Bretagne Passion le forum 100% Breizh


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le mariage blanc du Prince Efflam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Merlin
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2987
Age : 33
Lec'hiadur/Localisation : Radenac
Date d'inscription : 12/04/2005

MessageSujet: Le mariage blanc du Prince Efflam   Dim 22 Mai - 22:10

Le roi d'Hibernie et le roi de la Grande-Bretagne étaient en guerre depuis de longues années. Il advint que tous deux simultanément demandèrent une suspension d'armes. La raison de cette demande était la même pour chacun. Le roi d'Hibernie voulait célébrer en toute quiétude le baptême de son fils Efflam ; le roi de Grande-Bretagne celui de sa fille Enora. Cette circonstance rapprocha les deux rois. Ils décidèrent de faire la paix et stipulèrent dans le traité qu'ils signèrent que, dès qu'ils en auraient l'âge, Efflam et Enora se marieraient.

Efflam fut élevé pieusement et ne crut pas, tout d'abord, que l'engagement politique pris par son père pouvait l'obliger au mariage. Il résolut avec quelques amis d'aller fonder un monastère en Armorique, et, pour assurer la traversée de la mer, il fréta un navire qui devait hisser ses voiles au premier vent propice.

Son père, pressé par le roi de Grande-Bretagne, l'avertit un jour de se tenir prêt à consacrer l'alliance projetée. Efflam se trouva fort embarrassé, mais comprenant que la paix du royaume dépendait de sa décision, il prit le parti d'obéir au roi d'Hibernie.

Le mariage s'accomplit aussitôt. Il fut l'occasion de magnifiques cérémonies et de fêtes brillantes, auxquelles prirent part tous les seigneurs des deux pays. Efflam, seul, ne participa pas à l'allégresse générale. Il gardait sa résolution d'abandonner la cour et de vivre solitaire. Il invita donc ses compagnons à armer son navire et à l'attendre pour une fuite, qu'il assura de date prochaine.

Le soir des noces, retiré dans son appartement avec sa jeune épouse, il lui demanda de prononcer avec lui le voeu de virginité. Par amour, elle accepta cette proposition. Tous deux se promirent de garder ensemble une continence perpétuelle et de vivre comme frère et soeur.

Ayant obtenu ce premier engagement d'Enora, le prince lui fit alors part du dessein qu'il avait formé d'aller vivre dans la solitude. Cette fois, Enora s'attrista. Elle montra tant de chagrin que son mari se repentit de lui avoir confié son secret. Enora, brisée de fatigue et d'émotion, s'endormit. Efflam en profita pour sortir secrètement de la chambre, quitter le palais et courir au port retrouver ses amis.

Le navire était paré et la brise favorable. Efflam s'embarqua, donna l'ordre de lever l'ancre et de mettre à la voile. Il était déjà en pleine mer quand on s'aperçut de son évasion.

La traversée fut bonne. Le prince et ses compagnons abordèrent non loin du Grand Rocher, qu'on appelle en breton Roc Hurglas (le long vert), et qui s'avance comme un redan fortifié au milieu de la Grève, laquelle s'étend entre Saint-Michel-en-Grève et Saint-Efflam, sur le territoire de la commune de Plestin.

Une immense forêt couvrait la côte à cette époque. Le gardien était un dragon, contre lequel le roi Arthur et ses compagnons avaient, sans succès, lutté plusieurs fois. Dès que le monstre aperçut Efflam, il se retira dans sa caverne à reculons. Le prince marcha vers lui et lui intima l'ordre de se précipiter immédiatement dans la mer. Le dragon obéit et se noya.

Efflam et ses compagnons remontèrent jusqu'à sa source le cours d'un petit ruisseau. Ils ne tardèrent pas à découvrir un oratoire abandonné qui devint le logement d'Efflam. Les autres se construisirent des cellules aux alentours. Tous vécurent ainsi dans le jeûne et les mortifications.

Enora, désireuse de retrouver son mari et de vivre avec lui dans la solitude, résolut de passer à son tour en Armorique. Elle s'embarqua sur un vaisseau saxon, fait de claies d'osier, revêtues de cuir de boeuf. Après trois jours de navigation, son navire s'échoua, à marée basse, à l'embouchure de la rivière le Léguer, dans une pêcherie qui appartenait au seigneur du pays. Un pêcheur la rencontra et lui marqua son étonnement, car elle était vêtue richement et d'une grande beauté. Enora lui demanda s'il ne connaissait pas un jeune seigneur, nomme Efflam et qui devait, dans un oratoire, habiter le pays depuis peu. Et le pêcheur lui répondit que celui qu'elle cherchait n'était pas très éloigné d'elle. Il lui montra le chemin qui conduisait à sa retraite. Elle le remercia et marcha dans la direction qui lui était indiquée.

Enora avait prié le pêcheur de ne parler de son arrivée à qui que ce fût. Cet homme, cependant, crut devoir confier son secret à son maître. Il lui dit aussi la jeunesse et le charme de la dame rencontrée par

lui. Le seigneur était quelque peu déréglé dans ses moeurs. Il monta à cheval, s'élança à la poursuite de la princesse. Ses efforts furent inutiles. Plus il poussait son cheval, moins il avançait. Ce ne fut qu'à la porte de l'ermitage d'Efflam qu'il rejoignit la jeune femme. Il allongea le bras pour la retenir. Avant qu'il l'eût touchée, son bras se paralysa et demeura étendu. Il appuya son autre main contre la muraille de l'ermitage. Elle y resta collée et il ne l'en put retirer.

Au bruit des appels, Efflam parut. Il délivra et guérit l'imprudent qui, en reconnaissance et en expiation, donna au solitaire et à ses compagnons les terres qui leur étaient nécessaires pour y établir leur monastère.

Efflam reçut Enora fort civilement. Cependant, toujours vainqueur du désir charnel, il lui fit construire un ermitage à une certaine distance du sien et il ne consentit à recevoir ses visites qu'à l'expresse condition qu'elle porta toujours un voile sur le visage et ne lui parlât que pour lui demander des instructions spirituelles.

Cependant, on assure dans le pays de Plestin que, les jours de grandes fêtes, Efflam et Enora se réunissaient et dormaient l'un près de l'autre, sans se toucher, se trouvant suffisamment heureux de pouvoir, durant quelques heures, vivre ensemble dans une douce et chaste intimité.

Après quelques années de cette existence, Enora décida plusieurs jeunes vierges à suivre son exemple et, en leur compagnie, elle se retira dans un monastère qu'elle édifia.

L'ermite, qui avait construit l'oratoire découvert par Efflam au moment de son arrivée en Armorique, revint un jour de Rome où il était allé en pèlerinage. Il se nommait Gestin. Efflam, aussitôt, voulut lui rendre sa cellule. L'ermite refusa de la reprendre. La charité et l'esprit de sacrifice souleva entre les deux bommes, relativement à la possession des lieux, une contestation bien différente de celles que l'intérêt des individus allume ordinairement en pareil cas. Finalement, Gestin se rendit dans la forêt voisine pour y établir une autre demeure...

Efflam mourut en l'an 512 et ses compagnons l'inhumèrent dans son oratoire

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bretagne-passion.bzh.bz
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mariage blanc du Prince Efflam   Lun 1 Aoû - 12:41

ou est l'hibernie???
Revenir en haut Aller en bas
 
Le mariage blanc du Prince Efflam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle couleur avec quel mariage pour mes juments?
» Tradition du mariage breton
» Saint Efflam (Plestin les grèves) côte d'armor
» Faire part de mariage
» mariage de Melisende et d'atolchamb

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bretagne Passion le forum 100% Breizh :: Histoire, contes et légendes :: Contes, Légendes Bretonnes et celtes-
Sauter vers: