Bretagne Passion le forum 100% Breizh


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La situation du Breton/STAD AR BREZHONEG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Merlin
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2987
Age : 33
Lec'hiadur/Localisation : Radenac
Date d'inscription : 12/04/2005

MessageSujet: La situation du Breton/STAD AR BREZHONEG   Jeu 12 Mai - 1:36

N'eo ket ar brezhoneg ur yezh anavezet ent-ofisiel e republik Bro-C'hall.

Yezh nemeti ar stad Gall eo ar galleg. Met e gwirionez, meur a yezh a zo e Bro-C'hall ( brezhoneg, met ivez korseg, okitaneg, euskareg...).



Treuzvevet en deus ar brezhoneg e-pad kantvedoù ha deuet eo a-benn da stourm ouzh al latin hag ar galleg.

Koulskoude, disheñvel eo stad ar brezhoneg diouzh hini ar c'hembraeg ( yezh Bro- Gembre e Breizh-Veur, ha tost tre d'ar brezhoneg) : n'eo ket harpet nag anavezet ent-ofisiel gant ar republik gall.



Dedennus eo kenveriañ diw vro, Bro C'hall ha Breizh-Veur, evit stad ar yezhoù bihan.

Ur gouarnamant kreizennet a zo e-barzh ar diw vro abaoe pell. Met Breizh-Veur en deus anavezet he yezhoù bihan ent-ofisiel ha nac'h a ra c'hoaz Bro-C'hall hen ober .



Ar c'hembraeg, hag a zo tost d'ar brezhoneg, en deus bet un emdroadur disheñvel-tre deus ar brezhoneg.



Gant ar "Welsh language Act", er bloavezh 1967, eo bet anavezet ar c'hambraeg e-giz unan eus yezhoù ofisiel Breizh-Veur, ar pezh a dalv e c'helle ar skridoù a-bezh Stad skrivet e kembraeg.

Er bloavezh 1967, an holl banelloù nevez a oa diwyezhek ha kalz programmoù skingomz ha skinwel pemdeziek a oa krouet e kembraeg.

Ur skinwel e kembraeg a oa bet krouet e miz Du 1982.

Er skol e c'heller bezañ kelenner e kembraeg gant ar saozneg da eil yezh , pe ar c'hontrol , gant ar c'hembraeg da eil yezh.



N'eus skinwel ebet e Breizh. Met un nebeut eurioù brezhoneg zo war ar radio ha kontet pizh.

Kevredadoù, evel skolioù brezhoneg DIWAN, a stourm abaoe 20 vloaz evit ma vefe kelennet ar brezhoneg er skol.

Bez ez eus bremañ klasoù diwyehzek e-barzh un nebeut skolioù publik, abaoe nebeud amazer, met an tud o deus ranket stourm alies evit kaout kelennerien war ar brezhoneg.

Ha ma z'eo aet war gresk ar c'helenn diwyezhek deus 41 dre gant e blovaezh 1994, n'eus nemet 5 000 bugel hag a vez skoliatet e brezhoneg e Breizh.

Neuze, Bro-C'hall, hag a anavez gwirioù ar minorelezhioù er bed a bezh (nemet war he douar !), a nac'h kadarnaat "Karta Europa" ar yezhoù bihan (kouslkoude sinet e viz mae 1999 gant ar Stad C'hall). Pal ar C'harta a zo mirout ha diorren ar yezhoù bihan evel elfennoù eus sevenadur bev Europa.

Karta Kuzul evit at Yezhoù rannvroel pe bihanniver Europa a voe sinet gant ar Stad C'hall d'ar 7 a viz mae 1999 (diwarbenn 98 mellad zo er Garta ez eus nemet 39 zo bet degemeret gant ar stad c'hall).

Evit lod d'eus an tud e oa ur spi vras gant ur cheñchamant gant ar bolitikerezh ar gouarnamant evit ar brezhoneg.

Met e miz mezheven diskleriet en doa Kuzul ar Vonreizh ez ae ar Garta europat a-enep "diazezoù ar Republik" . Ne oa ket hepken evit ar vellad 2 ar Vonreizh C'hall ("ar galleg eo Yezh nemeti ar Republik") ez afe ar Garta a-enep pennaouennoù ar Republik , met ivez gant ar mellad 1 ("unded ar vroad" hag "unded ar Stad").

Ur c'hemm ar Vonreizh oa ret evit kadarnaat ar Garta. Ne oa ket e gwirionez ur gudenn vras , Cheñchet e vez ar Vonreizh Republik C'hall bep vloaz hiziz an deiz. Ar c'hemm diwezhañ oa evit kevatalder ar merc'hed er vuhez bolitikel;

Met ret e oa ar Prezident ar Republik a-du gant ur cheñchamant ar Vonreizh ha nac'het en doa degas kemm ar Vonreizh-se.

Sinet en doa ar Garta gant Stad C'hall met koulskoude nac'h Stad C'hall kadarnaat ar sinadur-se.

Da vare unvaniezh Europa, e barzh ur Stad hag a lavar bezañ hini gwirioù an den, Bro-C'hall a gendal'ch nac'hañ mouezhioù ar yezhoù bihan. Koulskoude, n'int ket ken ur goudrouz evit ar Republik hag ar galleg .

Ar vretoned a zo lod eus Frañs, met fellout a ra dezho ivez mirout o sevenadur hag o yezh . Re a draoù da c'houlenn ?


Le breton est une langue qui n'est pas reconnue officiellement dans la république française.

Le français est la seule langue officielle de l'état français , bien que dans les faits , la France soit un pays de plusieurs langues ( breton , mais aussi corse , occitan , basque ...) .

Le breton, a pu survivre, pendant des siècles en résistant à l'emprise du latin, puis à celle du français, mais à la différence du gallois ( langue du Pays de Galles au Royaume Uni et langue soeur du breton ), il ne dispose pas de l'appui et de la reconnaissance de l'état français .



Ainsi, est il intéressant de comparer deux pays ayant une forte tradition historique de centralisation, la France et le Royaume Uni, dans leur approche des langues régionales.

Un pays a reconnu ses langues minoritaires, le Royaume Uni, et un autre, la France, qui les refuse toujours .



Le Gallois , langue proche du breton (famille des langues dite brittoniques comprenant le gallois, le cornique et le Breton) , a vécu une évolution légale fort différente du breton.



En 1967, avec le "Welsh Language Act" , le Gallois est reconnu comme une des langues officielles du Royaume Uni, ce qui signifie que tous les documents publics peuvent être rédigés dans cette langue .

En 1974, l'installation de tout nouveau panneau routier est bilingue et de nombreux programmes de radio et de télévision quotidiens en Gallois sont mis en place.

En novembre 1982, création d'une chaîne de télévision de langue galloise

A l'école, possibilité de recevoir l'enseignement en Gallois avec l'anglais comme seconde langue, ou inversement en anglais, avec le Gallois comme seconde langue .



En bretagne pas de télé, quelques heures de radio chichement mesurés. Un enseignement faible du breton longtemps laissé à la seule initiative privée comme les écoles bretonnes DIWAN, qui militent depuis 20 ans pour l'enseignement du breton. Des classes bilingues dans quelques écoles publiques, depuis peu de temps, avec des parents qui doivent la plupart du temps se battre et militer pour obtenir des enseignants de breton.

Même si l'enseignement bilingue a progressé de 41 % depuis 1994, cela ne concerne qu'un peu plus de 5000 enfants actuellement en Bretagne.

Ainsi, la France, qui reconnaît les droits des minorités ethniques et linguistiques (sauf sur son sol) refuse aujourd'hui de ratifier la Charte Européenne des langues minoritaires et régionales, qui vise à "maintenir et développer les langues régionales, facettes vivantes de l'identité culturelle européenne" .

La Charte des langues minoritaire a été signée par la France le 7 mai 1999 (sur 98 articles de cette charte, seules 39, le minimum, ont été signées par la France).

Pour beaucoup de gens, c'était l'espoir d'un changement dans la politique de l'état français à l'égard de la langue bretonne.

Mais, imédiatement, au mois de juin, le Conseil Constitutionnel déclarait la Charte contraire aux fondements de la république donc anticonstitutionnelle non seulement à cause de l'article 2 de la Constitution française (« le français est la seule langue de la République », article voté en 1992) mais aussi en raison de l'article 1 ( « l'unité de la nation» et «l'unité de l'état »).

Un changement de la constitution était donc nécessaire pour pouvoir ratifier la charte europénne des langues minoritaires. Ce n'était en vérité pas un problème insurmontable. En effet, la constituition française tend à être modifiée chaque année, le denier changement a été effectué pour la parité homme-femme en politique.

Cependant, le président de la république doit donner son accord pour un changement constitutionnel, ce que celui aujourd'hui refuse de faire.

Ainsi, la charte des langues minoritaires européennes a bien été signé mais l'état français refuse aujoud'hui de la ratifier (c'est à dire mettre en application les dispositions signées par la France).

A l'heure de l'Union Européenne, dans un état se revendiquant comme le pays des droits de l'homme, la France continue de refuser l'expression des langues régionales qui ont depuis longtemps cessé d'être une menace pour la république et la langue française .

Les bretons appartiennent à la communauté française; Ils veulent également conserver leur culture et leur langue , est ce trop demander ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bretagne-passion.bzh.bz
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La situation du Breton/STAD AR BREZHONEG   Mer 14 Juin - 22:10

Ces bien résumé je trouve felicitation merlin et en breton ces encor mieu Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La situation du Breton/STAD AR BREZHONEG   Jeu 15 Juin - 10:20

oui c'est très bien dit bravo!!!
Revenir en haut Aller en bas
Merlin
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2987
Age : 33
Lec'hiadur/Localisation : Radenac
Date d'inscription : 12/04/2005

MessageSujet: Re: La situation du Breton/STAD AR BREZHONEG   Jeu 15 Juin - 22:18

et bien merci mais on ne peut dire que cela est bien raconté car cela parle de gros prôbleme pour notre pays et sauveegarde de sa langue alors je dirait que cela est bien résumé simplement car je me garderait bien de conter de tel histoire!!!!!

Et c'est vrai qu'en BReton gwilherm c'est toujours mieux!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bretagne-passion.bzh.bz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La situation du Breton/STAD AR BREZHONEG   

Revenir en haut Aller en bas
 
La situation du Breton/STAD AR BREZHONEG
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» qui parle breton?
» Quiz "parlez-vous breton ?"
» La Marseillaise en Breton
» Comment avez vous appris à parler le breton?
» Gras deoc'h a zeiz a zeiz e wellaañ ma brezhoneg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bretagne Passion le forum 100% Breizh :: Général :: Linguistique / En Breton et Gallo-
Sauter vers: