalan a écrit:
Et quand j'achète un dico, j'en prend un breton-français ou anglais -zoulou, même si je me doute bien qu'il y a des centaines de façons de parler ces langues.
Et si je veux apprendre le léonard occidental, je prends un dico de breton, pas de portugais, il y a des raisons.
Un dictionnaire est sencé, justement, être un outil scientifique (parmi d'autres). On ne peut comparer la demande d'option sur une voiture avec ce genre de demande d'outil que sont les dictionnaires bilingues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tonton Job
Breton acharné
Breton acharné
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1497
Age : 33
Lec'hiadur/Localisation : Bro-Gwened
Date d'inscription : 27/11/2010

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Mar 26 Avr - 3:50

Mohammed a écrit:
Moi, j'appelle ça enculer des mouches.
Moi aussi.

Avec Backstaber on ne peut jamais parler de langue(s) d'une façon simple, concrete et pratique, faut toujours que ça parte en considérations ultra complexes sur les "politiques sociolinguistiques", "l'influence de l'idéologie et de la politique", etc. etc.

Backstaber a écrit:
Un peu plus d'effort de compréhension (comme fait yannalan) pourrait être le bienvenue plutôt que de jouer les troll puérils.
Peut-être pourrais-tu aussi prendre en compte le fait que tu ne t'adresses pas à des gens qui sont dans ton "trip" sur les considérations sociolinguistique complexes, et qui ne sont pas forcément capables de comprendre ou de trouver un intérêt à ta vision très alambiquée et pointue des choses (pour ma part j'ai même carrément du mal à comprendre ce que tu écris... Un dialecte du français ? une autre langue ?).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Backstaber
Roi Arthur
Roi Arthur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1189
Age : 31
Lec'hiadur/Localisation : Rennes
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Mar 26 Avr - 13:19

Que l'on parle simplement de choses complexes, effectivement je n'y vois aucun intérêt intellectuel. Si c'est pour répéter ce que l'on nomme le sens commun, alors on reproduira les tares des politiques linguistiques dominantes qui font que les langues minortaires seront toujours les vaincues de l'histoire. Mais on sera content parce qu'on aura pas "enculer des mouches"... belle satisfaction...

J'ai beau ne pas me sentir breton et déclarer que "les langues ne sont pas des bébé phoques", voire des gens investis dans la défense du breton, qui en fin de compte, ne font qu'accelérer soit sa disparition, soit accélérer sa mise en minorité (pour qu'au final les langues bretonnes deviennent des langues de militants et d'universitaires), m'emmerde un minimum. En plus du fait de rejeter la critique sans la prendre en considération. Et en plus du fait que ça touche le développement et la promotion du gallo...

Et mes propos sont loin d'être ultra-complexes, un peu de google et les définitions tombent toutes seules. Et je n'ai pas la prétention de prendre les gens ici présent pour des abrutis non capable de réflexion poussée, je ne me vois me mettre à parler de linguistique comme si je parlais à des gosses 6 ans, c'est insultant.
Et effectivement, le langage scientifique pourrait être considéré comme une langue à part entière (en plus d'être considéré comme un technolecte)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yannalan
Roi Breton
Roi Breton


Masculin
Nombre de messages : 1242
Age : 65
Lec'hiadur/Localisation : er vro Pourlet
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Mar 26 Avr - 13:24

Même en linguistique, ce n'est pas évident de discuter. Je me souviens avoir tenté de lire le livre d'Urien sur le breton, il passe des dizaines de pages à expliquer qu'il va employer le vocabulaire linguistique mais en donnant d’autres définitions aux mots en gros. On a mal au crâne avant d'arriver au sujet.
Le livre s'appelle d'ailleurs "la trame d'UNE LANGUE : le breton".
Même les linguistes professionnels consentent à simplifier...
Je comprends la définition de Backstaber elle est réelle et il ne s'agit pas de martyriser de malheureux insectes. Même par ici en zone pourlet, je constate tous les jours des différences selon les locuteurs,mais parfois sur la même commune.
Dans la pratique, je peux en parler, mais c'est évident que je ne peux pas enseigner de 21 façons différentes. Là c'est aux apprenants d'aller voir leurs voisins pour vérifier. Mais je simplifie outrageusement en appelant mes cours "cours de breton".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohammed
Ovate
Ovate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 186
Age : 29
Lec'hiadur/Localisation : Pontanezen
Date d'inscription : 17/02/2011

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Mar 26 Avr - 17:24

Backstaber a écrit:
Et en plus du fait que ça touche le développement et la promotion du gallo...

En effet, une vague de fond impressionnante, une ferveur populaire inégalée pour le gallo.

Faut revenir sur Terre 5 minutes. Des gens qui savent VRAIMENT BIEN parler le gallo, il y en a 10 en Bretagne, maximum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yannalan
Roi Breton
Roi Breton


Masculin
Nombre de messages : 1242
Age : 65
Lec'hiadur/Localisation : er vro Pourlet
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Mar 26 Avr - 20:23

Tu devrais venir en Bretagne de temps à autre, au lieu de fantasmer dessus à Paris, ça te ferait du bien. J'en connais perso plus que 10 et je connais pas grand monde pourtant par là-bas.
Pareil pour ma:t et mat, tu pourrais entendre parler des vrais bretonnants et éviter de d'écrire n'importe quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Backstaber
Roi Arthur
Roi Arthur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1189
Age : 31
Lec'hiadur/Localisation : Rennes
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Mar 26 Avr - 20:44

J'ai bien envie de te répondre "il faudrait monter 5 minutes en Bretagne" pour comprendre et voir ce qu'il en est du gallo en (Haute-)Bretagne.
Mais comme la plupart des touristes parisiens en mal d'identité, j'imagine que les endroits que tu fréquentes sont 1) majoritairement en Basse-Bretagne, 2) limités dans le temps (généralement l'été) et 3) fréquentés par d'autres touristes friqués (au hasard : Golfe du Morbihan et le pays fouesnantais). Donc permet moi de douter de tes affirmations concernant la situation du gallo. En plus du fait que la majeure partie de tes informateurs doivent être des militants nationalistes bretons qui sont historiquement opposés à la promotion de la langue gallèse.

Ensuite, si le fait de parler une langue revient uniquement à "bien la parler", il est probable que peu de monde parle effectivement la lanque qu'il s'imagine parler. Le "bon français" n'existe pas dans la réalité, donc si on extrapole, personne ne parle français.
Et l'autre souci dans ce jugement de valeur, c'est qu'il est relatif et socialement construit, il n'y a pas une bonne manière de parler qui existerait génétiquement. Souvent c'est calqué sur l'écrit (qui est aussi arbitraire), ce qui fait que "bien parler" varie aussi dans le temps. Par exemple, la liaison avec enchainement ("je suis ému" prononcé "je suis zému") était considérée pendant longtemps comme le "bien parler", avec le temps et la diffusion des métiers de l'écrit, cette liaison avec enchainement tend à être considérée comme désuète et ridicule. Dorénavant, le "bien parler" c'est parler en détachant bien les mots entre eux (donc liaison sans enchainement), parce qu'on tend de plus en plus à parler comme on écrit.
Et ça peut aussi varier socialement, un groupe social peut interprété le "bien parler" comme une insulte, les normes esthétiques et chargées de signification peuvent être très différentes d'un groupe à l'autre, voire d'une personne à l'autre.

Concernant le gallo, là où tu soulèves un problème intéressant, c'est ce qu'on entend par gallo, dans le sens (non dénué d'idéologie) de sa distance structurale et typologique avec le français (phonologie, syntaxe, lexique, etc.).
Effectivement, ça pose des problèmes de justification politique concernant la place du gallo dans l'espace public ou dans l'école (pour toutes les langues d'Oïl d'ailleurs, mais plus encore pour le gallo qui est une des langue d'Oïl la plus proche du français).
Le fait est que, ce qui est appelé "vrai gallo" (une abbération), a probablement toujours été proche du français, au point que les folkloristes du XIXème siècle parlaient de français quand ils faisaient des collectages.
Tout dépend de la façon dont on regarde les phénomènes linguistiques, sous l'angle de l'homogénéité et de la toute puissance du linguiste français objectiviste, ou sous l'angle de l'hétérogénéité et d'une vision plus communicationnelle prenant en compte les subjectivités des locuteurs qui sont tout aussi bien placés (voire mieux) que les linguistes officiels pour parler de leur(s) langue(s). Par exemple, pour un puriste "ça va ti ?" ne sera pas du gallo. Si on lui rajoute "ça va ti anoeut ?", il comment à changer d'avis, si on lui dit "ça joue ti anoeut ?" il affirmera que c'est du gallo. Sauf que pour le locuteur, si on l'interroge, il sait bien que ce qu'il parle n'est pas du "vrai français" (et des fois malheureusement du "vrai gallo" non plus), ou en tous cas que c'est une forme locale qu'il aurait plus de mal à utiliser publiquement ou dans un cadre formel. C'est exactement le même cas pour les langues bretonnes (en langage de sodomie de mouche on appelle ça la diglossie et l'insécurité linguistique).

Grâce à différentes enquêtes (une ici : http://www.prefics.org/credilif/travaux/RapportGallo1.pdf , une autre là : http://www.erudit.org/revue/rum/2005/v36/n1/011994ar.pdf , j'ai également fait une enquête auprès d'infirmières et d'aides-soignantes de Fougères pour savoir si elles entendaient et utilisaient du gallo (ou du patois dans leurs discours) au travail, mes informatrices allaient de 24 ans à 63 ans, aucune n'a suivi de cours de gallo et toutes attestaient de leurs pratiquess quotidiennes e gallo du fait qu'elles cotoient des locuteurs de gallo), on s'aperçoit qu'il y a énormément de personnes qui ont des compétences en gallo (ou appelle le "français régional", ou "langue locale non officielle", je m'en fiche), notamment chez des jeunes vivant en milieu urbain (cf : deuxième lien) et que la transmission s'est faite beaucoup plus massivement et beaucoup plus "naturellement" (en dehors de l'école) que pour le breton. Tout "simplement" parce que le gallo étant moins différent du français que le breton, les gens n'avaient pas conscience de parler une langue différente, ils l'ont donc transmis sans s'en rendre compte (alors que les locuteurs de bretons se sont mis consciemment des barrières).
Et le fait que les gens ne le parlent tel qu'on se représente le "vrai gallo", c'est pour la même raison que pour le breton, c'est qu'il y a très peu d'espaces qui autorisent (à la fois légalement et psychologiquement) à parler gallo (ou toutes sortes de langues mal valorisées).
Si on développait les espaces adéquates et si l'idéologie linguistique puriste disparaissait, des conversations en "bon gallo" émergeraient beaucoup plus librement (et pas sûr que des parisiens comprendraient grand chose) car les compétences linguistiques sont belles et bien présentes massivement (mais peu utilisées actuellement).

Et concernant la promotion du gallo, elle ne se présente pas sous la même forme que pour le breton, c'est pour cela que ça donne l'impression que personne ne s'y intéresse.
Pour le mouvement breton, la langue doit être la cible (Aita, Redadeg, etc.), pour le mouvement gallo, la langue est le moyen (Bogue d'Or, fêtes de villages, la Gallésie en fête à Monterfil, etc.), ça rend la chose moins spectaculaire, mais pas pour autant absente Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeje
Ecuyer
Ecuyer


Nombre de messages : 414
Age : 61
Lec'hiadur/Localisation : naoned
Date d'inscription : 16/07/2009

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Mar 26 Avr - 21:33

En haute Bretagne, on entends maintenant plus du français régional (français mâtiné de gallo) dans les zones rurales que du gallo: moi qui ai baigné dans le gallo autrefois, j'atteste que le parler de mes grands-parents m'était difficilement compréhensible parfois, et je doute qu'un parisien du 19e siècle pouvait le comprendre sans une bonne dose d'accoutumance. Ce qui n'est plus le cas à présent.

P. Blanchet et H. Walter d'ailleurs distinguent bien "français régional" et "gallo".

Tu te trompes complètement quand tu dis que les gens n'avais pas conscience de parler une autre langue: ils appelait cette autre langue le "patois" (les instit' le leur faisait assez sentir!) et mon père changeait bel et bien de "langue" quand il revenait à Nantes. Et ma grand-mère disait que c'était "pas beau de parler patois", elle savait bien la différence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Backstaber
Roi Arthur
Roi Arthur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1189
Age : 31
Lec'hiadur/Localisation : Rennes
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: Re: Quelques mots...   Mar 26 Avr - 22:21

Citation :
En haute Bretagne, on entends maintenant plus du français régional (français mâtiné de gallo) dans les zones rurales que du gallo: moi qui ai baigné dans le gallo autrefois, j'atteste que le parler de mes grands-parents m'était difficilement compréhensible parfois, et je doute qu'un parisien du 19e siècle pouvait le comprendre sans une bonne dose d'accoutumance. Ce qui n'est plus le cas à présent.
Donc c'est bien, ça prouve que le gallo est une langue comme une autre. Le gallo parlé aujourd'hui n'est plus le même que parlait nos grands-parents, en quoi est-ce excepionnel ?
Tu parles français comme les gens de la génération de tes parents ? Tu parles de la même façon qu'il y a 10 ans ? Les pratiques langagières changent, et c'est normal.

La différence se trouve dans les situations d'énonciation et dans les modes de socialisation linguistique qui sont différents. Nos grands-parents avaient le gallo pour langue première, c'est donc logique qu'ils s'exprimaient plus spontanément dans un gallo ayant moins d'éléments franco-français. Les nouveaux gallophones ont les médias et la scolarisation massive en plus, mais ils ont des compétences en gallo qui sont au-delà de ce qu'on peut penser en premier lieu. Le problème c'est qu'ils n'ont pratiquement aucune occasion de les exercer.

Citation :
P. Blanchet et H. Walter d'ailleurs distinguent bien "français régional" et "gallo".
Pour cotoyer presque quotidiennement P. Blanchet, je pense qu'il ne distingue pas grand chose puisqu'il tient une position relativiste qui dit que les langues n'existent pas. Il parle de "phénomènes complexes" qui reçoivent tendanciellement des noms différents qui ne rendent pas compte de la réalité des choses.
Quand à H. Walter, ses définitions de "patois", "dialectes" et "langue" sont dépassées... elle parle bien du gallo mais ses positions théoriques restent encore celles de la linguistique fonctionnaliste de Martinet, ça date.

Citation :
Tu te trompes complètement quand tu dis que les gens n'avais pas conscience de parler une autre langue: ils appelait cette autre langue le "patois" (les instit' le leur faisait assez sentir!) et mon père changeait bel et bien de "langue" quand il revenait à Nantes. Et ma grand-mère disait que c'était "pas beau de parler patois", elle savait bien la différence.

Ils n'avaient pas conscience de parler une autre langue (à part peut-être dans le pays de Lamballe, et encore...), par contre ils avaient effectivement bien conscience de parler différemment, mais ce n'est pas la même signification (un peu comme la différence entre les questions : "qu'est ce que tu parles ?" et "comment tu parles ?"). Ils pensaient changer de variations, mais pas de variétés, ils ne s'entendaient pas dire (et croire) "tu ne parles pas français !" mais "tu parles mal français" (rien à voir avec le breton ou le basque par exemple). La compréhension de tels discours provoquent des représentations différentes qui ne sont pas valorisantes (quand on comprend la force de la norme linguistique en fRance).
Et je ne devrais pas utiliser l'imparfait, puisque c'est encore le cas aujourd'hui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelques mots...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelques mots...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quelques mots et phrases usuelles traduites en phonétique.
» bonjour à tous, je me présente en quelques mots
» Présentez-vous en quelques mots
» se présenter en quelques mots !!!
» Quelques mots de présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bretagne Passion le forum 100% Breizh :: Général :: Linguistique / En Breton et Gallo-
Sauter vers: