Bretagne Passion le forum 100% Breizh


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petite grammaire bretonne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Petite grammaire bretonne   Ven 13 Juil - 11:08

Deskiñ spered ar yezh - Carhaix -

- I - LA NEGATION

Une grande confusion régne sur la négation bretonne souvent réduite au seul modéle français, ce qui est loin d’être le càs.

1°) Réponse à une question interro-négative

Exemple: N’eo ket brao an amzer?

La réponse à une question interro-négative est Nann ou Eo (geo) dans les cas suivants:
Question: N’eo ket brao an amzer ?
Réponse: Nann ( Fall eo an amzer)

Question: N’eo ket brao an amzer?
Réponse: Eo ( Brao eo)
De ce fait on ne répondra donc pas Nann ou Eo à une question qui ne serait pas une interro-négation.

Quelques exemples:

N’e-neus moulet leor ebed? - Nann.

N’e-neus skrivet leor ebed?- Eo. O paouez echui eun trede leor ema.

Gradlon, Gwenole, Korantin, ne heller ket dispartia an tri ano-ze? - Nann. O zri e vezont asamblez - ou: Eo. Ar re-ze a zo disheñvel kenañ o fersonelez.

Douarnenez n’eo ket mui ar brasa porz pesketa a zo e Breiz? - Nann. Siwaz. Konkerne eo.
N’ema ket tad Perig war vor? - Eo. War vor ema.
Eun dro hep par eo Tromeni Sant Ronan. N’eus nemeti e Breiz?- Eo. Tromeniou all a zo.

2 ) Réponse négative à une question non interro-négative.

On peut, soit:

a) Répondre en niant le verbe de la phrase
Exemples: Brao eo an amzer? - N’eo ket.

O labourad emaout? - N’emaon ket.

b) Ou répondre par Nann, mais en niant aussitôt le verbe de l’interrogation
Exemples: Brao eo an amzer?
Nann. N’eo ket.

O labourad emaout?
Nann. N’emaon ket.
On notera que cette forme est rarement utilisée chez les bretonnants de naissance. Cependant quand ils l’entendent, ils sont unanimes pour dire que c’est la meilleure.

Exemples: Ha gouzoud a rez gand piou eo bet savet an ti-ze?
N’ouzon ket avad

Ar re o-deus bet savet ar peulvanou-ze a oa kelted eveldom?
Ne oant ket. Eur bobl all e oant kosoh eged ar gelted.

Avel ‘ zo?
N’ eus ket.

Glao a ra?
Ne ra ket.

Ar ganaouenn a gani evidon?
Ne ganin ket.

Dans la langue parlée la réponse oublie souvent le verbe pour se borner à “ Ket”

Exemple: Butun az pezo?
Ket. (au lieu de: N’am bo ket )

3°) Autres formes de la négation
a - Le renforcement
On entend parfois des bretons non bretonnants appliquer, en français, une régle bretonne en disant: “Ce n’est pas moi que c’est “;
Cette régle: “ N’eo ket me eo “ est souvent utilisée pour renforcer la négation. On connaît le vieux dicton: N’eo ket ar goantiri eo a lak ar pod da virvi.
( Qui correspond à: La beauté ne se mange pas en salade.)
En voici quelques exemples:
- Hervez a welan, n’eo ket skrivagnerien eo a ra diouer da Vro Wened?
- Nann sur.
- N’eo ket brezoneg divouedet eo a veze gantañ evel ma lenner bremañ e kemend a baperiou?
- Nann sur! brao e teue ar brezoneg gantañ.
- N’eo ket sardined hepken eo a vez pesketet e Douarnenez?
- Gwad am-eus dindan va ivinou ha n’eo ket dour karotez eo.
- An amzer eo a ra ar foenn, neket an dud eo.
- Eur wech n’eo ket atao eo.
- N’eo ket diouz e zoare eo mond dezañ ( Ne pas le juger sur sa mine)
- N’eo ket dre va faot eo.
- N’eo ket c’hoari ruz pe zu eo a zo d’ober.
- P’en em laka d’ober eun dra bennag n’eo ket hanter ober eo e ra.

b - Négation avec le verbe ober.
Les exemple suivants serviront de modéle.
- Rei anezo a rit?
- Ya, ober a reom
- Ne reom ket.

- Ne zebrit ket ho soubenn?
- Gran. (eo)
- Nann.

- Ne roit ket anezo deom ?
- Grin (eo)
- Nann;

c - Réponse obtenue en niant l’adjectif opposé. Cette construction est propre au génie de la langue bretonne.Les exemples qui suivent permettront de l’assimiler:
Mad eo ar zoubenn?
N’eo ket fall.

Brao eo iliz ho parrez?
N’eo ket divalo.

Braz eo da vab?
Ne heller ket lavared e vefe bihan

Eun den dreist ordinal eo?
N’eus ket kalz a dra ouzpenn dezañ.

Pase mad eo bet an traou ganeoh?
N’eus ket da lavared nann!
Le “ N’eo ket fall” qui est souvent entendu dans la langue parlée équivaut en fait à “ un presque bon “ (N’ eo ket fall e brezoneg a zo mad dija!)

4°) Les erreurs à éviter

- Utiliser des chapelets de “Nann! nann! nann!
- Utiliser Nann avec des mots tels que: Med nann! ha nann! - nann, mar-plij nann - Perag nann.
- Placer Nann au milieu d’une phrase comme on le fait en français pour Non.
Exemple: Nukleel? Nann! Trugarez - qui n’est qu’une simple translittération au lieu de: Nukleel ? N’am-eus ket ezomm anezañ
- Utiliser le verbe ema à la place de Eo dans certains cas:
Exemple: Breiz n’ema ket da werza.
5) Traduction de “ Oui ou non ? “
Elle se rend comme ceci:
Gwir pe get?
Gwir pe gaou?
Gwir eo pe n’eo ket?
Comment dire “non merci” ?
Surtout pas: nann trugarez!
Le non merci est rendu par:
Eur banne az po? - N’am-eus ket ezomm ou: N’am-bo ket.

6) Recommandations: De précieux conseils pourront être trouvés dans le dictionnaire de Jules Gros: Le style populaire, pages 195 - 196 - 197 - 198 et 199.
7) Exemples divers pris dans la langue parlée
- Glao a vo?
- Ya
- Ne vo ket - Ne raio ket

- Avel a oa deh?
- Ya;
- Ne oa ket - Ne ree ket

- En ti ema Soazig?
- Ya
- N’ema ket.

- N’ema ket Soazig en ti?
- Ema
- Nann.

- Bez ez euz tud?
- Ya
- N’ eus ket.

- Skuiz e vi o vale
- Ya.
- Ne vezin ket

- Ne labourit ket bemdeiz?
- Gran - Nann.

- Perag ‘rit an neuz da nompaz komprenn ahanon?
- Ne ran ket an neuz, ne gomprenan ket ahanoh;

- Neuze ne ouzoh ket petra eo ludua?
- O! gran! va haz a blij dezañ ludua.

- N’ eo ket sardined eo hepken a vez pesketet e Konkerne?
- Nann, sur.

- Gouzoud a rez petra a ree on tud koz pa zouare an Normaned war-dro Kraoñ?
- N’ ouzon ket avad.

- Evel-se’ta, oll deñzoriou koz Kemper n’int ket deuet beteg ennom?
- Siwaz! Nann.
Ces quelques remarques ne prétendent pas faire le tour complet de la négation. D’autres exemples pourront être trouvés dans les meilleurs livres de la littérature bretonne. Ceux qui figurent dans ce chapître proviennent, dans leur majorité, des œuvres de V.Seité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Ven 13 Juil - 12:28

- 2 - LE COMPLEMENT DU NOM


1 - Quand le nom complété est indéfini il s’unit à son complément par “Euz “ (de) s’il s’agit d’un nom de choses :

eur prenest euz an ti : Une fenêtre de la maison
eun darn euz an traou : Une partie des choses
Kadoriou euz ar sal : Des chaises de la salle.

2 - S’il s’agit d’être animés, on emploie “da” généralement (à) :

eur mab da Ber ( un fils à Pierre ) et non pas “ le fils de Pierre “
bugale da Liz ( des enfants à Louise)
eur pao d’ar hi : Une patte du chien.

3 - Euz peut aussi marquer l’origine :

Dour euz ar puñs : De l’eau du puits ( dour puñs : de l’eau de puit - Dour mor : De l’eau de mer )
eun den euz an Naoned : Une personne de Nantes

4 - Si le complément marque une qualité , il est précédé de “a”

eur Breizad a galon : Un breton de cœur
eun den a lezenn : Un hommde loi
eur skrivagner a ouenn vad.
eun den a vor.

5 - Si le complémént est une dévaluation, il est encore précédé de “ a” (de)
eur billed a vil lur : Un billet de mille francs

6 - Il en est de même du nom complété suivi d’un adjectif :

eun dorz vraz a vara : Une gande miche de pain
eun tamm braz a amann : Un gand morceau de beurre.
Mais on dira : eur gontellad amann ( pas d’adjectif qui compléte)

7 - Quand le complément joue le trôle de l’adjectif, la préposition est supprimée

eur groaz koad
mogeriou mein

8 - Enfin le complément de nom peut être un infinitif introduit par “da”:

Dour da eva
Mekanikou da skriva.

9 - Le suffixe “ad” marque le contenu :

Karr - karrad (Charrette - Charretée)
Ti - Tiad ( Maison - Maisonnée)
Bolenn - Bolennad ( Bol - Bolée )
Plad - Pladad ( Plat - Platée)
...............................................

La conversation ci-dessous comporte de nombreux exemples:

1 - Petra ‘ zo torret? - eur prenest euz an ti a zo torret. Torret e oa bet gant an avel. eur prenest koad e oa.

2 - Te , Madalen a zo merh da biou? - Merh on da Vari Kozmao, hag Herri amañ a zo mab da Lena Kiniou.

3 - Petra ‘ zo gand Marianna aze? - Dour fresk euz ar feunteun a zo ganti er pod-mañ, ha dour euz ar mor er pod-se.

4 - Eva a rit dour mor? - Ne ran ket, med dour feunteun. An dour mor n’eo ket mad da eva. Eva a ra eur volennad vad a zour feuteun.

5 - Piv a zo o pourmen a-hont war an hent? Tud euz ker int. Euz Rosko pe Kastell-Paol. N’int ket euz Montroulez.

6 - Peseurt micher a ra tad-koz Chanig? - Eun den a vor eo hag eur Breizad a galon. N’eo ket un den a iliz.

7 - Ped billed a vil lur a zo gand Marivon? Deg billed a vil a zo ganti. An dra-ze a ra deg mil lur. Billedou paper glaz int.

8 - Petra ‘ zo ganeoh en ho paner Marharid? - Teir dorz vraz a vara a zo ganin er baner-mañ hag un tamm kaer a amann er banerig-se. Ya, un dorz vara hag un tamm amann a zo ganin.

9 - Petra eo ar mekanikou-se? - Eur mekanik da skrivañ hag eur mekanik da gontañ. Egile avad a zo eur mekanik da droc’hañ paper.

10 - Petra ‘ zo war an daol? - eur volennad lêz, eur podad braz a gafe, eur voutaillad chistr hag eur pladad bihan a gig sall.


V. Seité ( tiré des leçons publiées par le Télégramme)
Revenir en haut Aller en bas
Krapadoz
Thuata de dannan
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1747
Age : 29
Date d'inscription : 15/05/2005

MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Ven 13 Juil - 16:02

la négation avec le verbe ober..... je ne m'y ferais jamais !

un petit plus, tres rare, mais amusant :

_brav eo an amzer ?
_hag eo !

J'imagine qu'à une époque lointaine cette réponse était la plus courente
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Sam 14 Juil - 19:15

Deskiñ spered ar yezh - Carhaix.
Petite grammaire bretonne - Texte de V.Favé.

3 -HAG ALL (Y COMPRIS)

HAG ALL est une expression enclitique qui se place à la suite du mot qu'il affecte, ainsi que le mot "avad" dans "me avad a yelo": Moi, en tous cas, j'irai. Quant à moi j'irai.
HAG ALL signifie "Y COMPRIS": Tri mil lur on dleour deoh, interest hag all:
Je vous dois trois mille francs, intérêts compris (Avec le intérêts ).
De plus en plus, on rencontre HAG ALL pour dire "ET CAETERA".
Cette expression serait mieux rendue par: "HA KEMENT'ZO" ou d'autres tournures bretonnes suivant l'exposé ci-dessous:

Pour "HAG ALL " voici quelques exemples:
- Avalou douar, plusk hag all: Pommes de terre avec leur pelure (pelure comprise).
- Ar haz e-neus debret al labousig en e bez, pluñv hag all: Le chat a mangé le petit oiseau en entier, plumes comprises.
- An oll a zo pedet, bugale hag all: Tous sont invités, enfants compris.
- Gleb-teil e oa e zilhad, roched hag all: Ses habits étaient mouillés,
chemise comprise.
- Kollet e-neus pep tra en afer-ze, brud vad hag all: Il a tout perdu dans cette affaire, y compris sa réputation.
- Ar pesked a ya gantañ, drein hag all: Il mange le poisson, arêtes comprises.
- En em daolet e-neus er mor, dilhad hag all: Il s'est jeté à la mer, avec ses habits, tout habillé.
- Dastumit ar patatez, re vihan hag all: Ramassez les pommes de terre,
les petites comprises (les petites aussi ).
- Toud a ya gantañ, chistr hag all: Il boit de tout, cidre compris.
- Gwerzet am-eus an ti, arreuberi hag all: J'ai vendu la maison, ameublement compris, avec l'ameublement.
-D'an trot ez a ar marh, saoiou hag all: Le cheval trotte, dans les côtes aussi bien.
- Kerez a lonk mein hag all: Il avale les cerises, noyaux compris.


- Da zeg mil lur eo deuet din, T.V.A. hag all: Il m'a coûté dix mille francs, taxe comprise.
-Mil lur, mizou kas hag all: Mille francs, frais de port compris (franco de port).

ET CAETERA:
On trouve de plus en plus cette expression traduite par"HAG ALL" qui a tout autre sens comme il a été montré dans les exemple précédents.
"ET CAETERA" est une expression latine qui signifie "Et les autres choses” "et le reste". Elle est employée à la suite d'une énumération pour montrer que cette dernière n'est pas complète.
Habituellement elle se traduit en breton par: "HA KEMENT'ZO".

- Legumaj a gaver er vro: patatez, ognon, pour, ha kement'zo:
On trouve des légumes dans le pays, des pommes de terre, des poireaux, des oignons, etc......
- En ti-ze e vez gwerzet a beb seurt: lienaj, mezer, tokou, bouteier ha kement'zo: Dans cette maison on vend de tout:de la lingerie, des étoffes, des chapeaux, des chaussures, etc.....

Mais on peut encore user d'autres formules et tout d'abord "ET CAETERA"
lui-même comme dans beaucoup d'autres langues.

Passons en revue ces diverses expressions:

- HA ME OAR-ME? (Que sais-je?).
Kalz yezou e-neus desket, brezoneg, galleg, saozneg, ha me oar me!: Il a appris beaucoup de langues, breton, français, anglais, etc...(et que sais-je encore?)

- HAG AR REST:
- Toud ema an tiegez da veza gwerzet, arreuberi, loened, mekanikou, benviji, hag ar rest: Toute l'exploitation va être vendue: ameublement, bêtes, machines, outils, etc.... (et le reste).

- HA TRAOU EVEL-SE.
Marvet eo ar voereb koz, petra'zo kavet war he lerh? Nebeud a dra: Buhez ar zent, ar pevart mab Hemon, eur stern neza, HA TRAOU
EVEL- SE: La vieille tante est morte laissant après elle peu de choses; une vie des saints en breton, les quatre fils Hemon, un métier à tisser, etc.....

- HA N'ON DARE (N'OUZON DARE)
Er skol-ze e vez desket kalz traou: lenn, skriva, med ivez kana ha dansal, c'hoari gand ar biniou, ha n'on dare (Ha petra c'hoaz !): Dans cette école, on y apprend beaucoup de choses, lire et écrire, mais aussi chanter, danser, jouer du biniou, etc.....


25

TUTTI QUANTI:
Expression italienne que les Français ont adoptée au XVII siècle pour indiquer "ETC" après une liste de noms de personnes.
Elle signifie: TOUT AUTANT QU'ILS SONT, TOUS LES GENS DE CETTE ESPECE.
Comment la rendre en breton? On pourrait faire comme bien d'autres langues: utiliser "Tutti quanti "
Menegom ar skrivagnerien brezoneg, Kervarker, Kalloh, Malmanche,
P.J. Hélias, Jakez Riou ha tutti quanti.

En fait nous avons l'expression équivalente:
HA NA PED ALL !
HA PED HA PED ALL !
HA NOUSPED ALL!.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Dim 15 Juil - 9:12

Deskiñ spered ar yezh - Carhaix

4 - GENERALITES SUR LES PREPOSITIONS

Texte de V.Favé


LES PREPOSITIONS

1 - Généralités
Les prépositions représentent pour nous une des richesses de notre langue bretonne. Les déclinaisons ont depuis longtemps disparu, mais avec l'emploi des prépositions, nous en avons l'équivalent.
Distinguons tout d'abord la préposition de l'adverbe ou de la conjugaison. L'adverbe est un mot invariable qui vient préciser ou modifier le sens du mot qu'il affecte.
- Qu'il s'agisse d'un verbe:
Debri c'hoaz a vefe re: Manger davantage ce serait trop.
Neuze ez eas kuit: Alors il s'en alla.
- Qu'il s'agisse d'un adjectif:
Klañv mad eo bet: Il a été bien malade.
Braz a-walh eo: Il est assez grand.
- Qu'il s'agisse d'un adverbe
Kana mad tre a ra: Il chante très bien.
Abred kenañ ema: Il est de très bonne heure.
- Qu'il s’agisse d'une préposition:
Dioustu goude ar barr-amzer: Aussitôt après la tempête
A-haoliad war e varh: A califourchon sur son cheval.
L'adverbe a un sens à lui tout seul, s'il n'a pas de complément. La préposition a toujours un complément: da-houde (adverbe) - goude koan (préposition).
Quand le complément est un pronom personnel, certaines prépositions se déclinent avec une terminaison spéciale pour chaque personne.
Prenons la préposition DIRAG.
On dira:
Dirag an ti: Devant la maison.
Dirazon: Devant moi.
Dirazout: Devant toi.
Dirazañ: Devant lui.
Dirazi: Devant elle.
Dirazom: Devant nous.
Dirazoh: Devant vous.
Dirazo: Devant eux.
Dirazor: Devant soi-même (réfléchi).
Kerz araog da vreur (préposition): Marche devant ton frère.
Da vreur a zo eet araog (adverbe): Ton frère est allé devant (ou avant).
La préposition est un mot qui vient unir d'autres mots, le second venant le préciser, compléter le sens du premier.
Ar zoubenn a zo war an daol: La soupe est sur la table.
On précise l'endroit où se trouve la soupe.
Goude lein ez aim d'ar park: Après le repas nous irons au champ.
On précise le temps: Ce sera après le repas.
Ar glaou a zeu euz an douar: Le charbon vient de la terre.
On précise l'origine.

Araog ar zul ema ar zadorn: Le samedi tombe avant le dimanche.
Mais:
Ar zul araog e oan eet e kér (adverbe): Le dimanche avant j'étais allé en ville.
Eet eo araozon (préposition): Il est allé devant moi (ou avant moi).
Em raog ema (adverbe): Il est avant (ou devant moi).

La préposition est un mot qui marque l'union, l'alternative, l'opposition ou la conséquence.
Va zad ha va mamm.
An tre pe al lano.
An ti avad a zo koz.
Me a yelo eta.
La conjonction introduit les prépositions subordonnées et les relie à la principale.
Kavoud a ree dezañ ez oam deuet: Il croyait que nous étions venus.
Ma karez ez in d'az kweled: Si tu veux, j'irai te voir.
Pa vo brao an amzer: Quand le temps sera beau.
Des développements et des précisions à l'étude des propositions subordonnées:
Souvent, la préposition n'est qu'un adverbe suivi d'un complément: Araog - Araog ar glao.
Il y a des prépositions proprement dites, et les "locutions prépositives" sont très nombreuses et permettent justement d'exprimer avec finesse les nuances de la pensée.
E-tal ar poull: Sur les bords du lavoir.
Mond a rin war e arbenn (ou en arbenn dezañ): J'irai au-devant de lui.
Bleuniou a zo endro d'an ti: Il y a des fleurs autour de la maison.
Mond a-eneb da red an dour: Aller à contre-courant.
Comme il y a des locutions adverbiales:
Dre zu-mañ ema ar hiz: Dans notre région c'est la coutume.
Yen eo er-mêz: Il fait froid dehors.
Les prépositions avec le suffixe SE (muté en ze)deviennent des adverbes.
Goude-ze ez in: Après, j'irai.
Evel-se ema kont: Il en est ainsi.
Ablamour da-ze: C'est pourquoi.
Kenta-ze: En conséquense.
Gwell a-ze: Tant mieux.
Gwaz a-ze: Tant pis.
Evid-se: (adverbe enclitique): Mais
N'emaom ket en hañv evid-se: Nous n'étions pas encore en été.
Pour dire "pour cela", mieux vaut écrire Evid an dra-ze, pour ne pas confondre. Dand ce cas le breton a influencé le français parlé de chez nous.
On dira: "Moi je n'irai pas pour ça" mais "Moi je n'irai pas". En Haute-Bretagne, on garde la mais en le plaçant enclitique, comme en breton; et on dira: "Je n'irai pas, mais".
L'utilisation des prépositions donne une mine d'expressions qu'on verra dans l'étude de chaque préposition.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Dim 15 Juil - 9:15

Deskiñ Spered ar Yezh - Carhaix -
Texte de V.Favé
5 - LA PREPOSITION HA

La préposition HA est d'abord une conjonction simple copulative de coordination, et une conjonction de subordination.
1. Ha, simple conjonction copulative de coordination.
Te ha me: Toi et moi.
Hemañ hag egile: Celui-ci et l'autre.
Nous avons beaucoup d'expressions sous cette forme grammaticale, pour exprimer la proximité.
Douar ha douar emaom: Nos propriétés se touchent
En em gavet om fri ha fri: En face l'un de l'autre.
Gwele ha gwele: Voisins de lit.
Kein ha kein: It kein ha kein da weled piou eo ar brasa: Dos contre dos.
Ti ha ti: Nos maisons se touchent.
Kichenn ha kichenn: Voisins.
Skoaz ha skoaz: Epaule contre épaule, côte à côte. Nous nous épaulions.
Beza evel ki ha kaz: Ne pas pouvoir se supporter, être adversaires.
Daou ha daou: Deux à deux.
Autres expressions:
Hag all en finale: y compris.
Avalou douar poazet plusk hag all: Sans avoir été épluchées, pommes de terre en robe de chambre.
Kemend ha mond d'ar vourh, pren din eur pakad butun: Tant qu'aller au bourg, achète moi un paquet de tabac; puisque tu vas au bourg; tout en allant au bourg...
2. Conjonction de subordination: Pour introduire une proposition interrogative indirecte.
N'ouzon ket ha mond a raio: Je ne sais pas s'il viendra.
N'ouzon ket hag abred e vo: Je ne sais pas s'il sera de bonne heure.
Remarque: Comme c'est la règle pour les propositions subordonnées, la conjugaison est synthétique. Sujet après le verbe, ou compris dans le verbe. Cependant, si on veut insister sur le sujet, sur la qualification du sujet, on peut employer la conjugaison analytique:
N'ouzon ket ha dond a raio Per: Je ne sais pas si Pierre viendra
N'ouzon ket ha Per eo a deuio: Je ne sais pas si Pierre est celui qui viendra
N'ouzon ket ha dond a raje Per: Je ne sais pas si Pierre viendrait, s'il était prévu que Pierre viendrait, s'il avait l'intention de venir.
Autres expressions:
Ha c'hoaz: Et encore.
Ha ma'z afem?: Et si nous y allions?
A-deoh: Salud, Deiz mad deoh.
Il est préférable d'écrire:
A-deoh que Ha deoh: étant donné que l'expression n'est pas la réponse à un salut, mais une interpellation sujet.
C'est différent par exemple, pour:
Ha kemend-all dit ou Ha deoh ive: qui sont des réponses.
Pour A-deoh: voir "Santez Triphina".
Ha et l'infinitif peut exprimer une préposition indépendante:
Neuze Per ha distrei d'ar ger: Alors Pierre revient (revint à la maison)
ou Pierre de revenir; tournure française qui a été utilisée en breton, mais à tort nous semble-t-il.
Et il se leva: Hag eñ ha sevel
Ha comme conjonction commençant une phrase interrogative affirmative.
Ha dond a reoh?: Viendrez vous ? devant l'infinitif.
Ha greet ho-peus ho soñj da vond?
Mesk ha mesk - Touez ha touez.
Adverbe après Ken: Ken aliëz ha bemdez e teu amañ.

3. Conjonction de subordination introduisant une subordonnée temporelle commençant par "alors que":
Dond a reas en ti ha me war lerh: Il entra dans la maison alors que j'y étais, moi présent.
Ha me o wriad: Alors que j'étais en train de coudre.

4. Elle peut introduire aussi une proposition subordonnée concessive
commençant par "même si", traduit par ha (hag)
Ha goude ma, ha goude ma vije ar mestr war al leh: Même si le maître était là.
Ha goude ma vije prenet an nor.

5. Ha (Hag): Préposition
Elle sert pour exprimer la comparaison, le premier mot commençant par:
ken, ker:
Ken braz hag e dad eo: Il est aussi grand que son père.
Ken abred e vezi: Tu seras aussi tôt.
Ken aliëz ha bemdez: Aussi souvent que tous les jours.
Ha (hag) se décline et entre directement en composition avec le pronom personnel:
Hag-on (me), Hag-out (te), Hag-eñ, Hag-he, Hag-om (ni)
Hag-oh (c'hwi), Hag-int (i), Hag-or (an-unan)
Ken abred hag out (te) on erruet: Je suis arrivé aussi tôt que toi.
Koulz hag-or an-unan n'heller ket tizoud e peleh koulz hag an-unan.
Ken desket hag-or an-unan a gaver atao: On trouve toujours aussi instruit que soi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Dim 15 Juil - 9:20

Deskiñ Spered ar Yezh - Carhaix
Texte de V.Favé
LA PREPOSISTION DRE

DRE peut remplir la fonction de préposition comme celle de conjonction.
DRE PREPOSITION se conjugue: Drezon (se dit aussi dreizon), drezout, drezañ, drezom, drezoh, drezo, drezor.
1. PAR, à travers, indique par où l'on passe pour aller d'un lieu à un autre:
Me a ya da Vrest dre Lesneven: En passant par Lesneven.
Dre ar prad eo berroh: Par le pré c'est plus court.
2. Par le moyen de, avec:
Dre vor eo eet da Vro-Zaoz, distrei a ray dre garr-nij.
An dornéréz dre-gezeg on-eus lakeet en he flas eun dornéréz dre-dan.
Nous avons remplacé la batteuse à chevaux par la batteuse à moteur.
Desket am-eus bleinia eur vag dre-lienn: J'ai appris à manœuvrer un
bateau à voiles.
Kaset am-eus kelou dezañ dre ar post: Je lui ai adressé la nouvelle par la poste.
3. La manière, la façon, le motif:
Gwelloh eo mond dre c'hwi d'an itron, dre de n'eo ket seven: Il vaut mieux que tu vouvoies la dame, la tutoyer ne serait pas poli.
Eet eo dre laer er mêz euz an ti: Il est sorti furtivement de la maison.
Dre guz: En se cachant.
Dre gaer ha dre heg, a beb eil: Tour à tour par la force et par la douceur.
Heulia a ra eur skol dre lizer: Il suit les cours par correspondance.
Dre gasoni: Par haine - Dre dreitouriez: Par traîtrise.
Dre fallagriez: Par méchanceté - Dre vadelez: Par bonté.
Dre e gousk eo deuet ar zoñj-se dezañ: L'idée lui est venue dans son
sommeil.
Dre huñvre: En songe.
Dre vraz: En général.
Dre finesa: Par ruse.
4. Le pourcentage, la proportion:
Deg dre gant am-bo (am-mo) digantañ: Il me donnera 10%.
Eun deg penn brikoli dre gant a zo bet skornet: 10% des choux-fleurs
étaient gelés.
5. Formule de vente:
Ar viou a vez gwerzet dre zousenn, an artichaod dre benn, ar patatez dre lur: Les oeufs se vendent à la douzaine, les artichauts à la tête, les pommes de terre au poids. (On peut dire aussi: diouz ar pouez).
6. L'ordre, l'arrangement:
An dud a oa renket dre oad, dre vent, dre vro: Les gens étaient rangés par âge, par taille, par pays (a oe signifierait: furent).
7. Autres formules:
Dre zienn: lêz dre zienn: Du lait avec sa crème.
Dre gomz, dre ober, dre vankoud da ober: Par parole, par action, par
omission.
DRE ainsi avec l'infinitif correspond aussi à une subordonnée temporelle: En parlant, en agissant, en omettant.
Dre glask mad (ou gand klask mad): En cherchant bien.
Conditionnelle, à condition de bien chercher.
Dre douez: Parmi.
Dre douez ar betarabez e kavi eur penn bennag a-zaladenn: Parmi les betteraves tu trouveras quelques têtes de salade.
On dirait aussi bien: E-touez.
Dre douez est aussi bien: Kavoud a ri unan pe unan dre douez: Tu en
trouveras parmi.
Dre amañ: Dans cette région.
Dre amañ eo kaled ar vuhez: La vie est dure par ici.
Dre-oll: Partout.
Soubenn dre-lêz (pe soubenn al lêz):
Dre uz: Par consomption: Dre uz eo marvet,dre langiz.
Dre ma: Locution conjonctive temporelle: Au fur et à mesure..Tout en....
Dre ma kresko e teuio nerz dezañ: Au fur et à mesure qu'il grandira, il se fortifiera.
DRE MA rend aussi le participe présent exprimant une simultanéité de deux actions:
Kutuil bleuniou dre ma' zi.
Klask a ree e voued dre ma' z ee: Il cherchait sa nourriture tout en allant.
(Kervella 786).

Kervella en 650 donne un sens causal: N'oa ket evid dond dre ma oa fall an amzer. Nous préférons garder à la forme dre ma, son sens temporel de "au fur et à mesure", nuance qu'elle est la seule à rendre. Pour les causales nous avons "Rag ma", "en abeg ma","o veza ma","abalamour ma".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Dim 15 Juil - 9:25

Deskiñ Spered ar Yezh - Carhaix
Texte de V.Favé
7 . LA PREPOSITION WAR

La préposition WAR
War indique une chose sur laquelle on pose quelque chose, sur laquelle on s'appuie.
- An doubier a zo war an daol: La nappe est sur la table.
- Al lein a zo war an tan: Le déjeuner est sur le feu.
- Azezit war ar gador: Asseyez vous sur la chaise.
- En em harpit warnon: Appuyez vous sur moi.
Mais la préposition WAR se prête à un grand nombre d'expressions qu'il est difficile de classer.
- WAR ARBENN: A la rencontre de.....Au devant de....
Mad a rafe deoh mond war e arbenn: Vous devriez aller au devant de lui.
- WAR-BOUEZ: A force de.....
War bouez poueza warnañ eh asanto: A force d'insister auprès de lui, il acceptera.
- WAR-BOUEZ: Au moyen de....:
Derhel a ran an ebeul war bouez eur gordenn: Je tenais le poulain par une corde.
- WAR-BOUEZ: War bouezig: Lentement.
Kerzoud a ra war bouezig (ou war e bouezig): Il marche lentement.
- WAR-EEUN:
It war-eeun gand ar wenojenn: Allez tout droit en suivant le sentier.
- WAR-EVEZ: Sur ses gardes.
Bez war evez!: Veille!
- WAR-BIGN / WAR-GREH: En montant.
An hent a zo war-bign: Le chemin monte.
- WAR-ZIRIBIN - WAR-ZINAO: En pente descendante.
Ar park-se a zo eun tammig war ziribin.
- WAR-DLE: A crédit.
Prenet am-eus an diennerez war dle: J'ai acheté l'écrémeuse à crédit.
- WAR DROAD: A pied
War droad eo deuet (ou War e droad eo deuet): Il est venu à pied.
- WAR GAN: En chantant
Dizul e vezo eun overenn war gan: Dimanche, il y aura une messe chantée.
- WAR GAN e teu o fedennou gand ar vugale: Les enfants récitent leurs prières en chantonnant.
- WAR GOLL / WAR C'HOUNID: En y perdant - En y gagnant.
Va ognon am-eus gwerzet war goll: J'ai vendu mes oignons à perte.
- WAR-GIL: A reculons - WAR GIL ou WAR E GIL:
War e gil e renkas mond: Il lui fallu aller à reculons.
- WAR-GREIZ: Au milieu.
- WAR-GREIZ: Na chom ket war-greiz an hent: Ne reste pas au milieu du chemin.
- WAR-GREIZ AN DEIZ: Au milieu de la journée.
N'eo ket fall ober eur housk war-greiz an deiz: Il est bon de faire une sieste au milieu de la journée.
On dit aussi: WAR-GREIZ AR ZIZUN, WAR-GREIZ AR BLOAZ. Mais on dira plutôt: E KREIZ AN NOZ: Dihunet on bet e kreiz an noz gand ar gurun: Le tonnerre m'a réveillé au milieu de la nuit.
- WAR GRESK: En grandissant, en prospérant, en augmentant.
War gresk eo eet priz ar gwiniz: Le blé a enchéri.
War gresk ez a an dour er puñs: L'eau monte dans le puits.
Le contraire de ces expressions est : WAR ZISKAR - WAR ZISTAOL: En diminuant, en perdant de l'importance.
- WAR-HED: Aux aguets, en attente.
War hed resev kelou ema: Il attend des nouvelles
War hed pemp kard leo pe wardro e kavoh eun ostaleri: A cinqkilomètres d'ici, vous trouverez une auberge.
- WAR-NEZ: Sur le point de.
War-nez mervel ema: Il est sur le point de mourir.
- WAR NEZ: Mond war nez: Aller à la selle.
- WAR VAR: Hésitant.
Evid c'hoaz ema war var: Pour le moment, il hésite.
Edo war var da veza beuzet: Il était sur le point de se noyer.
- WAR ZIKOUR: Au secours de.
Amañ etre amezeien ez eom atao an eil war zikour egile: Ici entre voisins on s'entraide.
- WAR-ZAV: Sur pied.
Abred e vez war zav: Il est de bonne heure sur pied.
On dit aussi WAR VALE: Klañv eo bet,med bremañ ema adarre war vale: Il a été malade, mais maintenant il est de nouveau debout.
- WAR ZIVIZ: En dialoguant.
Eun overenn war ziviz: Une messe dialoguée.
- WAR WEL: En vue
War wel edo bag ar pesketour: Le bateau du pêcheur était en vue.
- WAR WELL, WAR WELLAD, WAR WELLAAD ez a: Il va de mieux en mieux, en s'améliorant.
- WAR WELLAAD EZ A: Cette formation est valable pour tous les verbes dérivés d'adjectifs:
WAR VRASAAD - WAR WIHANAAD......
- WAR-VARH: Habillé de vêtements d'emprunt.
Fichet kaer e oa ar wreg nevez. Ya,med war varh edo. (La nouvelle mariée était bien habillée - Oui. Mais avec des vêtements d'emprunt).
War varh vient sans doute de marhad, suite à un contrat d'emprunt.

Parfois on met l'article devant le complément:
- WAR AR BLOAZ: Durant l'année.
Ar zulveziou war ar bloaz: Les dimanches ordinaires.
-WAR A LAVARER: Dit-on.
-WAR E BARLOCHOU: A quatre pattes
Ne vale ket c'hoaz;mond a ra war e barlochou avad.
- WAR AN DEIZ: Le jour - de jour
Labourad ara war an deiz: Il travaille de jour.
Mais on dira: Labourad a ra en noz: Il travaille de nuit.
- WAR E DREID NOAZ: Pieds nus.
War e dreid noaz e vez alïez: Il est souvent pieds nus.
- WAR E HED: Entièrement
Al labour a zo greet mad en e hed: Le travail a été fait complètement.
- WAR E GANT: Sur le chant : sur le côté
Ar mañsoner a renk ar brikennou war o hant: Le maçon pose les briques sur le chant (sur la plus petite face dans le sens de la longueur).
- WAR E HOURVEZ: Allongé: comme attitude.
War e hourvez edo eet da ziskuiza eur pennad: Il s'est allongé pour se reposer un peu.
-WAR E HOUANVEZ: Sur le (son) séant.
En e wele ema savet war e houañvez: Il est au lit sur son séant.
-WAR AR MEZ: A la campagne.
Plijuz eo beva war ar mêz: C'est agréable de vivre à la campagne.
-WAR AN TU: En bonne santé.
En deveziou-mañ n'ema ket war e du a-walh. Ces jours-ci il est un peu indisposé.
-WAR AN NOAZ: Dépouillé, ruiné
Lakeet eo bet war an noaz gand e gredourien: Ses créanciers l'ont ruiné.
- WAR AN TU MAD EMA: Il est à l'endroit.
- WAR AN TU GIN - WAR AN TU ENEB (prononcé: War an tu reneb): A l'envers.
War an tu eneb ema da jupenn ganit; sponta a ri ar brini: Ta veste est à l'envers, tu vas épouvanter les corbeaux.
- WAR E SKLAK - WAR E SKLAKIG: Lentement.
War e sklakig e labour, ne vo ket skuiz abred: Il travaille sans se presser, il ne sera pas vite fatigué.
-WAR E ROCHED: En chemise - War e loerou: en chaussettes.
-WAR HE HIVIZ EMA: Elle ne porte que sa chemise (de femme ).
- WAR E VENOZ: à ce qu'il dit
War e venoz ne oe ket desket a-walh: A son opinion il n'était pas assez instruit.
-WAR AR STERN: Tendu
Pres labour e-neus dalhmad e vez war ar stern: Il a beaucoup de travail, toujours tendu.
- WAR AN DISPIGN: A l'intéréssé de se nourrir
Paeet mad e vez nemed war e zispign ema: Il est bien payé, mais il n'est ni logé ni nourri.
- WAR ZEVEZ e vez o labourad, diouz an deiz: A la journée.
Diouz ar bloaz: A l'année - Diouz ar miz: au mois - Ne vez paeet nemed diouz ar miz: Il n'est payé qu'au mois.
- WAR AR VICHER a galvez ema: Il est menuisier de métier.
- WAR AN DRA-ZE: A ce sujet
Petra ah-eus da lavaroud war an dra-ze ?: Qu'as tu à dire à ce sujet?
Eet war an dra-ze: Arrivé à cela - A cela près.
- WAR E ZIKOUR: A son sujet:
Poan spered am-eus war e zikour: Je m'inquiète à son sujet.
- WAR AR POURMENN: (à l'adresse d'un passant ).
- WAR AR POURMENN emaoh?: Alors, on se promène ?
- WAR A WELIT: D'après ce que vous voyez.
- WAR A GONTER: D'après les bruits qui courent.
- WAR AM-EUS KLEVET: D'après ce que j'ai entendu.
- WAR-NIJ: En volant - WAR-NEUNV: A la nage.
On emploie parfois WAR pour introduire un complément:
- Prez a zo WARNAN: Il est pressé.
- Mall a zo WARNAN: (pe GANTAN) da loh: Il a hâte de partir.
- YOU a zavas WARNAN: Il fut hué.
- KLask a zo WAR ar patatez abred: Les pommes de terre nouvelles sont recherchées.
Note: Klask a zo dezañ: Il est très recherché (apprécié).
- Distaol a zo WAR ar zaout: Il y a du rabais sur les vaches.
- Er zizun tremenet e oa bet kresk WARNO: Les prix s'étaient améliorés la semaine dernière.
- Torret eo WARNAN: Il s'est calmé.
- Maro e wreg a labour WARNAN: La mort de sa femme le préoccupe, l'affecte.
- Berr eo WARNAN: Il est essoufflé.
- Gwerz a zo WAR an ti: La maison est en vente.
- Kaer e-neus ober n'hell ket mond warnon: Il a beau faire, il ne peut pas l'emporter sur moi.
Note: Avec la préposition WAR, nous avons, en général des formules qui expriment des situations, des états, des manières d'être; des dispositions, et ces formules qui demandent, de ce fait, la conjugaison d'habitude du verbe être: EMA - EDO.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Dim 15 Juil - 9:30

Deskiñ Spered ar Yezh - Carhaix
Texte de V.Favé
7 . LA PREPOSITION WAR

La préposition WAR
War indique une chose sur laquelle on pose quelque chose, sur laquelle on s'appuie.
- An doubier a zo war an daol: La nappe est sur la table.
- Al lein a zo war an tan: Le déjeuner est sur le feu.
- Azezit war ar gador: Asseyez vous sur la chaise.
- En em harpit warnon: Appuyez vous sur moi.
Mais la préposition WAR se prête à un grand nombre d'expressions qu'il est difficile de classer.
- WAR ARBENN: A la rencontre de.....Au devant de....
Mad a rafe deoh mond war e arbenn: Vous devriez aller au devant de lui.
- WAR-BOUEZ: A force de.....
War bouez poueza warnañ eh asanto: A force d'insister auprès de lui, il acceptera.
- WAR-BOUEZ: Au moyen de....:
Derhel a ran an ebeul war bouez eur gordenn: Je tenais le poulain par une corde.
- WAR-BOUEZ: War bouezig: Lentement.
Kerzoud a ra war bouezig (ou war e bouezig): Il marche lentement.
- WAR-EEUN:
It war-eeun gand ar wenojenn: Allez tout droit en suivant le sentier.
- WAR-EVEZ: Sur ses gardes.
Bez war evez!: Veille!
- WAR-BIGN / WAR-GREH: En montant.
An hent a zo war-bign: Le chemin monte.
- WAR-ZIRIBIN - WAR-ZINAO: En pente descendante.
Ar park-se a zo eun tammig war ziribin.
- WAR-DLE: A crédit.
Prenet am-eus an diennerez war dle: J'ai acheté l'écrémeuse à crédit.
- WAR DROAD: A pied
War droad eo deuet (ou War e droad eo deuet): Il est venu à pied.
- WAR GAN: En chantant
Dizul e vezo eun overenn war gan: Dimanche, il y aura une messe chantée.
- WAR GAN e teu o fedennou gand ar vugale: Les enfants récitent leurs prières en chantonnant.
- WAR GOLL / WAR C'HOUNID: En y perdant - En y gagnant.
Va ognon am-eus gwerzet war goll: J'ai vendu mes oignons à perte.
- WAR-GIL: A reculons - WAR GIL ou WAR E GIL:
War e gil e renkas mond: Il lui fallu aller à reculons.
- WAR-GREIZ: Au milieu.
- WAR-GREIZ: Na chom ket war-greiz an hent: Ne reste pas au milieu du chemin.
- WAR-GREIZ AN DEIZ: Au milieu de la journée.
N'eo ket fall ober eur housk war-greiz an deiz: Il est bon de faire une sieste au milieu de la journée.
On dit aussi: WAR-GREIZ AR ZIZUN, WAR-GREIZ AR BLOAZ. Mais on dira plutôt: E KREIZ AN NOZ: Dihunet on bet e kreiz an noz gand ar gurun: Le tonnerre m'a réveillé au milieu de la nuit.
- WAR GRESK: En grandissant, en prospérant, en augmentant.
War gresk eo eet priz ar gwiniz: Le blé a enchéri.
War gresk ez a an dour er puñs: L'eau monte dans le puits.
Le contraire de ces expressions est : WAR ZISKAR - WAR ZISTAOL: En diminuant, en perdant de l'importance.
- WAR-HED: Aux aguets, en attente.
War hed resev kelou ema: Il attend des nouvelles
War hed pemp kard leo pe wardro e kavoh eun ostaleri: A cinqkilomètres d'ici, vous trouverez une auberge.
- WAR-NEZ: Sur le point de.
War-nez mervel ema: Il est sur le point de mourir.
- WAR NEZ: Mond war nez: Aller à la selle.
- WAR VAR: Hésitant.
Evid c'hoaz ema war var: Pour le moment, il hésite.
Edo war var da veza beuzet: Il était sur le point de se noyer.
- WAR ZIKOUR: Au secours de.
Amañ etre amezeien ez eom atao an eil war zikour egile: Ici entre voisins on s'entraide.
- WAR-ZAV: Sur pied.
Abred e vez war zav: Il est de bonne heure sur pied.
On dit aussi WAR VALE: Klañv eo bet,med bremañ ema adarre war vale: Il a été malade, mais maintenant il est de nouveau debout.
- WAR ZIVIZ: En dialoguant.
Eun overenn war ziviz: Une messe dialoguée.
- WAR WEL: En vue
War wel edo bag ar pesketour: Le bateau du pêcheur était en vue.
- WAR WELL, WAR WELLAD, WAR WELLAAD ez a: Il va de mieux en mieux, en s'améliorant.
- WAR WELLAAD EZ A: Cette formation est valable pour tous les verbes dérivés d'adjectifs:
WAR VRASAAD - WAR WIHANAAD......
- WAR-VARH: Habillé de vêtements d'emprunt.
Fichet kaer e oa ar wreg nevez. Ya,med war varh edo. (La nouvelle mariée était bien habillée - Oui. Mais avec des vêtements d'emprunt).
War varh vient sans doute de marhad, suite à un contrat d'emprunt.

Parfois on met l'article devant le complément:
- WAR AR BLOAZ: Durant l'année.
Ar zulveziou war ar bloaz: Les dimanches ordinaires.
-WAR A LAVARER: Dit-on.
-WAR E BARLOCHOU: A quatre pattes
Ne vale ket c'hoaz;mond a ra war e barlochou avad.
- WAR AN DEIZ: Le jour - de jour
Labourad ara war an deiz: Il travaille de jour.
Mais on dira: Labourad a ra en noz: Il travaille de nuit.
- WAR E DREID NOAZ: Pieds nus.
War e dreid noaz e vez alïez: Il est souvent pieds nus.
- WAR E HED: Entièrement
Al labour a zo greet mad en e hed: Le travail a été fait complètement.
- WAR E GANT: Sur le chant : sur le côté
Ar mañsoner a renk ar brikennou war o hant: Le maçon pose les briques sur le chant (sur la plus petite face dans le sens de la longueur).
- WAR E HOURVEZ: Allongé: comme attitude.
War e hourvez edo eet da ziskuiza eur pennad: Il s'est allongé pour se reposer un peu.
-WAR E HOUANVEZ: Sur le (son) séant.
En e wele ema savet war e houañvez: Il est au lit sur son séant.
-WAR AR MEZ: A la campagne.
Plijuz eo beva war ar mêz: C'est agréable de vivre à la campagne.
-WAR AN TU: En bonne santé.
En deveziou-mañ n'ema ket war e du a-walh. Ces jours-ci il est un peu indisposé.
-WAR AN NOAZ: Dépouillé, ruiné
Lakeet eo bet war an noaz gand e gredourien: Ses créanciers l'ont ruiné.
- WAR AN TU MAD EMA: Il est à l'endroit.
- WAR AN TU GIN - WAR AN TU ENEB (prononcé: War an tu reneb): A l'envers.
War an tu eneb ema da jupenn ganit; sponta a ri ar brini: Ta veste est à l'envers, tu vas épouvanter les corbeaux.
- WAR E SKLAK - WAR E SKLAKIG: Lentement.
War e sklakig e labour, ne vo ket skuiz abred: Il travaille sans se presser, il ne sera pas vite fatigué.
-WAR E ROCHED: En chemise - War e loerou: en chaussettes.
-WAR HE HIVIZ EMA: Elle ne porte que sa chemise (de femme ).
- WAR E VENOZ: à ce qu'il dit
War e venoz ne oe ket desket a-walh: A son opinion il n'était pas assez instruit.
-WAR AR STERN: Tendu
Pres labour e-neus dalhmad e vez war ar stern: Il a beaucoup de travail, toujours tendu.
- WAR AN DISPIGN: A l'intéréssé de se nourrir
Paeet mad e vez nemed war e zispign ema: Il est bien payé, mais il n'est ni logé ni nourri.
- WAR ZEVEZ e vez o labourad, diouz an deiz: A la journée.
Diouz ar bloaz: A l'année - Diouz ar miz: au mois - Ne vez paeet nemed diouz ar miz: Il n'est payé qu'au mois.
- WAR AR VICHER a galvez ema: Il est menuisier de métier.
- WAR AN DRA-ZE: A ce sujet
Petra ah-eus da lavaroud war an dra-ze ?: Qu'as tu à dire à ce sujet?
Eet war an dra-ze: Arrivé à cela - A cela près.
- WAR E ZIKOUR: A son sujet:
Poan spered am-eus war e zikour: Je m'inquiète à son sujet.
- WAR AR POURMENN: (à l'adresse d'un passant ).
- WAR AR POURMENN emaoh?: Alors, on se promène ?
- WAR A WELIT: D'après ce que vous voyez.
- WAR A GONTER: D'après les bruits qui courent.
- WAR AM-EUS KLEVET: D'après ce que j'ai entendu.
- WAR-NIJ: En volant - WAR-NEUNV: A la nage.
On emploie parfois WAR pour introduire un complément:
- Prez a zo WARNAN: Il est pressé.
- Mall a zo WARNAN: (pe GANTAN) da loh: Il a hâte de partir.
- YOU a zavas WARNAN: Il fut hué.
- KLask a zo WAR ar patatez abred: Les pommes de terre nouvelles sont recherchées.
Note: Klask a zo dezañ: Il est très recherché (apprécié).
- Distaol a zo WAR ar zaout: Il y a du rabais sur les vaches.
- Er zizun tremenet e oa bet kresk WARNO: Les prix s'étaient améliorés la semaine dernière.
- Torret eo WARNAN: Il s'est calmé.
- Maro e wreg a labour WARNAN: La mort de sa femme le préoccupe, l'affecte.
- Berr eo WARNAN: Il est essoufflé.
- Gwerz a zo WAR an ti: La maison est en vente.
- Kaer e-neus ober n'hell ket mond warnon: Il a beau faire, il ne peut pas l'emporter sur moi.
Note: Avec la préposition WAR, nous avons, en général des formules qui expriment des situations, des états, des manières d'être; des dispositions, et ces formules qui demandent, de ce fait, la conjugaison d'habitude du verbe être: EMA - EDO.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Dim 15 Juil - 9:34

Deskiñ Spered ar Yezh - Carhaix.

Texte de V.Favé

8 - LA PREPOSITION DIWAR

La préposition DIWAR indique:
1. La provenance:
Eva dour DIWAR heiz a zo yahuz: Boire des infusions d'orge est bon pour la santé.
DIWAR logod ne vez ket a razed: Les souris n'engendrent pas des rats. (Proverbe: L'effet ne dépasse pas la cause.)
(On notera que le même proverbe existe en chinois: Les chiens n'engendrent pas des chats.)
DIWAR c'hoari kelenn: Enseigner en s'amusant.
DIWAR c'hoari ne deu netra d'ar gêr: S'amuser ne profite pas (La passion du jeu peut tourner mal).
DIWAR netra e savas da binvidig: A partir de rien il s'enrichit.
Ar patatez-mañ a zo DIWAR plant, eur ouenn nevez a zo deuet diwar had: Ces pommes de terre sont obtenues à partir de plants. Il y a une nouvelle variété à partir de graines.
Al leue-mañ a zo DIWAR ar vioh ruz ha taro an ti-all: Ce veau est le produit de la vache rouge et du taureau du voisin.
Hennez n'eo ket DIWAR chas ar vro (figuré): Celui-là n'est pas du coin.
DIWAR ar pez a glever eo diêz gouzoud ar wirionez: A partir de ce qui est dit il est difficile de savoir la vérité.
Diskenn diwar da varh: Descends de cheval.
2. La provenance dans le temps:
DIWAR: A partir de.
DIWAR warhoaz e stagim da vedi: A partir de demain nous commencerons à moissonner.
Diwar-vremañ: A partir de maintenant.
3. L'origine dans l'espace:
DIWAR: De la position de, à partir de.
DIWAR va gourvez n'hellin tizoud ar plankenn.
A partir de l'attitude où je me trouve, allongé sur le dos, je ne pourrai pas atteindre la planche.
Pareillement: DIWAR va azez - EUZ va sav: De la position assise -étant assis - debout...
4. Le moyen :
Beva DIWAR an dour ha bara seh: Vivre d'eau et de pain sec.
Beva a ra DIWAR e leve: Il vit de ses rentes.
DIWAR esperañs ha dour yen e vez maget meur a zen: Nombreuses sont les personnes qui se nourrissent d'espérance et d'eau froide.
DIWAR an aluzenn ema bremañ o veva: Il vit désormais d'aumônes.
DIWAR eva re e paker kleñvejou: A boire trop on tombe malade.
DIWAR an dour edo koulskoude: Il était à jeun, il n'avait pas trop bu cependant.
5. Dans d'autres expressions:
DIWAR herr eo eet kuit: Il est parti rapidement.
DIWAR fae: Dédaigneusement.
DIWAR e zispign: A ses frais pour le logement et la nourriture.
Pegement bemdez a hounid? 200 lur DIWAR e zispign: Combien gagne t-il par jour? 200 francs sans être logé et nourri.
DIWAR goust e dud ema o veva: Il vit aux crochets de ses parents.
DIWAR-HORRE: En surface.
An douar n'eo glebiet nemed DIWAR-HORRE: La terre n'est mouillée qu'en surface seulement.
Sevel gwiriou DIWAR ar bobl: Lever des impôts sur le peuple
Distrei DIWAR an hent fall: Se détourner du mauvais chemin.
DIWAR an Aviel eo am-eus kemeret ar barabolenn-ze: C'est à l'Evangile que j'ai emprunté cette parabole.
DIWAR beza hegarad gand an oll e teuer da veza gwelet mad: En étant aimable avec tout le monde on est bien vu de tous.
DIWAR va fenn emaint o kaozeal: Ils parlent à mon sujet.

En déclinant la préposition DIWAR on obtient :

DIWARNON-(ME) - DIWARNOUT- (TE) - DIWARNAN - DIWARNI -
DIWARNOM - DIWARNOH - DIWARNO- DIWARNOR.

Tud diwar ar mêz: Des gens de la campagne.
Kas ar helienn kuit diwar va zro: Chasse les mouches qui m'entourent.
DIWAR-BENN: Au sujet de. Cette préposition composée de deux façons:
DIWAR VA FENN ou DIWARBENNON.
DIWAR DA BENN ou DIWARBENNOUT.
DIWAR E BENN ou DIWARBENNAN etc.....
DIWAR o fenn edom o kaozeal (pe diwarbenno): Nous parlions à leur sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Dim 15 Juil - 9:38

Deskiñ Spered ar Yezh - Carhaix

Texte de V.Favé

9 - Les prépositions EUZ - EUZ A - A.

En composition avec le pronom personnel, elle donne les formes suivantes:
AHANON - AHANOUT- ANEZAN - ANEZI - AHANOM - AHANOH – ANEZO - AHANOR-
(ahanor: de soi). (Exemple: Kaoud damant ahanor an-unan: Se ménager soi-même).
1. L'origine:
Tenna dour euz ar puñs: Puiser de l'eau du puits.
N'eo ket êz tenna dour anezañ: Il n'est pas facile d'y puiser de l'eau.
Tud euz ar vro: Des gens du pays.
2. La séparation - l'éloignement - A partir de:
Euz Kastell-Paol da Lannuon: Depuis St Pol jusqu'à Lannion.
Kouezet eo euz (pe diwar) ar skeul: Il est tombé de l'échelle.
Er-mêz euz an ti: En dehors de la maison.
O tond euz a Bariz edon: Je venais de Paris.
Euz ar mintin beteg an noz: Du matin au soir.
Pa zeller euz a-dost: Quand on regarde de près.
Euz eur penn d'egile d'ar park: D'un bout à l'autre du champ.
Euz eun tu d'egile: D'un côté à l'autre.
Mond euz ar park d'al lanneg: Passer du champ à la lande.
(Proverbe: Déchoir).
Euz geñver da gerzu: De janvier à décembre.
Kaoud difiziañs anezañ: Se méfier de lui (au moral).
Kaset kuit euz ar ger: Chassé de chez soi.
3. La partie d'un ensemble:
Eul lodenn vad euz ar Vretoned a gomz brezoneg: Une bonne partie des bretons parlent breton.
An darn vuiañ anezo: Une majorité.
Kalz anezo: Beaucoup.
An tu dehou euz an iliz (ou: An tu dehou d'an iliz): Le coté droit de l'église.
Ar penn uhella euz an ti: Le haut de la maison.
Savit d'ar penn uhella: Montez au haut de la maison.
Ar re zesketa euz ar vugale: Les plus instruits des enfants.
Unan euz an tiez nevez: Une des maisons neuves.
Tri anezo: Trois d'entre eux.
Gand an hanter anezo am-eus awalh: Avec la moitié j'ai assez.
4. Pour, en échange de…
Ne rofen daou wenneg euz e yehed: Je ne donnerais pas deux sous pour sa santé.(Il a une santé fragile).
Peet mad e vez euz e labour: Il est bien payé de son travail.
5. Après certains adverbes:
Goulennet am-eus doare anezañ: J'ai demandé de ses nouvelles.
Roet am-eus euz e gelou (ou kelou anezañ): J'ai donné de ses nouvelles.
Meneg a zo bet greet euz an eured: Il a été fait mention, on a parlé de mariage.
En em vatait euz an alar, ma karit: Utilisez la charrue, si vous voulez.
Goap a ra ahanon: Il se moque de moi.
Ne ran ket a forz, ne ran ket van anezañ: Je suis indifférent à son égard.
An amezegez a zoursi euz ar vugale: La voisine s'occupe des enfants.
Ezomm am-eus anezañ: J'ai besoin de lui.
Diouer a vara a zo er vro: On manque de pain dans le pays.
Skarza an teil euz ar hraou saout: Dégager le fumier de l'étable.
Diahubi an daol euz al listri: Débarrasser la table de la vaisselle.
Laouen ez on euz ar pez am-eus klevet lavared: Je suis heureux de ce que j'ai entendu dire.
Ar pardon am-eus bet euz va fehedou: J'ai eu le pardon de mes péchés.
War hed ema euz e vreur: Il guette son frère.
Soñj am-eus euz ar brezel braz: Je me souviens de la grande guerre.
Greet e-neus ar haboser euz e wella: Le pelletier a fait de son mieux.
Karg ar harr a vrikoli: Remplis la charrette de choux-fleurs.
6. Après certains adjectifs:
Leun eo ar voutailh a chistr: La bouteille est pleine de cidre.
Eun den a feiz: Un homme de foi.
Paour om a deil: Nous sommes pauvres en fumier.
Dibourvez a arhant: Manquant de finances.
Pinvidig a zouar: Riche en terre.
Goullo a zaout eo ar hraou: L'étable est vide de vaches.
7. Dans certaines expressions:
Ahanon va-unan ne'z afen ket a bell: De moi-même (ou tout seul) je n'irai
pas loin.
Euz va sav e hellan o faka: Debout je peux les attraper.
Euz va azez (ou: euz va gourvez) ne hellen ket: De la position assise ou allongée je ne le pouvais pas.
Boued euz ar zasuna : Nourriture des plus savoureuses.
Kalvez e oa euz e vicher: Il était menuisier de son métier.
Konta gevier anezañ (ou diwarbennañ): Raconter des mensonges à son sujet.
Din eo a veuli: Il est digne de louanges.
Sur on euz an dra-ze: Je suis sûr de cela.
8. Comme complément déterminatif de nom:
Des enfants de l'école (nom indéterminé)
Avec un nom déterminé on dirait: Bugale ar skol: Les enfants de l'école
Bugale euz ar skol: Des enfants de l'école.
Patatez mad! ar ouenn anezo a garfen kaoud: de bonnes pommes de terre, je voudrais avoir la variété.
An doenn euz an iliz: Le toit de l'église (mieux que toenn an iliz) (La toiture n'est pas la propriété de l'église).
9. Ober euz:
a) Pour nommer:
Kaourintin a veze greet anezañ: On le nommait Corentin.
b) Pour faire devenir:
Ni a raio euz Breiz eur vro gaer: Nous ferons de la Bretagne un beau pays.
10. Beza euz:
Deg e oa anezo (dek e oant): Ils étaient dix.
Daou lur a zo anezañ (ou ennañ): Il pèse un kilo.
Eur paotrig dister, n'eus ket anezañ kaer (pe koulz lavared): Un garçon petit, il n'existe pas (pour ainsi dire).
Ar yehed a zo anezañ eun teñzor: Pierre est un brave homme.
Pour exprimer "l'existence sans plus": avec un sujet déterminé et le verbe être sans plus:
Eun Doue a zo: Il y a un Dieu.
Mais on ne dira pas Doue a zo mais: Doue a zo anezañ.
Le neutre est rendu par le féminin:
Cette règle du féminin remplaçant le neutre est valable aussi pour les autres propositions:
Beh dezi: Allons y!
A-zevri emaer ganti!: On y va de bon cœur!
Sachit warni!: Servez vous !
11. Dans les phrases négatives, cette forme signalée en 9 est très souvent utilisée, surtout en Cornouaille, comme un rappel du sujet, avec l'avantage de préciser le genre et le nombre du sujet quand ils ne sont pas précisés par ailleurs.
Berhed n'oa ket klañv anezi gwech ebed: Brigitte n'avait jamais été malade.
N'oant ket deuet anezo: Ils n'étaient pas venus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Dim 15 Juil - 9:42

Deskiñ Spered ar Yezh - Carhaix
Textz de V.Favé
10 - LA PREPOSITION OUZ
La préposition OUZ
En composition avec le pronom personnel, elle donne les formes bien connues: OUZIN - OUZIT - OUTAN - OUTI - OUZOM - OUZOH - OUTO - OUZOR. (Contre soi-même)

1. Elle est employée avec des verbes qui marquent le rapprochement:
Stag ar hi ouz ar glaoued: Attache le chien à la barriière.
Anzavet am-eus outañ: Je lui ai avoué.
Branket e oa ouz an daol: Il était appuyé à la table.
Boazet e oa ouz ar vicher: Il était habitué à son métier.
On notera la différence:
C'hoarzin ouz an dud: Sourire, faire des joies aux gens.
et
C'hoarzin d'an dud: Se moquer des gens.
Mad eo da intent ouz ar re glañv: Il soigne volontiers les malades
Kas da zebri ouz an daol: Va manger à la table.
Ouz da benn eh evi: Tu boiras au goulot.
Gand pignad ouz ar wezenn e paki frouez: A condition de grimper à l'arbre tu auras des fruits.
An ti a zo troet ouz an heol: La maison est tournée au soleil.
O selled ouzin ema: Il me regarde.
Tostait ar goulou ouzoh: Approchez vous de la lumière.
Red eo senti ouz al lezenn: Il faut obéir à la loi.
Hennez a vez greet e oll zivizou outañ: Celui-là, on répond à tous ses caprices.
Ne ra ket a hoap ouz e gof: Il ne se moque pas de son ventre. (Il se nourrit bien).
An dra-ze a zell outañ: Cela le regarde.
2. Après quelques adjectifs, adverbes:
A-istribill ouz - a-skourr ouz: En pendant à.
Amzelluz ouz an arhant: Regardant en ce qui concerne l'argent.
Ouz (va, da, e, he, or, ho, o) poan: En ce qui concerne la peine.
Heb damant ouz e boan: Sans pitié pour sa peine.
Fall ouz an dommder: Mal supporter la chaleur.
Ober gaou ouz: Faire tort.
An disheol a ra gaou ouz e bokedi: L'ombre fait tort aux fleurs.
Kaoud joa ouz: Aimer.
Joa am-eus ouz va mamm: J'aime ma mère.
Truez am-eus ouz ar re glañv: J'ai pitié des malades.
An ti a zo harp ouz kêr: La maison est près de la ville.
Ar paotr a zo heñvel poch ouz e dad: Le garçon ressemble tout à fait à son père.
Laouen eo bet ouzin: Il m'a fait des joies.
Arabad eo dit klask trabas outañ: Ne lui cherche pas affaire.
Difenn ouz ar hi da zond en ti: Défendre au chien d'entrer dans la maison.
Ne gredan ket rebardi outañ: Je n'ose pas m'élever contre lui.
Ne hello ket padoud pell ouz ar hleñved: Il ne pourra pas résister longtemps à la maladie.
Chomet ez eus ouz e zilerh: Il a laissé des restes après lui.
3. Pour exprimer un sentiment inamical ou hostile:
Kaoud kas ouz: Haïr.
Enebi ouz unan bennag: Résister à quelqu'un.
Stourm ouz: Lutter contre.
Teurel mein ouz: Jeter des pierres à.
Doñjer am-eus ouz ar hig-moh: J'ai de la répugnance pour le lard.
Heug am-eus ouz ar zoubenn: La soupe me dégoûte.
Dalhet am-eus kant lur outañ: Je lui ai retenu 100 francs.
Hardi ouz ar chas: Il est hardi devant les chiens.
Kaled eo ouz ar boan: Il supporte bien la souffrance.
Hennez a zo kriz ouz al loened: Celui-là est dur pour les animaux.
Kounnar e-neus ouz e amezeg: Il est en colère contre son voisin.
Kounnaret eo outañ: Il est en colère contre lui.
Diwallit ouz hennez: Méfiez vous de celui-là.
Oh en em ganna emaint an eil ouz egile: Ils se battent l'un contre l'autre.
Ouz e weled o tond e tehas: En le voyant, il s'enfuit.
Kuzad a ra e gavadenn ouz an oll: Il cache sa trouvaille à tout le monde.
Serr an nor ouz ar re all: Ferme la porte aux autres.
Herezl a ra ouz an dienez: Il résiste à la misère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Dim 15 Juil - 9:51

Deskiñ Spered ar Yezh

Texte de V.Favé

11 - LA PREPOSITIONS DIOUZ
La préposition DIOUZ.

1. Elle se trouve après les verbes qui marquent:
- L'éloignement - La séparation - La distance:
Pellait diouz an tan.
Amañ pell diouz an trouz.
Kaled eo kimiadi diouz e dud.
Dispartia ar re vihan diouz ar re vraz.
Distagit ar skourrou seh diouz ar wezenn.
Disheñvel eo diouz ar re all.
Et les déclinaisons:
Eet eo e vreur kuit dioutañ.
N' em-eus peoh ebed dioutañ.
Diverra a ra ar glao diouz an doenn.
On diwallit diouz an droug.
Diouz kostez Roazon ema o tond.
2. Cette préposition signifie aussi:
- Selon
- En proportion de
Ex: Ober tan diouz ar heuneud.
(Faire du feu selon les proportions de bois dont on dispose - Ne pas dépasser ses moyens)
N'eo ket diouz o gweled eo barn an dud.
(Ce n'est pas d'après les apparences qu'il faut juger les gens)
N'eo ket diouz o doare eo mond dezo.
(Ce n'est pas d'après les apparences qu'il faut les aborder)
Va homzou a oa diouz o hoant.
(Mes paroles leur plaisaient)
Ober a ra peb tra diouz e dad.
Ober a ra peb tra diouz c'hoant e dad.
(Il fait tout à la manière de son père)
Gouzoud a ra ar vatez tremenn diouz he meztrez.
(La servante sait comment agir pour plaire à sa maîtresse)
Ar mevel nevez a zo greet diouz va dorn.
(Le nouvel employé est juste ce qu'il me fallait)
Ne ra nemed diouz e benn e-unan.
(Il n'en fait qu'à sa tête)
Diouz renk, diouz klas, diouz oad.
(Par rang, par sillons, par âge)
Labourad diouz an deiz: Travailler à la journée.
Labourad diouz ar miz: Travailler au mois.
Labourad diouz ar bloaz: Travailler à l'année.
Penaoz e werzer anezo ?
diouz ar penn?
diouz al lur?
diouz an dousenn?
diouz ar hant?
diouz ar pez?
Diouz an amzer a vo, n'ez in ket d'ar foar.
(Selon le temps qu'il fera je n'irai pas à la foire)
Al labourer douar a oar diouz an amzer.
(Le paysan connaît les variations du temps)
Per an ti all a oar diouz ar gwenan.
(Pierre le voisin s'y connaît en abeilles)
Anad eo dioutañ ez a mad an traou gantañ.
(D'après son comportement on voit que ses affaires marchent)
N'em-eus ket gellet gouzoud netra dioutañ.
(Je n'ai pu rien savoir de lui/ déceler en lui)
Arabad eo gortoz diouz ar re all ar pez a heller ober hon-unan.
(N'attendons pas des autres ce que nous pouvons faire nous mêmes)
Braz eo diouz e oad: Il est grand pour son âge.
Pep hini a yeas diouz e du: Chacun alla de son bord.
Ar chupenn n'he-deus ket tu diouz tu.
(La chupenn n'a ni envers ni endroit)
Diouz da du, gra euz da wella: Quant a toi, fais de ton mieux.
Labourad diouz marhad: Travailler à la tâche.
(diouz feur: au contrat.)
Da bep hini labourad diouz e halloud / diouz e nerz:
(Chacun selon ses possibilités, ses forces)
Diouz c'hoant ar re all: D'après les goûts des autres.
Ki ha kaz a zo bremañ boazet da veva an eil diouz egile:
(Chien et chat sont maintenant habitués l'un à l'autre)
Diouz ar mintin: Le matin.
Diouz an noz: La nuit.
Diouz an abardaez: Le soir.
Diouz ma: Particule conjonctive qui s'emploie dans les subordonnées conjonctives:
Diouz ma ri e kavi: Selon ce que tu feras, tu trouveras.
Diouz m'am-eus klevet: D'après ce que j'ai entendu dire.
Diouz ma reoh d'ar re all e vo greet deoh.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Dim 15 Juil - 9:54

Deskiñ Spered ar Yezh - Carhaix.

Texte de V.Favé

12 - LA PREPOSITION DA

La préposition DA
(En général "à" en français)

1. Da indique en général le datif avec les verbes qui expriment, la destination, le but, la tendance.
Roit brokuz d'an dud ezommeg: Donnez abondamment (généreusement) aux personnes nécessiteuses.
Prestit kant lur din: Prêtez moi cent francs.
Da ganna an dilhad eo eet: Elle est allée laver le linge.
Tenna a ra d'e dad: Il ressemble à son père.
Plijoud a ra d'an oll: Il plaît à tous.
2. Avec le verbe BEZA, da indique la propriété, l'appartenance:
Ar bal-ze a zo din: Cette bêche m'appartient.
Ar re all a zo deoh: Les autres vous appartiennent (sont à vous).
D'am amezeg eo ar hezeg-se: Ces chevaux appartiennent à mon voisin.
Klask pemp troad d'ar maout: Chercher cinq pattes à un mouton.
Er penn all d'ar park: A l'autre bout du champ.
Dit-te eo mond: C'est à toi d'aller.
3. Elle marque le complément de nom quand le nom est indéterminé:
Eun ael d'an Aotrou: Un ange du Seigneur.
Eur mab-din-me: Un de mes fils.
Eur re votou ler d'am breur: Une paire de souliers à mon frère.
Hennez a zo breur d'am zad: Celui-là est un frère de mon père.
Mais si le nom est déterminé, le complément suit la préposition:
Ael an Aotrou a lavaras da Vari: L'ange du Seigneur dit à Marie.
Toenn an ti a zo fall: La toiture de la maison est en mauvais état.
4. Elle marque le complément indirect de plusieurs verbes indiquant le lieu ou le temps avec déplacement:
Eet eo ar vatez d'ar poull-kanna: La servante est allée au lavoir.
Deuit en-dro d'ar gêr: Revenez à la maison.
Euz Kastell-Paol da Lannuon: De St Pol à Lannion.


Euz miz Kerzu da viz ebrel e vez yen an amzer: Le temps est froid de décembre à avril.

Parfois on mettra BETEG au lieu de da: Euz ar mintin beteg an noz (Du matin jusqu'au soir).
SI LE COMPLEMENT EST UNE PERSONNE ON EMPLOIE LA PREPOSITION DAVED
Ar mab prodig a zeuas daved e dad: Le fils prodigue vint vers son père.
5. Avec le verbe MOND:
Kerz da c'hoari: Va jouer.
Si le complément est un substantif ou un adjectif il indique une situation, un état:
Eet eo da vartolod: Il s'est fait marin.
Eet eo da zod: Hélas! il a perdu la tête!
Ar vicher a givijer a zo o vond da fall: Le métier de tanneur se perd.
On dit aussi:
Anvet eo bet da rener: Il a été nommé directeur.
Deuet eo da vad: Il a réussi.
6. DA introduit le complément qui indique le temps (heure - moment)
Da lun ez an da besketa: Le lundi je vais à la pêche.(Il s'agit du lundi en général, indéterminé, habituellement le lundi, tous les lundis)
Mais s'il s'agit d'un lundi déterminé on garde l'article:
D'ar zadorn warlerh e oa eet d'ar friko.(Le samedi suivant je suis allé à la noce).
D'ar mare-ze (d'an ampoent) (déterminé) e oa paour an dud war ar mêz.
A l'époque on était pauvre à la campagne.
Gwelloh eo staga ganti d'ar poent: Il vaut mieux commencer à l'heure.
REMARQUE : Si le mot qui désigne le temps a un complément on ne met pas l'article:
Da foar al Lukaz: A la foire de St Luc.
Da houel an oll zent: A la Toussaint.
Mais:
D'ar zul Fask (pas de complément): Au dimanche de Pâques.
Da zul ar bleuniou: Au dimanche des rameaux.(complément).
D'an oad-se e vezer gwan: A cette âge-là on est faible.
D'e (Da e) ugent vloaz ez eas da zoudard: A 20 ans il alla à la caserne.
Da zaouzeg vloaz e ra ar vugale o fask kentañ: Les enfants font leur première communion à douze ans.
Remarque: Voir aussi
La préposition DIOUZ
Diouz ar mintin: Le matin.
Diouz an noz: Le soir.
La préposition DA GENVER:
Da geñver ar fallaenn war al loar (au moment de l'éclipse sur la lune).
La préposition "E" (en, er, el):
Er goañv: L'hiver - En hañv: L'été.
Mond e kêr: Aller en ville.
21

7. DA et l'infinitif:
a) L'infinitif présent suit simplement:
Da werza e gazeg eo eet: Il est allé vendre sa jument.
Arhant a-walh am-eus da brena eun tog nevez. (J'ai de quoi m'acheter un chapeau neuf).
b) S'il s'agit d'un infinitif présent, d'un verbe neutre ou intransitif:

1er cas: Le verbe n'est pas suivi de complément, il prend le sens de
l'infinitif passé:
- après un nom:
Patatez da hada: Pommes de terre de semence.
Avalou da vired; Pommes de terre à être conservées.
- après le verbe BEZA:
Ar brikoli a zo da louzaoui: Les choux-fleurs sont à traiter.
Da werza ema da loen?: Ton cheval est à vendre?
- après un adjectif:
Yah eo da weled (en bonne santé à voir).
Diêz da gredi (da veza kredet ) (Difficile à croire)
- à la fin d'un article:
Da heulia (Da veza heuliet): "A suivre".
An dra-ze a zo mad da houzoud (da veza gouezet): Cela est bon à savoir.
Eun den êz da gared (da veza karet): Une personne aimable
2ème cas: Le verbe est suivi d'un complément, il garde son sens actif:
Chomet eo da hortoz anezañ: Je suis resté l'attendre.
Parfois le verbe neutre garde son sens actif:
- Chom amañ da hortoz: Reste ici à attendre.
- Er zizun da zond: La semaine prochaine.
- N'am-eus ket amzer da goll: Je n'ai pas de temps à perdre.
- Mond da goll: Se perdre.
- Ar poent da loh: Le moment de partir.
- An eur da baouez: L'heure de s'arrêter.
8. Pour indiquer la mesure, l'ordre, la circonstance:
- Da gentañ eo en em gavet: Il est arrivé le premier.
- Da eil (le second; en second) - Da ziwezañ (le dernier).
- Pemp mil lur e kousto da viahannañ (Il coûtera cinq mille francs au moins).
- An abadenn a bado tost da eun eur: La partie durera près d'une heure.
- Ne vo kemeret nemed deg d'ar muiañ toud: On ne prendra que dix au plus.
9. Pour indiquer l'attitude, la manière:
- D'ar red e ranki mond: Il te faudra aller en courant.
- D'ar paz (au pas) - d'an trot (au trot) - d'an daoulamm (au galop).
10. Avec les verbes qui expriment "des situations", "des empêchements":
- Paouez da labourad (Cesser de travailler).
- Mir outañ da zond tre (Empêche le d'entrer).
- Diwall da fazia (Veille à ne pas te tromper).



11. Pour indiquer une localisation:
- A-zehou d'an ti: A droite de la maison.
MAIS: A-gleiz da di va zud: A gauche de la maison de mes parents.
Pas d'article car il y a complément : Va zi est lui-même suivi d'un complément (Voir N°6).
- Mond a-dreuz d'ar park: Aller au travers du champ.
- Mond a-dreuz da bark va amezeg: Aller au travers du champ de mon voisin.
12. Après quelques adjectifs et participes passés:
- N'eo ket techet da eva ! gwellañ pez a zo!: Il n'est pas porté à boire! heureusement!
- Prest on da staga ganti: Je suis prêt à commencer.
- N'eo ket par d'e dad: Il n'égale pas son père.
- Re dost d'an ti: Trop près de la maison.
Mais on dira:
- Re dost da di va zud:Trop près de la maison de mes parents. Pas d'article parce que ti a un complément.
- Tost da greizteiz eo: Il est près de midi.
- Mad da labourad: Bon à travailler - Bon travailleur.
- Ar gazeg nevez a zo êz da sternia: La nouvelle jument est facile à atteler / s'attelle facilement.
13. Autres expressions:
- C'hoari da vad: Jouer pour de l'argent.
- Chom a-zav, me a ya deoh: Halte! je t'affronte (défi lancé par un rival qui fait le tour de la lice).
- Darbet eo bet dezañ koueza: Il a failli tomber.
- Beh dezi! Dao dezi! (Allons-y: formes d'encouragements)
- Din eo da gomañs: C'est à toi de commencer.
- Da vloaz: L'an prochain.
- Da skouer: Par exemple.
- Leh a zo da gaoud fiziañz: Il y a lieu d'avoir confiance.
- Me a fell din: Je veux.
- Me a gav din: Je crois (Il me semble: Me a gred din).
- Gwelloh eo din senti: Il vaut mieux que j'obéisse.
- Gwellet eo din: Je me remets.
- Plijoud a reont an eil d'egile: Ils se plaisent l'un à l'autre.
- Diêz eo din chom heb fumi: Il m'est difficile de cesser de fumer.
- Esoh eo din chom heb eva re: Il m'est plus facile de cesser de boire trop.
- Mall eo din loh: Il est temps que je parte.
- En desped din eo eet: Il est allé malgré moi, contre mon avis.
- En desped din on deuet: Je suis venu contre mon gré, à contre cœur.
- En desped dezañ ez in: J'irai malgré lui.
- Damanti a ran d'am marh: Je ménage mon cheval.
Mais on dira:
- Dizamant ouz e boan: Il ne ménage pas sa peine.
- Da lavared eo: C'est à dire.
- Ar hoef a ya brao deoh: La coiffe vous va très bien, vous convient.


- Daoust dezañ beza desket: Bien qu'il soit instruit – Subordonnée concessive: Evid dezañ, goude dezañ.


- Arabad eo dit mond: Ne va pas.
- Staget eo da labaourad: Il a commencé à travailler.
- Tamallet eo da veza laer: Il est accusé d'être voleur.
- Deuet mad eo d'an oll: Il est sympathique à tout le monde
(Avec la préposition GAND on aurait: Gwelet mad eo gand an oll).
- Kaset e vo da baour gand e vugale: Ses fils le ruineront.
- Poket e-neus d'e vamm: Il a embrassé sa mère.
- Gouela e-neus greet d'e dad: Il a pleuré son père.
- Eet eo da guzad: Il est allé se cacher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Dim 15 Juil - 10:23

Deskiñ Spered ar Yezh

Texte de V.Favé (Il existe aussi un texte de V.Seité)

LE COMPLEMENT DE NOM (Substantif)
Il s'ajoute au nom avec ou sans préposition. En français, il est introduit surtout par la préposition "DE".
1 – Cas sans préposition

1. TOG VA ZAD: Le chapeau de mon père. Le complément marque l'appartenance ou la propriété. Le sujet et le complément sont déterminés.
Un chapeau de mon père: sujet non déterminé.
Eun tog d'am zad.
Pareillement: Pao an alar: Le manchon de la charrue.
Eur pao d'an alar: Un manchon de la charrue.
Eur pao alar (complément et sujet indéterminés): Un manchon de charrue.

2. EUN TAMM BARA: Un morceau de pain. Le complément indique la matière, l'apparence, le comportement: Pas de préposition:
Eur blouzenn greh: Un brin de paille d'avoine.
Krampouez ed du : Des crêpes de blé noir.
Ar varenn houarn : La barre de fer.
Eul loerrou stamm: Des bas de laine.
Eul lur amann: Une livre de beurre.
Eur metrad mezer: Un mètre de drap.
Eun torrad moh : Une portée de cochons.
Eun deveziad hent: Un jour de chemin (de marche).
Eun derveziad arad: Un jour de charruage.
Eun ti plouz: Une maison de chaume (chaumière).
Karrajou foenn: Des charretées de foin.
Dour-puñs: De l'eau de pluie.
Dour-mor: De l'eau de mer.
Poan-benn: Mal de tête.
Glaou-douar: Charbon de terre (houille).
Pri-prad : Argile de pré.
Kaoh-kezeg: Crottin de cheval.
Avel-vor: Vent de mer.


3. EUR VAG PESKETA: Un bateau de pêche. Le complément indique à quoi cela sert: Il n'y a pas de préposition.
Dilhad-wele: Literie.
Ti-labour: Atelier.
Ti-annez: Maison d'habitation.
Marh-blein: Cheval de tête (qui dirige).
Kazeg-penn-karr : Jument limonière.
Gwiniz-hada: Du blé de semence.
Maen-lemma: Pierre à aiguiser.
Kador-brezeg: Chaire à prêcher.
Danvez-rochedou: Etoffe de chemises.
Stern-guyader : Métier à tisser.
Tour-tan: Phare.
Mein-harz: Pierres à limiter - Bornes.
Hent-karr: Voie charretière.
Kraou-kezeg: Ecurie.
Eun neiz-pig: Un nid de pie.

4. AN OVERENN-VINTIN: La messe du matin.
Le complément marque le temps, le moment. Il n'y a pas de préposition.
Ar zul-Fask: Le dimanche de Pâques.
Goulou deiz: Le lever du jour.
An heol-vintin: Le soleil du matin
(et non point "Heol ar mintin": Le soleil n'appartient pas au matin).
On dira:
Kloh an deiz: L'angelus - La sonnerie du matin (celle qui est propre au matin).
Kloh an digouvidi: Sonnerie pour éconduire les clients du bar.
Serr-noz: Tombée de la nuit (crépuscule )
An devez deh: Le jour d'hier.
An devez warhoaz: Demain.
On dit aussi:
Ar bloaz a zeu: L'an prochain.
An hañv da zond: Le prochain été.
An overenn-bred: La grand-messe.

5. EUR PAOTRIG DEG VLOAZ: Un garçon de dix ans.
Le complément est déjà une sorte d'attribut qui marque une qualité, une attitude, une manière, comme la taille, la couleur qui ne sont pas des choses possédées. ll n'y a pas de préposition.
Eul leue kant lur: Un veau de cent livres.
Eur plahig bleo melen:Une jeun fille aux cheveux blonds.
Eur hi lost hir: Un chien à la longue queue.
Tud krohennet du: Des gens à peau noire.
Eur gordenn eiz troadad: Une cordée de huit pieds (pe a zeiz troadad)




Eur bilhed mil lur: Un billet de mille francs.
Eur vouez maouez: Une voix de femme.
Trop souvent on dit: "Deg vloaz e-neus": "Il a dix ans" au lieu de: DEG VLOAZ EO.
Quand un adjectif vient compléter ou préciser le sens du nom on ajoute la particule "a" avant le complément:
Eur pennad mad a hent: Un bon bout de chemin.
Eur yalhad mad a voneiz: Une riche bourse d'argent.
Eun dra bennag a nevez: Quelque chose de nouveau.

6. AN AOTROU DOUE: Le Seigneur Dieu.

Quand le complément indique une charge, une fonction, une distinction: Il n'y a pas de préposition.
An aotrou Person: Monsieur le curé.
An Itron Varia: Madame Marie.
An Aotrou Maer: Monsieur le maire.

7. AR HLASKER BARA: Le mendiant (en quête de pain).
Le nom est dérivé du verbe et indique le sujet d'une action, une occupation, un métier. Il n'y a pas de préposition.
Troher-buzug: Coupeur de vers (paysan)
Difouper-neiziou: Dénicheurs.
Piker-mein: Tailleur de pierres.
Troher-moh: Châtreur de porcs.
Marhadour-kezeg: Marchands de chevaux.
Tennerien-patatez: Arracheurs de pommes de terre.
Sonerien-biniou: Sonneurs de biniou.

2 – Avec préposition

1. Tud a galon: Des gens de cœur.
Eun den a feiz: Un homme de foi.
Eur paotr a feson: Un garçon de qualité.
Eun den a vent brao (mentet brao): Une personne de bonne taille.
Tud a leve: Qui ont de la fortune.
Tud a fouge: Vaniteux.
Eur wezenn a zeg metrad (pe deg metrad): Un arbre de dix mètres.
An dud a vor: Les marins - Les gens de mer.
Ar stad a vuhez: L'état de vie.
Ar gador a wirionez: La chaire de vérité.
An draonienn-mañ a zaelou: Cette vallée de larmes.

2. Eun tog da Bér: Un chapeau à Pierre.
Le sujet est indéterminé, le complément est déterminé et marque la propriété ou l'appartenance:
Le chapeau appartient à Pierre: Da Ber eo an tog: Araogenn: DA.


Eur breur d'am zad: Un frère de mon père.
Eun nor d'an ti: Une porte de la maison.
Eun neiz d'al labous: Un nid de l'oiseau.

3. Dour da eva: De l'eau à boire.
Quand le complément est un infinitif on met généralement la préposition "Da".
Eur mekanik da wriad: Une machine à coudre.
Avalou douar da had: Pommes de terre de semence.
Remarquer que l'infinitif présent a un sens passif: Des pommes de terre pour être semées.
Parfois on trouve la formule suivante au bas d'un chapitre non terminé:
"Da veza heuliet". Cette formulation est incorrecte.
Il faut: DA HEULIA (Voir les vieux "Buhez ar zent").
Boked da gutuilh: Des fleurs à cueillir.

4. Eun nor euz an ti: Une porte de la maison.
Le nom est indéterminé, le complément déterminé: il faudra employer la préposition " EUZ".
Unan euz dorojou an ti: Une des portes de la maison.
Daou euz sonerien ar bagad: Deux des sonneurs du bagad.
Mais on dira:
Pennsonner ar bagad: Le chef sonneur du bagad (nom déterminé).

5. Dour euz ar puñs: De l'eau du puits.
Nom indéterminé, complément bien déterminé indiquant l'origine: il faudra employer la préposition "EUZ".
Sonerien euz a Vreiz: Des sonneurs de Bretagne.
Avalou douar euz a Gastell: Des pommes de terre de St Pol.
Mais on dira:
Avalou douar Kastell eo ar re wella: Les pommes de terre de St Pol sont les meilleures (Le nom est indéterminé).

6. Eun hanter euz an dud: La moitié des gens.
Le nom indique le nombre, la partie: il faudra employer le préposition"EUZ".
Unan euz ar hezeg: Un des chevaux.
An dri-farz anezo: Les trois quarts.
Darn anezo: Ar halz anezo: La plupart (Ar braz anezo).

7. A-BEB-SEURT: (De toutes sortes ):
Ci-dessous une série d'expressions:
La peur du chien: Aon rag ar hi.
La crainte de Dieu: par abus on a souvent traduit: Doujañs Doue. Or doujañs Doue signifierait la crainte qu'aurait Dieu et non la crainte, le respect que l'on aurait de lui. Il vaut mieux dire: An doujañs da Zoue ou euz Doue ou evid Doue.
An doujañs evid ar vuhez: Le respect de la vie.
Ar poent da staga ganti: Le moment de commencer.
Kelenner skol-veur ou kelenner er skol-veur: Professeur d'université.


Kelenner war ar spagnoleg: Professeur d'espagnol.
An dud a iliz: Les gens d'église.
Da eiz eur : A huit heures.
D'an eur euz or maro: A l'heure de notre mort (Mieux que: Da eur or maro - L'heure n'appartient pas à la mort)
Citons encore quelques expressions que nous avons employées pour la liturgie ou pour la traduction de l'Ecriture Sainte:
Ar halir a zilvidigez.
Ar mister euz ar bara hag euz ar gwin: Le mystère du pain et du vin.
Gand ar zoñj euz or Zalver: En mémoire de notre Seigneur (On aurait pu avoir aussi: E koun or Zalver).
En tu dehou d'an tad: A la droite du père .
Ar garantez evid (ou: ouz ) an nesañ: L'amour du prochain.
An druez evid ( ou: ouz) ar beorien: La pitié envers les pauvres.
Ar heuz d'ar pehedou: Le regret de ses fautes.
An ano a vab a roin deoh: Je vous donnerai le nom de fils.
Ar bedenn vintin (ou encore: Ar bedenn diouz ar mintin): La prière du matin.
Ar stad a glañvour : La situation de malade.
Ar stad a hras: L'état de Grâce.
Ar homzou a vuhez: Les paroles de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Dim 15 Juil - 10:27

Deskiñ Spered ar Yezh - Carhaix.

Texte de V.Favé
13 - POUR MARQUER LE TEMPS
En français, on fait usage, le plus souvent de l'article défini avant le mot qui indique le temps (jour, saison, fête...) quelle que soit la fonction de ce mot qui indique le temps.
Le dimanche est jour de repos (sujet)
J'aime le dimanche (complément direct)
Le jeudi je vais à la pêche (complément indirect ou circonstanciel).
Le breton est plus nuancé.


1. Quand le mot qui indique le temps fait fonction de sujet ou de complément direct dans la phrase, on emploie l'article défini, comme en français:
Ar zul a zo eun devez da ziskuiza: Le dimanche est jour de repos.
Warhoaz ema ar zul, ou Ar zul a zo warhoaz: Demain c'est dimanche.
Me a gar ar zul: J'aime le dimanche.

2. Quand le mot fait fonction de complément indirect ou circonstanciel, il faut faire la différence entre DA suivi immédiatement du temps, DA ZUL, da suivi de l'article devant le mot D'AR ZUL.

a) S'il s'agit d'une action habituelle, ou renouvelée sans indication précise on met DA.
DA zadorn e choman er gêr: Le samedi (tous les samedis) je reste à la maison.
DA wener e kaver pesked er marhad: Le vendredi (tous les vendredis) on

trouve habituellement du poisson au marché.
Da wener eo eta mond da brena pesked: C'est donc le vendredi - et non un autre jour - qu'il faut aller acheter du poisson.

b) S'il s'agit d'un jour précis, d'un temps précis, déterminé on emploie la
préposition D'AR avec l'article devant le temps:
Ar zizun a zo tremenet buan; d'ar zul on bet d'an overenn, d'al lun da besketa, d'ar meurz da c'hwennaad: La semaine s'est vite passée; le dimanche je suis allée à la messe, le lundi à la pêche, le mardi à sarcler.

3. Nous donnons ci-après, des expressions très variées qui suivent les nuances de la pensée:
-War ar zizun, war ar pemdeiz e labouran: Sur semaine (ordinairement) je travaille (conjugaison d'habitude)
- Beb bloaz ez an da bardon Rumengol: Chaque année je vais au pardon de Rumengol.
- Er bloaz-mañ on bet e pardon Rumengol: Cette année je suis allé au pardon de Rumengol.
- En hañv diwezañ on bet o torna: L'été dernier je suis allé battre le blé.
- Eur wech ar miz e lakan troha va bleo: Une fois par mois je me fais couper les cheveux.
- D'an diskar-amzer e vezan o chaseal (habitude): En automne je chasse.
- Er goañv diwezañ on bet klañv: L'hiver dernier j'ai été malade.
- Gand gouel Mikael ema mare an diloja: A la St Michel on déménage (C'est la règle).
- En noz-mañ am-eus kousket mad: Cette nuit j'ai bien dormi.
- En noz am-bevez huñvreou: La nuit, j'ai des rêves (habituellement).
- Bloaz a zo ne vezan ket klañv: Depuis un an je ne suis pas malade.
- Da vloaz ez ay gwelloh an traou: Dans un an cela ira mieux.
- Warlene: L'an dernier.
- Antronoz: Le lendemain.
- D'an derhent: La veille.
- Derhent deh: Avant-hier.
- Dimeurz diwezañ on bet er marhad: Mardi dernier, je suis allé au marché.
- Dimeurz da zond / dimeurz kentañ - 'benn dimeurz: Mardi prochain.
- D'ar bloaz nevez e vezin 15 vloaz: Au premier de l'an j'aurai 15 ans.
- En deiziou da zond e vo c'hoari: Les jours qui viennent il y aura du grabuge.
- Ar wech kentañ eo din beza klañv: C'est ma première maladie.
- Er wech kentañ e taolin evez: La prochaine fois, je ferai attention.
- Er gentaou: Tantôt (au passé).
- N'ouzon ket peseurt deiz a zo warnom - N'ouzon ket peseurt deiz emaom: Je ne sais pas quel jour nous sommes.
- D'ar wech, evid ar wech eo bet an traou evel-se: De tout temps il en a été ainsi.
- a-viskoaz: Depuis toujours.
- Da viken e vo evel-se: Il en sera toujours ainsi.


- Apellet eo an eured: Le mariage est retardé.
- Abred ema: Il est de bonne heure.
- Abred eo: C'est de bonne heure.
- Diwezad ema / diwezad eo: Il a du retard - Il est en retard - Il est tard.
- Gand an amzer, brezoneg Marigo a zo eet da goz (Aviel ar zul gand Madec): Au fil du temps, le breton de madec est passé de mode.
- Da gentañ: En premier - premièrement.
- Da gentañ ema: Il est le premier.
- Gand ar re gentañ: Parmi les premiers.
- An aviel hirio a lavar deom: L'Evangile d'aujourd'hui nous dit:
- Diwar vremañ: A partir de maintenant - Dorénavant.
- Pe da vare?: Quand?
- Gand foar al Lukaz e vo kalz termaji e Plouskad: A l'occasion / A l'époque / A la foire de St Luc il y aura beaucoup de saltimbanques à Ploueskad.

REMARQUE: Dans ces exemples, nous avons l'article défini: mais il en est un peu de même avec l'article indéfini.
Eur bloavez mad a zo bet: Nous avons eu une bonne année.
Eur zulvez o pourmenn....Un dimanche me promenant..
Eun deiz edom o vedi: Un jour, nous étions en train de moissonner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Dim 15 Juil - 17:09

Yo,
Tu n'as pas la compilation complète des cours? lol
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Dim 15 Juil - 21:33

oui c'est clair , sur pdf en news letter!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Lun 16 Juil - 12:51

La compliation compléte des cours peut être obtenue
en prenant contact avec:

deskiñ.spered.ar.yezh@wanadoo.fr

Voici ce que vous pourrez obtenir par mail:

a) Conseils pour débutants

b) Sevenedigez ar geiz de V.Favé ( Le savoir-vivre du pauvre)

Concernant les notes de grammaire de V.Favé en cours de publication sur ce forum, il reste 4 exemplaires à vendre à deskiñ spered ar yezh et sans doute quelques autres à la Mairie de Cléder - Secrétariat - 29.430 contre 11 euros.

Je souhaiterais que ceux qui voudraient acheter les derniers exemplaires le fassent pour ce prix modique. Le chèque est à rédiger au nom des Associations clédéroises.

Quand tous les livres seront épuisés, nous pourrons
continuer nos expéditions gratuites sur le net....

Merci pour votre compréhension...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Sam 22 Sep - 11:42

Je reviens sur le forum pour compléter ce qui a déja été commencé...

POUR MARQUER LE TEMPS
En français, on fait usage, le plus souvent de l'article défini avant le mot qui indique le temps (jour, saison, fête...) quelle que soit la fonction de ce mot qui indique le temps.
Le dimanche est jour de repos (sujet)
J'aime le dimanche (complément direct)
Le jeudi je vais à la pêche (complément indirect ou circonstanciel).
Le breton est plus nuancé.


1. Quand le mot qui indique le temps fait fonction de sujet ou de complément direct dans la phrase, on emploie l'article défini, comme en français:
Ar zul a zo eun devez da ziskuiza: Le dimanche est jour de repos.
Warhoaz ema ar zul, ou Ar zul a zo warhoaz: Demain c'est dimanche.
Me a gar ar zul: J'aime le dimanche.

2. Quand le mot fait fonction de complément indirect ou circonstanciel, il faut faire la différence entre DA suivi immédiatement du temps, DA ZUL, da suivi de l'article devant le mot D'AR ZUL.

a) S'il s'agit d'une action habituelle, ou renouvelée sans indication précise on met DA.
DA zadorn e choman er gêr: Le samedi (tous les samedis) je reste à la maison.
DA wener e kaver pesked er marhad: Le vendredi (tous les vendredis) on 30

trouve habituellement du poisson au marché.
Da wener eo eta mond da brena pesked: C'est donc le vendredi - et non un autre jour - qu'il faut aller acheter du poisson.

b) S'il s'agit d'un jour précis, d'un temps précis, déterminé on emploie la
préposition D'AR avec l'article devant le temps:
Ar zizun a zo tremenet buan; d'ar zul on bet d'an overenn, d'al lun da besketa, d'ar meurz da c'hwennaad: La semaine s'est vite passée; le dimanche je suis allée à la messe, le lundi à la pêche, le mardi à sarcler.

3. Nous donnons ci-après, des expressions très variées qui suivent les nuances de la pensée:
-War ar zizun, war ar pemdeiz e labouran: Sur semaine (ordinairement) je travaille (conjugaison d'habitude)
- Beb bloaz ez an da bardon Rumengol: Chaque année je vais au pardon de Rumengol.
- Er bloaz-mañ on bet e pardon Rumengol: Cette année je suis allé au pardon de Rumengol.
- En hañv diwezañ on bet o torna: L'été dernier je suis allé battre le blé.
- Eur wech ar miz e lakan troha va bleo: Une fois par mois je me fais couper les cheveux.
- D'an diskar-amzer e vezan o chaseal (habitude): En automne je chasse.
- Er goañv diwezañ on bet klañv: L'hiver dernier j'ai été malade.
- Gand gouel Mikael ema mare an diloja: A la St Michel on déménage (C'est la règle).
- En noz-mañ am-eus kousket mad: Cette nuit j'ai bien dormi.
- En noz am-bevez huñvreou: La nuit, j'ai des rêves (habituellement).
- Bloaz a zo ne vezan ket klañv: Depuis un an je ne suis pas malade.
- Da vloaz ez ay gwelloh an traou: Dans un an cela ira mieux.
- Warlene: L'an dernier.
- Antronoz: Le lendemain.
- D'an derhent: La veille.
- Derhent deh: Avant-hier.
- Dimeurz diwezañ on bet er marhad: Mardi dernier, je suis allé au marché.
- Dimeurz da zond / dimeurz kentañ - 'benn dimeurz: Mardi prochain.
- D'ar bloaz nevez e vezin 15 vloaz: Au premier de l'an j'aurai 15 ans.
- En deiziou da zond e vo c'hoari: Les jours qui viennent il y aura du grabuge.
- Ar wech kentañ eo din beza klañv: C'est ma première maladie.
- Er wech kentañ e taolin evez: La prochaine fois, je ferai attention.
- Er gentaou: Tantôt (au passé).
- N'ouzon ket peseurt deiz a zo warnom - N'ouzon ket peseurt deiz emaom: Je ne sais pas quel jour nous sommes.
- D'ar wech, evid ar wech eo bet an traou evel-se: De tout temps il en a été ainsi.
- a-viskoaz: Depuis toujours.
- Da viken e vo evel-se: Il en sera toujours ainsi.
31

- Apellet eo an eured: Le mariage est retardé.
- Abred ema: Il est de bonne heure.
- Abred eo: C'est de bonne heure.
- Diwezad ema / diwezad eo: Il a du retard - Il est en retard - Il est tard.
- Gand an amzer, brezoneg Marigo a zo eet da goz (Aviel ar zul gand Madec): Au fil du temps, le breton de madec est passé de mode.
- Da gentañ: En premier - premièrement.
- Da gentañ ema: Il est le premier.
- Gand ar re gentañ: Parmi les premiers.
- An aviel hirio a lavar deom: L'Evangile d'aujourd'hui nous dit:
- Diwar vremañ: A partir de maintenant - Dorénavant.
- Pe da vare?: Quand?
- Gand foar al Lukaz e vo kalz termaji e Plouskad: A l'occasion / A l'époque / A la foire de St Luc il y aura beaucoup de saltimbanques à Ploueskad.

REMARQUE: Dans ces exemples, nous avons l'article défini: mais il en est un peu de même avec l'article indéfini.
Eur bloavez mad a zo bet: Nous avons eu une bonne année.
Eur zulvez o pourmenn....Un dimanche me promenant..
Eun deiz edom o vedi: Un jour, nous étions en train de moissonner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Sam 22 Sep - 11:44

L'IDEE DE BEAUCOUP, PEU, UNE PARTIE

Elle s'exprime par un adverbe, un adjectif, un substantif suivi du pluriel ou du singulier suivant le cas.

1 - Par un adverbe

1. KALZ, Kalz a (beaucoup) suivi du pluriel avec les choses qui se comptent, les dénombrables.
Kalz a diez a zo er vourhadenn: Il y a beaucoup de maisons dans le village.
Kalz a vein-glaz a vo red kaoud da doi an ti: Il faudra beaucoup d'ardoises pour couvrir la maison.
Kalz gwez a zo er hoad: Il y a beaucoup d'arbres dans le bois.
Kalz munutennou eo padet an abadenn: La partie a duré beaucoup de minutes.

2. KALZ, kalz a suivi du singulier, pour ce qui ne se compte pas:
Kalz poan am-eus gand va hesked: Mon furoncle me fait beaucoup souffrir.
Kalz danvez a yelo da ober ar roched: La confection de la chemise demandera beaucoup d'étoffe.
Kalz a zour a zo et puñz: Il y a beaucoup d'eau dans le puits.

3. MEUR A (plusieurs) s'emploie avec le singulier pour les choses qui se comptent:
Meur a wech am-eus ranket c'hoarzin ouz e gleved: Plusieurs fois, souventes fois, il m'a fallu rire à ses propos.


Meur a zevez a yelo ganeom da ober al labour-ze: Il nous faudra plusieurs jours pour faire ce travail.

4. E-LEIZ A (Beaucoup) s'emploie avec le pluriel pour les choses qui se comptent:
E-leiz a stered a zo e bolz an neñvou: Il y a beaucoup d'étoiles dans la voûte des cieux.
E-leiz a vleuniou am-eus kutuillet: J'ai cueilli beaucoup de fleurs.
Er-bloaz-mañ e vo e-leiz a avalou: Cette année il y aura beaucoup de pommes.

NOTE: E-LEIZ peut aussi servir d'adjectif placé après le nom qu'il affecte, ce nom serait-il pluriel ou singulier.
Meuleudi e-leiz a zo bet roet dezañ: Il a été beaucoup félicité.
Dour e-leiz a red er ster: Il coule beaucoup d'eau dans la rivière.
Priziou e-leiz e-neus bet: Il a récolté beaucoup de prix.

5. NEBEUD, nebeud a (peu)
a) Avec le pluriel pour les choses qui se comptent :
Nebeud a hedon a gaver er vro-mañ: On trouve peu de gibier dans cette région.
Nebeud a bratikou e-neus ar medisin nevez: Le médecin nouvel arrivé a peu de clients.

b) Avec le singulier pour les choses qui ne se comptent pas:
Ne'z eus anezañ nemed nebeud a dra: Il ne compte pas beaucoup.
Nebeud a lêz a ro ar zaout er mare-mañ: Les vaches donnent peu de lait à cette époque.

6. EUN NEBEUD (Quelques, quelque)
a) Avec le pluriel pour les choses qui se comptent:
Ne welan nemed eun nebeud koumoul: Je ne vois que quelques nuages.
Eun nebeud munutennou a jom c'hoaz: Il reste encore quelques minutes.
b) Une petite quantité avec le singulier pour les choses qui ne se comptent pas:
Gand e nebeud (pe e neubeudig) a yehed e rank ober: Il doit se contenter d'une petite santé.
Nebeud a spered med kalon vad: Peu d'intelligence mais bon cœur.
Gand eun nebeud a avel e tro ar vilin: Il suffit d'un peu de vent pour faire tourner le moulin.

7. LIES, Lies a (plusieurs, beaucoup) pour les choses qui se comptent avec le pluriel.
Lies tud - Lies a dud a oa: Il y avait beaucoup de monde.

8. NEMEUR (pas beaucoup - guère): Dans les phrases négatives.
a) Avec le pluriel pour les choses qui se comptent:
Ne jom mui nemeur a zigaretennou ganin: Il ne me reste plus beaucoup de cigarettes.
b) Avec le singulier pour les choses qui ne se comptent pas:
N'eus mui nemeur a vutun em yalh: Il ne me reste plus beaucoup de tabac dans ma blague.

9. FORZ - FORZIG (Beaucoup)
Forzig tud a oa: Il y avait un bon petit nombre.

2 - Par un adjectif numéral suivi du singulier

Da bemp eur: A cinq heures.
Klask pemp troad d'ar maout: Chercher cinq pattes à un mouton.

3 - Par un substantif

EUR MAREAD (beaucoup) pour les choses qui se comptent avec le pluriel:
Eur maread tokou a oa da werza: Il y avait beaucoup de chapeaux en vente.
LOD (quelques) avec le pluriel pour les choses qui se comptent
Lod louzeier fall a zo diez da ziouenna: Il y a des mauvaises herbes qui sont difficiles à chasser.
Me a blij din keja gand lod tud hag a zo hegarad: J'aime rencontrer des personnes aimables.
Lod anezo a zo paour : Quelques uns d'entre-eux sont pauvres.
DARN (une partie - quelques uns)
Darn kouerien a zo hag a zilez o douar: Il y a quelques paysans qui
abandonnent leur terre.
EUR BERN (Un tas, beaucoup) avec le pluriel pour les choses qui se comptent:
Eur bern skoiliou am-eus kavet war va hent :J'ai trouvé beaucoup d'obstacles sur mon chemin.
Eur bern tud yaouank a oa er foar: Il y avait beaucoup de jeunes à la foire.
Eur bern (Un tas) avec les choses qui ne se comptent pas:
Eur bern plouz: Un tas de paille.
Eur bern teil: Un tas de fumier.
EUN TOULLAD (Eur bochad, à Scaër) (beaucoup) avec le pluriel pour les choses qui se comptent:
A-benn ar fin e oa degouezet eun toullad mad a dud: En fin de compte, il arriva beaucoup, un certain nombre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Sam 22 Sep - 11:47

L’impersonnel en breton

Dans l'expression de l'impersonnel la langue bretonne dispose d'une richesse particulière.

1 - Dans la conjugaison des verbes

En plus des six terminaisons du français, trois pour le singulier, trois pour le pluriel, le breton possède une septième terminaison pour l'impersonnel. Tous les grammairiens le signalent.
Pa garan - Pa garez -...Pa garer (Quand j'aime...) Pa gared (Quand on aimait) - Pa garor (Quand on aimera) etc....

Le français emploie la troisième personne du singulier avec le sujet "on", le sens est impersonnel mais la construction grammaticale est personnelle.
VALLEE appelle cette forme "Impersonnel passif" ( 40ème leçon P. 62 ).

Il est des régions où l'impersonnel passif n'est pas utilisé, peut-être même pas connu. On y supplée de deux façons:
- Soit en adoptant l'équivalent de la phrase française en remplaçant
"ON" par AN DEN.
Ne garer ket labourad.
Ne gar ket an den labourad, ou:
Ne gar ket an den labourad.
- Soit en usant du passif:
Ne vez karet labourad.
Ne veze ket karet labourad.

2 - AN - (AR - AL) forme impersonnelle de la particule VA, DA, E, HE, etc....
Les grammairiens signalent six formes correspondant aux trois personnes du singulier et aux trois personnes du pluriel; mais pour l'impersonnel?
Disons d'abord que ces particules peuvent jouer trois rôles:
1 - Adjectif possessif: Va zad, da dad, etc....
2 - Pronom personnel complément d'objet direct: Va galvet hoh-eus.
3- Suivi de UNAN elles renforcent la personne: Me va-unan a ray an dra-ze: C'est moi-même qui ferait cela. Me da gentelio te da-unan: Je t'instruirai toi-même.
Reprenons ces trois emplois de l'impersonnel. C'est ici que beaucoup d'écrivains achoppent.
a) Adjectif possessif :
Quand je bâtis ma (propre maison): Pa zavan va zi (va-unan) donne à l'impersonnel passif: Quand on bâtit sa maison (à soi). Comment le rendre en breton?
On peut encore éluder la difficulté, tout en restant correct en adoptant la construction française avec EUN ou EUN DEN.
PA ZAV AN DEN E DI (E-UNAN)
Kervella (N° 431) propose d'autres constructions qui évitent elles aussi la construction impersonnelle:
Kaoud unan bennag war e dro (Avoir quelqu'un autour de soi)
Labourad evid e voued: Travailler pour sa nourriture (à soi)
Beva en (e) aes: Vivre à son aise / à l'aise.
Faisons remarquer tout de suite suivant la place occupée par la formule da- unan, e-unan, elle peut signifier: en personne.
Va zad e-unan a zeuio: Mon père viendra lui-même. (En personne)
Ou encore la deuxième personne au masculin pluriel:
Kaoud unan bennag war ho tro
La deuxième proposition se rencontre aussi en français: "Quand vous avez peur", “Quand on a peur”.
La première proposition prête à amphibologie.
Prenons une phrase:
Red eo kaoud unan bennag war e dro.
On pense d'abord qu'il s'agit de quelqu'un d'autre que "soi".
Si on emploie la troisième personne du singulier autant retomber dans la construction française basée sur An den:
Red eo d'an den kaoud unan bennag war e dro.
Mais la forme impersonnelle du possessif existe. C'est la forme AN, AL, AR :
Red eo kaoud unan bennag war AN tro.
Labourad evid AR boued.
Beva EN aes.

Parfois an ajoutera AN-UNAN pour insister:
Beva en ti an-unan (Vivre dans sa maison à soi)
VALLEE en fait discrètement état à la page 180, note 4:
Soi-même se rend par AN UNAN.

b) PRONOM DEVENANT REFLECHI ET IMPERSONNEL
On emploie la forme pronominale du verbe:
N'heller ket va laza - da laza - N'heller ket EN EM laza.

c) SUIVIES DE UNAN
Pa n'hellan va-unan, Pa n'hellez ket da-unan: Quand je ne peux pas moi- même...
A l'impersonnel on peut encore esquiver la difficulté en ramenant à la troisième personne du singulier avec EUN ou AN DEN: Pa n'hell ket an den e-unan.
Nous revenons à la forme signalée par VALLEE et NEDELEC.
PA N'HELLER KET AN-UNAN.

3.- Nous nous heurtons à la même difficulté pour la conjugaison de la préposition.
Comment rendre le réfléchi impersonnel?
Quand je travaille pour moi: Pa labouran evidon va unan.
Quand tu travailles pour toi: Pa labourez evidout da-unan.
Mais quand ON travaille pour soi?
On peut encore adopter la construction française: Pa labour an den evitañ- e-unan.
Mais il existe une septième désinence: OR ou ER qui exprime l'impersonnel. Voir encore Nedelec N°116 et FEIZ HA BREIZ, Ebrel Meurz 1943.
Quand on travaille pour soi: PA LABOURER EVIDOR AN-UNAN.
Cette forme grammaticale est couramment employée dans tout le Léon. Elle a été discutée et même récusée sous prétexte qu'elle n'a pas été beaucoup utilisée dans le breton écrit. Aussi nous permettrons nous d'apporter quelques témoignages en plus de celui de Monsieur NEDELEC, un cornouaillais.
Visant Seite met toujours les sept formes à la suite (Deskom Brezoneg p.

93: Evidon...Evidor)
Pierre Trepos (Cornouaillais) connaît cette forme (voir N° 224):
"La désinence er (en Léon or) s'emploie dans quelques prépositions conjuguées: Dirazer: devant soi". Il la cite encore dans le même numéro pour EME: Emezon, Emezout. etc...Emezer (dit-on)
Pierre Heliaz emploie différentes fois EMEZER dans son œuvre "An Izeult a-heul" (par ex p.17 )
Yeun ar Gow (voir annales de Bretagne, décembre 1963)
Beza laosket d'en em geita an-unan a vez displijuz.
Ar skiant prena eo ar pez a zesker dreizor an-unan (par soi-même).
Kaoud kasoni ouzor an-unan (Se haïr : soi-même).
Kemered preder ganeor an-unan (avoir souci de soi-même).
Ce dernier témoignage est particulièrement explicite d'un écrivain qui s'est inspiré du parler populaire. Sans doute cette forme n'est-elle pas employée en Trégor. Kervella n'en fait pas état.
Du reste, cette forme de la préposition est dans la logique grammaticale qui correspond à la conjugaison du verbe:
Ema - on / evid - on
Ema - oud / evid - oud
..................................
Ema - er / evid - er (or)
Cette désinence en "r" se trouve dans les langues latines (fertur - dicatur) pour marquer l'impersonnel.
Nous avons là, en breton, une richesse grammaticale qu'il serait regrettable de laisser tomber en désuétude, du moment qu'elle est en usage dans le parler courant.

POUR SE FAMILIARISER
Voici quelques applications qui permettront de se familiariser avec cette construction:
Arabad eo kaoud kas ouzor an-unan: Il ne faut pas se haïr soi-même.
Fall eo chom re hir da gomprenn ennor an-unan: L'introspection prolongée est funeste.
Ahanor (euz) an-unan n'heller ket ober kalz a dra: Réduit à soi-même on ne peut pas faire grand chose.
Pa vezer o tastum danvez deor an-unan: Quand on thésaurise pour soi.
Warnor an-unan eo skei: C'est sur soi-même qu'il faut frapper.
N'eo ket razor an-unan eo kaoud aon: Ce n'est pas soi-même qu'il faut craindre.
Drezor an-unan e heller dond a-benn: On pourra y arriver par soi-même.
Pa vezer re gounnaret ez eer er-mêz ahanor an-unan: Quand on est trop en colère on perd le contrôle de soi-même.
Ober hervezor an-unan ar gwella: Le mieux est de suivre son propre sens.
Kenetrezor paotred yaouank eo ez en em gleved: Entre (soi) jeunes gens, il est facile de s'entendre.
Estregedor a zo pinvidig: D'autres que soi sont riches.
Pa zeu tud davedor, n'eo ket brao o digouvia re vuan: Quand on reçoit du monde (quand des personnes viennent à soi) il n'est pas convenable de


les éconduire trop vite).
Paouroh egedoh a gaver atao: On trouve toujours plus pauvre que soi.
Araozor e kerz ar skeud: L'ombre marche devant soi.
Pa vez eur holhed vlod dindannor: Quand on a un matelas souple sous soi.
Ober vad en-dro deor: Faire du bien autour de soi.
Ar pez a gaser ganeor a gaver: On trouve ce qu'on emporte avec soi.
Pa vez pres warnor e reer labour fall al´ez: Quand on est pressé on fait souvent de la mauvaise besogne.
Komz alïez diwarbennor an-unan a zo kazaüz d'ar re all: Trop parler de soi gêne les autres.
Kaoud damant ahanor an-unan: Se ménager soi-même.
Nemedor, dreistor, hebtor etc....
J'ai vu souvent des essais incorrects d'application de cette règle:
Evidor "e-unan" au lieu de "an-unan"
On ne dit pas Evid va unan med Evidon va-unan, donc Evidor an-unan.
Il est une expression qui peut faire hésiter, les verbes Me a gred din, Me a gav din. Nous avons Pa gred din beza va-unan: Quand je pense être seul. Comment dire "Quand on pense être seul" ? Pa gred deor beza an-unan.

[url][/url]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Sam 22 Sep - 11:48

LES MUTATIONS APRES L'ADJECTIF POSSESSIF IMPERSONNEL.

Cet adjectif se confond avec l'article défini: AN, AR, AL et on serait tenté de lui appliquer les mêmes règles de mutation.
Les règles de mutations pour l'article défini se trouvent dans toutes les méthodes (par exemple: VALLEE p.111).
Les règles pour l'adjectif possessif aux différentes personnes du singulier et du pluriel: VA, DA, E, etc… (voir Vallée p.78).
L'adjectif possessif impersonnel suit des règles particulières.

REGLE 1: Il n'y a pas de mutation sauf pour les mots qui commencent par K.
Voici quelques exemples d'application pour l'article défini et l'adjectif possessif impersonnel:
Aez eo kared ar V/bugale: C'est facile d'aimer les enfants.
Aesoh eo c'hoaz kared ar B/bugale an-unan: C'est encore plus facile d'aimer ses propres enfants.
Labourad a ran gand ar B/pal: Je travaille à la bêche.
Edennoh e vez labourad gand ar P/pal an-unan: C'est plus performant de travailler avec sa propre bêche.
Ar H/golvaz-mañ a zo pounner: Ce battoir est trop lourd.
Gwelloh e kaver kanna gand ar G/golvaz an-unan: On préfère battre avec son propre battoir.
Ar W/gwreg a zo klañv: La femme est malade.
Red eo beza mad,dreist-oll evid ar G/gwreg an-unan: Il faut être bon, surtout à l'égard de sa propre femme.
Eur V/mamm vad am-eus: J'ai une bonne maman.
Ar M/mamm an-unan a garer atao: On aime toujours sa propre mère.
Ar Z/soñj da vond am-eus bet: J'ai pensé aller.

Mad eo lavared ar S/soñj (an-unan ): C'est bien de dire clairement sa pensée.
Ar J/chupenn-mañ a zo kaer: Cette veste est belle.
Sasunnoh e kaver ar CH/chupenn an-unan: On trouve sa propre veste plus confortable.

La revue SAV (hiver 1943) a publié un article de monsieur le chanoine François FALC'HUN qui éclaire la question.
Il y a encore selon les mêmes principes, d'autres mutations qu'on ne signale pas dans l'orthographe mais que l'on marque dans la prononciation.

Ar falz, la faucille: Sous l'influence de l'article défini, le F devient doux, se rapprochant du V. Mais avec le possessif impersonnel il reprend sa dureté.
Esoh eo ar F/falz an-unan da vedi: Sa propre faucille est plus facile pour moissonner.
C'hoar: Sœur. Aspiration dure qui s'adoucit après l'article défini:
Ar H /C'hoar mais reprend sa force l'adjectif possessif impersonnel.
Pa vez klañv ar c'hoar an-unan e kaver diêz: il est difficile de voir malade sa propre sœur.
Pareillement pour les labiales qui se durcissent après l'adjectif possessif impersonnel et se prononcent comme si la CONSONNE ETAIT DOUBLEE:
Loerou: Bas - Al loerou, va loerou: aucune mutation.
Mais: Al loerou an-unan (ses propres chaussettes) se prononce comme s'il y avait DEUX L: AL LLOEROU an-unan.
L'adjectif possessif HO, deuxième personne du pluriel, produit le même effet:
HO LLOEROU.
Nadoz: va nadoz (mon aiguille): pas de mutation.
An nadoz an-unan: Sa propre aiguille: le N est renforcé comme s'il y avait 2 N (NN)
Rann-vro: Ar rann-vro an-unan.

REGLE 2: Le K devient C'H dur.
Deom d'ar gêr: Allons à la maison.
C'hwekoh eo beva er C'H/ker an-unan: Vivre dans sa propre maison est plus agréable.
Eur hi braz eo (Aspiration douce dans certaines régions): C'est un grand chien.
Ar C'h / ki an-unan a gaver brao: On trouve joli son chien à soi (aspiration dure).
Azo eo ar histin: Les châtaignes sont mûres (H doux)
Gwelloh eo espern ar C'H/kistin an-unan: Il vaut mieux épargner ses propres châtaignes.

REMARQUE: L'usage de l'adjectif possessif impersonnel trouve son emploi dans différentes locutions:
War al lerh ez eus re all: Aprés soi il y a d'autres (all lerh)
Er raog (an-unan, R renforcé) ez eus ivez: Devant soi aussi.
Beza mad er heñver an-unan: Etre bon pour soi même.


En diabarz an-unan: En son intérieur.
War-dro an hini klañv: Autour du malade.
War an tro an-unan: Autour de soi-même.
Koulz hag an-unan: C'est comme soi-même.
Buannoh e rafed an-unan: On ferait plus vite soi-même.
Sikour ar re all da gentañ, goude-ze an-unan: Servir les autres en premier, soi-même après.
Kempenn re an nesañ da gentañ, ar re an-unan da houde: Arranger ceux du prochain en premier, les siens propres ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Sam 22 Sep - 11:53

LE VERBE BEZA

DIFFERENTES FORMES DE CONJUGAISONS

La conjugaison du verbe BEZA offre une singulière complexité par suite de la richesse de nuances dont elle dispose. Pour certains temps le verbe BEZA possède 6 conjugaisons différentes, soit 4 conjugaisons synthétiques et 2 conjugaisons analytiques.
Prenons par exemple la 3ème personne du pluriel de l'indicatif présent.
1) Mes frères sont malades: Va breudeur a zo klañv.
2) Ils sont malades: Klañv int.
3) Mes frères sont malades: Klañv eo va breudeur.
4) Ils sont (habituellement) malades: Klañv e vezont.
5) Mes frères sont (habituellement) malades: Va breudeur a vez klañv.
6) Mes frères sont (habituellement) malades: Klañv e vez va breudeur.
7) Ils sont à la maison: Er ger emaint.
Cool Mes frères sont à la maison: Er ger ema va breudeur.
9) Ici sont des gens (Il y a des gens ici): Amañ ez eus tud.
On comprend facilement pourquoi les fautes se rencontrent si fréquentes qui violent les règles de conjugaison du verbe BEZA et combien il est important de préciser ces règles.
Nous considérerons successivement:
I. La forme d'occupation, d'actualité, de situation: EMA - EDO.
II. La forme d'habitude: VEZ.
III. La forme ordinaire: EO, la forme analytique A ZO, la forme synthétique indéterminée: EZ EUS.

1 - Forme d'occupation, d'actualité, de situation: EMA - EDO
Le verbe BEZA possède au présent et à l'imparfait de l'indicatif une forme spéciale de conjugaison synthétique dite forme d'occupation, d'actualité, de situation...EMA, EDO (voir grammaires). Les deux temps se sont conservés au complet dans le Léon et certains cantons de Cornouaille.

Règles d'emploi:

1ére règle:
La forme EMA, EDO s'emploie avec le participe présent (O et l'infinitif) pour
40

indiquer l'occupation du sujet, l'actualité de l'action dans les constructions à conjugaison synthétique avec sujet bien déterminé.
Elle indique que l'action se déroule au moment même dont il est question (passé, présent, ou futur) et rend le français "en train de".
O wriad edon: J'étais en train de coudre.
N'edo ket va c'hoarezed o wriad: Mes sœurs n'étaient pas en train de coudre.
Kredi a ran ema va c'hoarezed o wriad: Je crois que mes sœurs sont en train de coudre.

Remarques: Voici quelques remarques qui aideront à mieux comprendre la règle:
1) Nous avons dit qu'il choisit d'une forme de conjugaison synthétique; elle ne s'emploiera donc pas dans les propositions à conjugaison analytique.
Va hoarezed a oa (et non EDO) o wriad.
Cependant dans la région de Gouézéc, la forme analytique est employée et on dirait: Va hoarezed emede o wriad.

2) Cette forme ne s'emploie pas lorsque le sujet est indéterminé.
Il y avait de mes sœurs en train de filer hier (certaines de mes sœurs...) Deh e oa c'hoarezed din o wriad.
Il y a ici un homme qui meurt: Amañ ez eus eun den o vervel.

3) Faut-il ajouter qu'il ne suffit pas que l'on trouve dans la même phrase le participe présent (O et l'infinitif) et le verbe BEZA pour que l'emploi de la forme EMA soit régulier. Il faut que le verbe BEZA gouverne directement le participe présent et non un attribut par exemple.
Skuiz int (et non Emaint) o wriad, alors qu'on dirait: Hirio emaint o wriad.
De même si le verbe BEZA est employé comme auxiliaire, il ne s'agit plus du verbe BEZA mais d'un autre verbe employé à un temps passif. Le verbe BEZA employé comme auxiliaire ne prend jamais la forme d'habitude.
Gloazet eo (et non ema) va zad o torna: Mon père s'est blessé en battant le blé.

4) Lorsque la syntaxe prévoit un temps autre que le présent ou l'imparfait de l'indicatif il est évident que cette forme spéciale n'est pas possible (puisqu'elle n'existe pas aux autres temps)
Je ne crois pas que mes sœurs soient en train de coudre: Ne gredan ket e ve va hoarezed o wriad.

2 ème Régle: Er ger EDON.
La forme de conjugaison EMA, EDO s'emploie dans les constructions à conjugaison synthétique avec sujet bien déterminé quand la proposition indique un état, une manière d'être; localisation dans le temps, dans l'espace, position, attitude, humeur, disposition, ordre et rang.
Er ger edon: Je me trouvais à la maison.
En e zav ema: Il est debout.
Abred emaint: Ils sont de bonne heure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   Sam 22 Sep - 11:55

Remarques: Dans la pratique l'application de cette règle est assez compliquée; nous nous permettrons donc d'insister.

1) Cette forme ne s'emploie pas avec la conjugaison analytique.
Va breudeur a zo er gêr: Mes frères sont à la maison.

2) Cette forme ne s'emploie pas - même si la conjugaison est synthétique - si le sujet est indéterminé.
War ar mêz ez eus kalz tud: Il y a beaucoup de monde à la campagne.
Pas plus que si le sujet est indéfini:
Er gêr eo e kavi da dad: C'est à la maison que tu trouveras ton père.
Abred eo: C'est de bonne heure.

3) Il faut que le verbe BEZA soit affecté d'un adverbe, d'une locution 3 ) Il IL Il faut que le verbe BEZA soit affecté d’un adverbe,adverbiale, d'un complément circonstanciel ou d'un complément indirect introduit par GAND, OUZ, HEB, toutes parties du discours qui donnent à la proposition le sens d'un état particulier, d'une manière d'être prévue par la règle.

a) Localisation dans l'espace:

Amañ emaon: Je suis ici
Aze, a-hont, war-dro, amañ, du-ze, war-dro, aze etc
E peleh ema ?, Tost ema, e peb leh, pell, a-raog, e neb-leh, em-hichenn, em-raog, war va leh, en tu dehou din, war- laez, d'an traoñ, d'an neh, a- zehou, a-gleiz, war ar mor, en ti, etc....
Nous ne perdons pas de vue la remarque 2 et nous dirons: Amañ ez eus kalz tud (et non: ema car le sujet est indéterminé)
Er vro-mañ ez eus banal; war va lerh ez eus daou all.
De même: Amañ eo (et non ema): C'est ici (sujet indéfini)
Pell eo mond di?: C'est loin d'y aller
En andread-mañ eo am-eus kollet va alhwez: C'est par ici que j'ai perdu ma clé.
E peleh eo?: Où est-ce ?

b) Localisation dans le temps:

Er goañv emaom: Nous sommes en hiver.
En hañv, e miz du, el lun, er meurz, emaom, etc...
En abardaez, er mintin, e-kreiz ar bloaz, ar miz, an deiz, hirio ema ar zul, warhoaz ema ar gwener, deh edo ar hann-loar, abréd ema Pask er bloaz- mañ, diouz ar mintin ema ar foar, da deir eur ema merenn vihan, bremañ ema va zro.
Une proposition subordonnée temporelle peut remplacer ces adverbes ou locutions adverbiales:
Pa zegoueze er gêr edo ar hiz ober hast outañ: Quand il arrivait à la maison, c'était l'habitude de lui faire des joies.


Revenons à la remarque 2. On dira:
Abréd ez eus tud er marhad (sujet indéterminé)
Bremañ ez eus tro vrao. Deh e oa kalz tud en overenn.
Abréd eo c'hoaz: C'est encore de bonne heure (sujet indéfini)
Re ziwezad eo evid loh: C'est trop tôt pour partir.
Nav eur eo: Il est neuf heures.
D'ar meurz e oa: C'était le mardi
Da zul e oa: C'était un dimanche
Digwener e oa: C'était vendredi dernier.
Diouz an noz e oa: C'était le soir.
Poent eo: Il est temps
Mall eo: Il est plus que temps.

c) Attitude, humeur, position, disposition, etc...
Cette série d'adverbes et de locutions verbales est particulièrement riche.
War evez edo: Il était sur le qui-vive
Va-unan emaon: Je suis seul - On-daou edom: Nous étions tous les deux.
Diarhenn, nus-pieds; diskabell, tête nue; war ar parlochou, à quatre pattes; e-kreiz an nerz, en pleine force; e barr ar brud, à l'apogée de sa réputation.
Penaoz ema?: Comment est-il ?
Mad ema: Il est bien - n'ema ket fall: il n'est pas mal
Gwelloh ema: Il va mieux
A-galon vad emaon ganeoh: Je suis de tout cœur avec vous.
E gaou ema ar marh: Le cheval a les traits entre les jambes.
War ar stern ema ar sugellou a-dreuz, a-zevri: Les traits sont tendus, de travers, pour de bon.
Diwar an dour ema: Il est à jeun.
En he haer ema ar verh: La fille est dans toute sa beauté.
En imor vad pe fall ema: Il est de bonne ou de mauvaise humeur.
War ar studi ema: Il étudie - Evel-se ema an traou: Les choses sont ainsi - War ar goazez: sur son séant - War an azez: en position assise - Er sav: en position debout - War ar hein: sur le dos - War ar hant: sur le côté -
A-istribill: suspendu - Mesk ha mesk edont: pêle-mêle.
A-zaou hanter emaom: Nous sommes de moitié.
A-re ema: Il est de trop.
Signalons encore l'expression:
Da werza ema: Il est à vendre.
N'ema ket da damall: Il n'y a pas lieu de l'accuser.
Revenons à la remarque 2. On dira:
Diarhenn oa unan pe zaou (sujet indéterminé): Un ou deux étaient nus pieds. – War evez ez eus kalz tud: Beaucoup de gens sont aux aguets.
Fall eo mond di: C'est mal d'y aller
Nous trouvons aussi: Fall eo ar zoubenn: la soupe est mauvaise.
Mais ici il s'agit d'un adjectif qualificatif; nous y reviendrons à la remarque 5.
Penaoz eo'ta: Comment est-ce donc?
Evel-se eo: C'est ainsi


Mad eo!: C'est bien!
Gwelloh eo rei peoh: Il vaut mieux se taire
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite grammaire bretonne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite grammaire bretonne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La petite famille bretonne !!
» Petite crique sur la fin de journée..
» Petite devinette bretonne
» petite fete bretonne
» Voici la raison de la vente de notre titi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bretagne Passion le forum 100% Breizh :: Général :: Linguistique / En Breton et Gallo-
Sauter vers: